Infertilité : ouverture d’un centre de don d’ovocytes à Nantes

Cette nouvelle activité débute avec le lancement d'une campagne de communication auprès des professionnels et du grand public de la région pour faire connaître les données réglementaires, médicales et éthiques, concernant le don d’ovocytes. L’équipe du centre d'Assistance Médicale à la Procréation du CHU de Nantes entend ainsi rassurer et encourager les femmes en âge de procréer à aider les couples infertiles à devenir parents. Toutes les femmes âgées de 18 à 37 ans, avec ou sans enfant, et en bonne santé peuvent donner leurs ovocytes. Chaque année, environ 25 000 enfants naissent en France grâce à une technique d’assistance médicale à la procréation soit 3% des nouveau-nés.

Cette nouvelle activité débute avec le lancement d’une campagne de communication auprès des professionnels et du grand public de la région pour faire connaître les données réglementaires, médicales et éthiques, concernant le don d’ovocytes.  L’équipe du centre d’Assistance Médicale à la Procréation du CHU de Nantes entend ainsi rassurer et encourager les femmes en âge de procréer à aider les couples infertiles à devenir parents. Toutes les femmes âgées de 18 à 37 ans, avec ou sans enfant, et en bonne santé peuvent donner leurs ovocytes. Chaque année, environ 25 000 enfants naissent en France grâce à une technique d’assistance médicale à la procréation soit 3% des nouveau-nés.
L’espoir de devenir parents – pour les couples présentant une infertilité d’origine féminine ou un risque de transmission d’une maladie génétique grave à l’enfant à venir – repose sur le don de gamètes. Un geste généreux de la part de donneurs de spermatozoïdes ou de donneuses d’ovocytes.
501 femmes ont donné leurs ovocytes en 2014 permettant la naissance de 239 enfants*. Malheureusement, ces dons sont très insuffisants par rapport à la demande et les nombreux couples infertiles sont confrontés à des délais d’attente prolongés. 
Une des raisons principales de la pénurie de donneuses est la méconnaissance du grand public. Il est donc indispensable de faire campagne pour informer sur cet acte altruiste qu’est le don d’ovocytes et créer un élan de solidarité nationale en faveur de cette cause. Ce don est entièrement anonyme et gratuit. Les donneuses sans enfant peuvent, si elles le souhaitent, conserver une partie des ovocytes pour elles-mêmes en vue de préserver leur fertilité future à l’occasion de ce don.
Le CHU de Nantes a obtenu fin 2016 l’autorisation de débuter l’activité de don d’ovocytes, et va désormais pouvoir répondre aux attentes de nombreux couples dans la région. Il rejoint ainsi les centres de Rennes, Tours et Bordeaux pour la région grand Ouest.
L’équipe du centre d’assistance médicale à la procréation du CHU de Nantes est disponible pour tout renseignement et prise de rendez-vous au : 02.40.08.32.34 – 02.40.08.32.33 – 02.40.08.32.40

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.