Infections nosocomiales, le CHU mise sur la formation

Inscrit dans une démarche qualité et soucieux de renforcer la lutte de ses équipes contre les infections nosocomiales, le CHU de Pointe-à-Pitre relaie activement la 2ème journée de prévention des infections nosocomiales et associées aux soins du 27 septembre 2007. Son objectif : faire de cette journée un moment fort d'information et d'échanges sur la prévention du risque infectieux nosocomial et le point de départ d'un ambitieux programme de formation de l'ensemble des professionnels sur les précautions complémentaires. La finalité de ces actions étant la volonté d'offrir une prise en charge optimale aux patients.

Inscrit dans une démarche qualité et soucieux de renforcer la lutte de ses équipes contre les infections nosocomiales, le CHU de Pointe-à-Pitre relaie activement la 2ème journée de prévention des infections nosocomiales et associées aux soins du 27 septembre 2007. Son objectif : faire de cette journée un moment fort d’information et d’échanges sur la prévention du risque infectieux nosocomial et le point de départ d’un ambitieux programme de formation de l’ensemble des professionnels sur les précautions complémentaires. La finalité de ces actions étant la volonté d’offrir une prise en charge optimale aux patients.

L’événement se tiendra simultanément dans plusieurs régions françaises. En Guadeloupe, le CHU de Pointe-à-Pitre en est le maître d’oeuvre. Centrée sur les précautions complémentaires, – mesures de prévention déployées dans certaines pathologies infectieuses- la session sera ouverte aux professionnels de santé et aux usagers des 17 établissements de santé publics et privés et des 3 instituts de formation guadeloupéens.

Le programme établi par l’équipe opérationnelle en Hygiène Hospitalière avec le concours de Cadres et de Correspondant d’Hygiène insiste sur la bonne formation des professionnels, la nécessaire communication inter équipes, la participation active des patients et sur l’importance d’informer correctement usagers et visiteurs. Il est en effet nécessaire de permettre au public à comprendre les contraintes et enjeux de l’hygiène à l’hôpital car le sujet demeure sensible et fortement médiatisé.

La journée débutera à 6h30 et ne se terminera pas avant 21h00 de façon à toucher un maximum de personnels. A cette fin, les trois sites hospitalo-universitaires sont mobilisés. Plusieurs animations à visée pédagogique sont prévues : Dans le hall d’entrée un stand d’information sensibilisera l’attention des usagers au risque infectieux nosocomial et expliquera la politique de prévention de l’établissement. Ce stand sera tenu par l’équipe opérationnelle en hygiène hospitalière et les représentant des usagers au CLIN.

Sont également prévus : la projection d’un film suivi d’un forum de discussion où chacun pourra échanger avec les professionnels de santé et une exposition qui donnera aux industriels l’opportunité de présenter leurs matériels de gestion des précautions complémentaires.

Parallèlement, au Club des médecins, se tiendront des sessions sur les précautions aériennes à prendre avec les patients souffrant de pathologies telles que la tuberculose ou de méningite à méningocoque.

La salle de formation du SAMU hébergera les ateliers consacrés aux précautions « contact » recommandées dans la gestion des patients porteurs de bactéries multirésistantes (BMR) ou atteints de diarrhées infectieuses.

La coordination régionale Guadeloupe
Dès 1995, une coordination régionale Guadeloupe de lutte contre les infections nosocomiales s’est constituée. Basée au CHU et bénéficiant du soutien de l’ARH, cette structure offre une réponse de proximité aux établissements de santé de la région. En 2006, un arrêté ministériel instituant les antennes régionales confortait cette initiative.

Les journées de prévention des infections nosocomiales et associées aux soins ont été instituées par le Centre de Coordination de la Lutte contre les Infections Nosocomiales (CCLIN du Sud Ouest) qui regroupe 360 établissements d’Aquitaine, de Guadeloupe, de Guyane, le Limousin, la Martinique, Midi Pyrénées et le Poitou-Charentes. Cette seconde session fait suite à la formation de 2005 consacrée aux précautions « standard », mesures de prévention systématiques à respecter par tout soignant quelque soit le patient.

Pour accéder au dossier de presse

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.