Infections nosocomiales : le service d’endoscopie digestive certifié

Le service d'endoscopie digestive de l'hôpital Bon Secours à Metz a été certifié ISO 9001 / 2000 pour « le traitement, le contrôle et la mise à disposition des endoscopes, la gestion et les mise à disposition des accessoires associées ». Label décerné par l'Association Française pour l'Amélioration et le Management de la qualité (AFAQ), le 21 janvier 2008.

Le service d’endoscopie digestive de l’hôpital Bon Secours à Metz a été certifié ISO 9001 / 2000 pour « le traitement, le contrôle et la mise à disposition des endoscopes, la gestion et les mise à disposition des accessoires associées ». Label décerné par l’Association Française pour l’Amélioration et le Management de la qualité (AFAQ), le 21 janvier 2008.

L’endoscopie consiste en l’exploration de l’ensemble du tube digestif grâce à l’introduction d’un tube souple retransmettant l’image obtenue par une micro caméra placée à son extrémité : l’endoscope. Cet appareil doit être stérilisé après chaque examen, du fait de son architecture complexe et des matériaux utilisés, la décontamination de l’appareil est complexe et longue (plus d’une heure avant chaque examen).

Le risque de transmission nosocomiale a toujours été au centre des préoccupations du service d’endoscopie digestive de l’hôpital Bon Secours à Metz, qui a élaboré depuis une vingtaine d’année ses propres protocoles, régulièrement réactualisés. La démarche de certification ISO 9001/2000 a débuté en 2005.

Cette norme internationale s’appuie sur un référentiel exigent et reconnu. Elle est fréquemment utilisée dans le secteur de l’industrie et des services. En revanche, elle reste rare dans le domaine de la santé et exceptionnelle dans les services de soins aux patients.

La certification : un « plus » pour le patient
Garantie d’engagement de l’équipe dans la lutte contre les infections nosocomiales, la certification est une « assurance-qualité » contre le risque de transmission infectieuse.
Ce label rassure. Il est synonyme de remise en cause permanente et dynamique d’amélioration continue des pratiques du service, d’écoute du patient et d’évaluation de sa satisfaction.

La certification : « un plus » pour l’équipe
Cette reconnaissance valorise les compétences et le savoir faire de l’équipe. Les pratiques sont harmonisées et leurs évaluations reposent sur une approche factuelle. La détection des dysfonctionnements permet une analyse rapide des problèmes avec mise en place d’actions préventives et correctrices, témoignant d’une dynamique d’amélioration continue. Enfin, la maîtrise des risques est renforcée (hygiène, sécurité sanitaire, risques pour le personnel) et cette sécurisation des pratiques contribue à prévenir le risque juridique.
En interne, cette exigence motive les collaborateurs, elle oblige à former les nouveaux agents et conforte de fait la pérennité des acquis. Quant aux relations avec les services partenaires, elles s’en trouvent améliorées, qu’il s’agisse de la direction de la logistique, des achats et de l’hôtellerie, de la pharmacie, du biomédical, du laboratoire de bactériologie ou de la stérilisation

Au niveau de l’établissement, la certification atteste de la dynamique de la lutte contre les infections hospitalières. Le label donne une image positive de l’organisation et de son efficience et confirme la qualité du service médical rendu aux patients.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.