Incontinence urinaire chez l’homme : 1ère implantation d’un sphincter urinaire artificiel par voie laparoscopique

Pour traiter l’incontinence urinaire, une équipe toulousaine a mis au point une nouvelle technique : l’implantation par voie laparoscopique des trois composants du sphincter urinaire artificiel à savoir la manchette en péri-prostatique, le réservoir en intra-abdominal et la pompe en intra-scrotal. Le premier bénéficiaire au monde a été un patient paraplégique complet souffrant une incontinence urinaire sévère. L’intervention s’est déroulée le 11 octobre 2005.

Pour traiter l’incontinence urinaire, une équipe toulousaine a mis au point une nouvelle technique : l’implantation par voie laparoscopique des trois composants du sphincter urinaire artificiel à savoir la manchette en péri-prostatique, le réservoir en intra-abdominal et la pompe en intra-scrotal. Cette nouvelle approche a été développée par le Docteur Xavier Gamé et le Professeur Pascal Rischmann, service d’Urologie du CHU de Toulouse. Le premier bénéficiaire au monde a été un patient paraplégique complet souffrant une incontinence urinaire sévère. L’intervention s’est déroulée le 11 octobre 2005. Cette intervention a été effectuée au travers de 4 orifices de trocart mesurant respectivement 5mm, 5mm, 10mm et 10mm. Aucun muscle n’a été sectionné ou rétracté. Le patient a pu reprendre ses transferts le lendemain de l’intervention et a pu déambuler dès le deuxième jour post-opératoire et reprendre rapidement ses activités de loisirs et professionnelles habituelles.

L’autre intérêt de la voie laparoscopique
est la qualité de la dissection et notamment du passage rétro-prostatique qui en chirurgie ouverte se faisait à l’aveugle et qui sous laparoscopie est réalisé entièrement sous contrôle de la vue et est donc beaucoup plus précis.
Cette première a été publiée dans Urology en 2009 [1]
Pose de sphincter : les limites de la chirurgie ouverte
Un des traitements de l’incontinence urinaire de l’homme est la mise en place d’un sphincter urinaire artificiel qui peut être placé soit autour de l’urèthre bulbaire, en cas d’incontinence d’urine après chirurgie prostatique ou traitement physique du cancer de la prostate, soit autour du col vésical ou de la prostate, chez les patients ayant une incontinence urinaire d’origine neurologique [2]. Dans ce dernier cas, la mise en place du sphincter artificiel imposait une chirurgie ouverte, par laparotomie, qui avait pour conséquence une durée d’hospitalisation prolongée et surtout empêchait une reprise des activités physiques pendant plusieurs semaines voire plusieurs mois, posant problème chez des patients à mobilité réduite, en fauteuil roulant, ne pouvant alors plus faire leurs transferts, perdant temporairement en autonomie et était responsable d’une perte des forces musculaires. De ce fait, ces patients nécessitaient fréquemment un séjour en centre de rééducation fonctionnelle au décours de leur hospitalisation.
1 Gamé X, Bram R, Abu Anz S, Doumerc N, Guillotreau J, Malavaud B and Rischmann P. Laparoscopic insertion of artificial periprostatic urinary sphincter. Urology 2009;73:442 e1-3.
2 Chartier-Kastler E, Ayoub N, Richard F and Ruffion A. Chirurgie prothétique de l’incontinence urinaire d’effort par insuffisance sphinctérienne neurologique. Prog Urol 2007;17:600-8.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.