Incontinence urinaire masculine : Nîmes lance un appel à patients pour l’évaluation d’un nouveau dispositif implantable

Dans le cadre de la recherche clinique, le CHU de Nîmes pilote un observatoire national pour l'évaluation de l'efficacité et de la tolérance d’un nouveau dispositif implantable pour le traitement de l'incontinence urinaire d'effort chez l'homme: la bandelette sous urétrale ajustable REMEEX®.
Dans le cadre de la recherche clinique, le CHU de Nîmes pilote un observatoire national pour l’évaluation de l’efficacité et de la tolérance d’un nouveau dispositif implantable pour le traitement de l’incontinence urinaire d’effort chez l’homme: la bandelette sous urétrale ajustable REMEEX®.
Cette étude a démarré en 2018 dans cinq centres hospitaliers: hôpitaux de Suresnes (92), CHU de Nice, Besançon, Dijon et le CHU de Nîmes, et 27 patients ont déjà été traités par cette méthode avec des premiers résultats très prometteurs. «Si cette technique confirme son efficacité et sa bonne tolérance à long terme, elle deviendra un traitement de référence», indique le Dr Laurent Wagner, coordonnateur de l’étude au Service Urologie Andrologie du CHU de Nîmes.
Le traitement de l’incontinence urinaire après chirurgie de la prostate a longtemps été limité au sphincter urinaire artificiel. Ce dispositif implantable présente une contrainte de manipulation de la pompe pour chaque miction et comporte un certain taux de complications.

Un dispositif efficace à long terme

Depuis la fin des années 1990, un autre type de dispositif implantable, les bandelettes sous-urétrales, est proposé comme alternative avec de bons résultats initiaux mais avec une dégradation des résultats avec le temps. La bandelette ajustable Remeex® constitue une innovation permettant au médecin, à tout moment, une remise en tension de la bandelette sous anesthésie locale en ambulatoire et donc de maintenir le résultat sur l’incontinence à long terme.

Pour participer à l’étude :

Dans le but de mener à terme cette recherche clinique pouvant offrir de nouvelles perspectives aux hommes souffrant d’incontinence urinaire après chirurgie de la prostate, le CHU de Nîmes lance un appel à patient dont les critères d’inclusion sont les suivants: 
– Avoir plus de 40 ans
– Présenter une incontinence urinaire depuis plus d’un an après chirurgie de la prostate
– Après échec de rééducation périnéale. 
Il est à rappelé que dans le cadre de la recherche clinique, les données des patients sont parfaitement confidentielles et ne sont exploitées que dans le but de faire avancer la science.
Pour plus de renseignements: remeex@chu-nimes.fr

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures prêt, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.