Incontinence urinaire chez l’homme : 1ère implantation d’un sphincter urinaire artificiel par voie laparoscopique

Pour traiter l’incontinence urinaire, une équipe toulousaine a mis au point une nouvelle technique : l’implantation par voie laparoscopique des trois composants du sphincter urinaire artificiel à savoir la manchette en péri-prostatique, le réservoir en intra-abdominal et la pompe en intra-scrotal. Le premier bénéficiaire au monde a été un patient paraplégique complet souffrant une incontinence urinaire sévère. L’intervention s’est déroulée le 11 octobre 2005.

Pour traiter l’incontinence urinaire, une équipe toulousaine a mis au point une nouvelle technique : l’implantation par voie laparoscopique des trois composants du sphincter urinaire artificiel à savoir la manchette en péri-prostatique, le réservoir en intra-abdominal et la pompe en intra-scrotal. Cette nouvelle approche a été développée par le Docteur Xavier Gamé et le Professeur Pascal Rischmann, service d’Urologie du CHU de Toulouse. Le premier bénéficiaire au monde a été un patient paraplégique complet souffrant une incontinence urinaire sévère. L’intervention s’est déroulée le 11 octobre 2005. Cette intervention a été effectuée au travers de 4 orifices de trocart mesurant respectivement 5mm, 5mm, 10mm et 10mm. Aucun muscle n’a été sectionné ou rétracté. Le patient a pu reprendre ses transferts le lendemain de l’intervention et a pu déambuler dès le deuxième jour post-opératoire et reprendre rapidement ses activités de loisirs et professionnelles habituelles.

L’autre intérêt de la voie laparoscopique
est la qualité de la dissection et notamment du passage rétro-prostatique qui en chirurgie ouverte se faisait à l’aveugle et qui sous laparoscopie est réalisé entièrement sous contrôle de la vue et est donc beaucoup plus précis.
Cette première a été publiée dans Urology en 2009 [1]
Pose de sphincter : les limites de la chirurgie ouverte
Un des traitements de l’incontinence urinaire de l’homme est la mise en place d’un sphincter urinaire artificiel qui peut être placé soit autour de l’urèthre bulbaire, en cas d’incontinence d’urine après chirurgie prostatique ou traitement physique du cancer de la prostate, soit autour du col vésical ou de la prostate, chez les patients ayant une incontinence urinaire d’origine neurologique [2]. Dans ce dernier cas, la mise en place du sphincter artificiel imposait une chirurgie ouverte, par laparotomie, qui avait pour conséquence une durée d’hospitalisation prolongée et surtout empêchait une reprise des activités physiques pendant plusieurs semaines voire plusieurs mois, posant problème chez des patients à mobilité réduite, en fauteuil roulant, ne pouvant alors plus faire leurs transferts, perdant temporairement en autonomie et était responsable d’une perte des forces musculaires. De ce fait, ces patients nécessitaient fréquemment un séjour en centre de rééducation fonctionnelle au décours de leur hospitalisation.
1 Gamé X, Bram R, Abu Anz S, Doumerc N, Guillotreau J, Malavaud B and Rischmann P. Laparoscopic insertion of artificial periprostatic urinary sphincter. Urology 2009;73:442 e1-3.
2 Chartier-Kastler E, Ayoub N, Richard F and Ruffion A. Chirurgie prothétique de l’incontinence urinaire d’effort par insuffisance sphinctérienne neurologique. Prog Urol 2007;17:600-8.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.