Incontinence urinaire masculine : Nîmes lance un appel à patients pour l’évaluation d’un nouveau dispositif implantable

Dans le cadre de la recherche clinique, le CHU de Nîmes pilote un observatoire national pour l'évaluation de l'efficacité et de la tolérance d’un nouveau dispositif implantable pour le traitement de l'incontinence urinaire d'effort chez l'homme: la bandelette sous urétrale ajustable REMEEX®.
Dans le cadre de la recherche clinique, le CHU de Nîmes pilote un observatoire national pour l’évaluation de l’efficacité et de la tolérance d’un nouveau dispositif implantable pour le traitement de l’incontinence urinaire d’effort chez l’homme: la bandelette sous urétrale ajustable REMEEX®.
Cette étude a démarré en 2018 dans cinq centres hospitaliers: hôpitaux de Suresnes (92), CHU de Nice, Besançon, Dijon et le CHU de Nîmes, et 27 patients ont déjà été traités par cette méthode avec des premiers résultats très prometteurs. «Si cette technique confirme son efficacité et sa bonne tolérance à long terme, elle deviendra un traitement de référence», indique le Dr Laurent Wagner, coordonnateur de l’étude au Service Urologie Andrologie du CHU de Nîmes.
Le traitement de l’incontinence urinaire après chirurgie de la prostate a longtemps été limité au sphincter urinaire artificiel. Ce dispositif implantable présente une contrainte de manipulation de la pompe pour chaque miction et comporte un certain taux de complications.

Un dispositif efficace à long terme

Depuis la fin des années 1990, un autre type de dispositif implantable, les bandelettes sous-urétrales, est proposé comme alternative avec de bons résultats initiaux mais avec une dégradation des résultats avec le temps. La bandelette ajustable Remeex® constitue une innovation permettant au médecin, à tout moment, une remise en tension de la bandelette sous anesthésie locale en ambulatoire et donc de maintenir le résultat sur l’incontinence à long terme.

Pour participer à l’étude :

Dans le but de mener à terme cette recherche clinique pouvant offrir de nouvelles perspectives aux hommes souffrant d’incontinence urinaire après chirurgie de la prostate, le CHU de Nîmes lance un appel à patient dont les critères d’inclusion sont les suivants: 
– Avoir plus de 40 ans
– Présenter une incontinence urinaire depuis plus d’un an après chirurgie de la prostate
– Après échec de rééducation périnéale. 
Il est à rappelé que dans le cadre de la recherche clinique, les données des patients sont parfaitement confidentielles et ne sont exploitées que dans le but de faire avancer la science.
Pour plus de renseignements: remeex@chu-nimes.fr

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.