Infections nosocomiales, le CHU mise sur la formation

Inscrit dans une démarche qualité et soucieux de renforcer la lutte de ses équipes contre les infections nosocomiales, le CHU de Pointe-à-Pitre relaie activement la 2ème journée de prévention des infections nosocomiales et associées aux soins du 27 septembre 2007. Son objectif : faire de cette journée un moment fort d'information et d'échanges sur la prévention du risque infectieux nosocomial et le point de départ d'un ambitieux programme de formation de l'ensemble des professionnels sur les précautions complémentaires. La finalité de ces actions étant la volonté d'offrir une prise en charge optimale aux patients.

Inscrit dans une démarche qualité et soucieux de renforcer la lutte de ses équipes contre les infections nosocomiales, le CHU de Pointe-à-Pitre relaie activement la 2ème journée de prévention des infections nosocomiales et associées aux soins du 27 septembre 2007. Son objectif : faire de cette journée un moment fort d’information et d’échanges sur la prévention du risque infectieux nosocomial et le point de départ d’un ambitieux programme de formation de l’ensemble des professionnels sur les précautions complémentaires. La finalité de ces actions étant la volonté d’offrir une prise en charge optimale aux patients.

L’événement se tiendra simultanément dans plusieurs régions françaises. En Guadeloupe, le CHU de Pointe-à-Pitre en est le maître d’oeuvre. Centrée sur les précautions complémentaires, – mesures de prévention déployées dans certaines pathologies infectieuses- la session sera ouverte aux professionnels de santé et aux usagers des 17 établissements de santé publics et privés et des 3 instituts de formation guadeloupéens.

Le programme établi par l’équipe opérationnelle en Hygiène Hospitalière avec le concours de Cadres et de Correspondant d’Hygiène insiste sur la bonne formation des professionnels, la nécessaire communication inter équipes, la participation active des patients et sur l’importance d’informer correctement usagers et visiteurs. Il est en effet nécessaire de permettre au public à comprendre les contraintes et enjeux de l’hygiène à l’hôpital car le sujet demeure sensible et fortement médiatisé.

La journée débutera à 6h30 et ne se terminera pas avant 21h00 de façon à toucher un maximum de personnels. A cette fin, les trois sites hospitalo-universitaires sont mobilisés. Plusieurs animations à visée pédagogique sont prévues : Dans le hall d’entrée un stand d’information sensibilisera l’attention des usagers au risque infectieux nosocomial et expliquera la politique de prévention de l’établissement. Ce stand sera tenu par l’équipe opérationnelle en hygiène hospitalière et les représentant des usagers au CLIN.

Sont également prévus : la projection d’un film suivi d’un forum de discussion où chacun pourra échanger avec les professionnels de santé et une exposition qui donnera aux industriels l’opportunité de présenter leurs matériels de gestion des précautions complémentaires.

Parallèlement, au Club des médecins, se tiendront des sessions sur les précautions aériennes à prendre avec les patients souffrant de pathologies telles que la tuberculose ou de méningite à méningocoque.

La salle de formation du SAMU hébergera les ateliers consacrés aux précautions « contact » recommandées dans la gestion des patients porteurs de bactéries multirésistantes (BMR) ou atteints de diarrhées infectieuses.

La coordination régionale Guadeloupe
Dès 1995, une coordination régionale Guadeloupe de lutte contre les infections nosocomiales s’est constituée. Basée au CHU et bénéficiant du soutien de l’ARH, cette structure offre une réponse de proximité aux établissements de santé de la région. En 2006, un arrêté ministériel instituant les antennes régionales confortait cette initiative.

Les journées de prévention des infections nosocomiales et associées aux soins ont été instituées par le Centre de Coordination de la Lutte contre les Infections Nosocomiales (CCLIN du Sud Ouest) qui regroupe 360 établissements d’Aquitaine, de Guadeloupe, de Guyane, le Limousin, la Martinique, Midi Pyrénées et le Poitou-Charentes. Cette seconde session fait suite à la formation de 2005 consacrée aux précautions « standard », mesures de prévention systématiques à respecter par tout soignant quelque soit le patient.

Pour accéder au dossier de presse

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.