Infections ostéo-articulaires complexes : Lyon centre de référence

Poursuivant la lutte contre les infections nosocomiales (programme national 2005-2008), la Direction de l'Hospitalisation et de l'Organisation des Soins (DHOS) a maillé le territoire français de centres de référence dans la lutte contre les infections ostéo-articulaires complexes. Proposé par l'ARH Rhône Alpes, le CHU de Lyon est devenu, le 25 septembre 2008, le siège du « Centre Interrégional Rhônes-Alpes Auvergne de coordination pour la prise en charge des infections ostéo-articulaires complexes ». Ce centre est rattaché au Groupement Hospitalier Nord, dans le service des maladies infectieuses et tropicales.

Poursuivant la lutte contre les infections nosocomiales (programme national 2005-2008), la Direction de l’Hospitalisation et de l’Organisation des Soins (DHOS) a maillé le territoire français de centres de référence dans la lutte contre les infections ostéo-articulaires complexes. Proposé par l’ARH Rhône Alpes, le CHU de Lyon est devenu, le 25 septembre 2008, le siège du « Centre Interrégional Rhônes-Alpes Auvergne de coordination pour la prise en charge des infections ostéo-articulaires complexes ». Ce centre est rattaché au Groupement Hospitalier Nord, dans le service des maladies infectieuses et tropicales.

Pour être retenu comme siège, le CHU de Lyon a satisfait les critères très sélectifs de la DHOS. Les équipes de son service des maladies infectieuses et tropicales sont capables d’une prise en charge rapide et pluridisciplinaire. Elles disposent d’une expertise et sont en mesure de réunir autour du patient toutes les compétences nécessaires. Enfin, avec 512 séjours liés au traitement d’infections ostéo-articulaires en 2007, elles affichent un niveau d’activité nettement supérieur à la moyenne exigée.

Une organisation pluridisciplinaire est en place depuis 18 mois : les dossiers des patients sont examinés dans le cadre de réunions de plusieurs spécialistes, une procédure identique à celle mise en oeuvre dans le cadre du Plan Cancer (Réunion de Concertation Pluridisciplinaire). Pour cette mission interrégionale, le Centre de coordination des Hospices Civils de Lyon (HCL) s’appuie. sur 4 autres établissements de l’interrégion Rhône-Alpes Auvergne : les CHU de Grenoble, Clermont-Ferrand et Saint-Etienne et le Centre Hospitalier de la Région d’Annecy. Les HCL font ainsi partie des 8 premiers Centres de coordination retenus dès 2008 sur la dizaine qui seront reconnus en France d’ici la fin de l’année 2009.

Définition
une infection ostéo-articulaire nosocomiale est une complication qui peut survenir dans le cadre d’interventions chirurgicales. Elle nécessite des traitements longs et coûteux et est souvent responsable de lourdes séquelles. Les infections ostéo-articulaires complexes associées aux soins recouvrent essentiellement les infections sur prothèse ou sur matériel d’ostéosynthèse et les infections post-traumatiques (fractures ouvertes). Ces infections peuvent mettre en jeu le pronostic vital, mais plus souvent le pronostic fonctionnel. Leur prise en charge est complexe et fait appel à plusieurs spécialités : chirurgiens (orthopédique et plastique), bactériologistes, infectiologues, radiologues et autres spécialistes de l’imagerie médicale (scintigraphie…), anesthésistes, rééducateurs fonctionnels et rhumatologues. Chaque année, 2000 à 2500 cas d’infection ostéo-articulaire sont diagnostiqués en France.

-> Un site internet : Infections ostéo-articulaires complexes

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.