Infirmières : le choix cornélien éclairé par une campagne de communication

« Savoir pour choisir » la campagne de communication de l’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP) autour du droit d’option des infirmières a reçu le Grand Prix du management public du Groupe Moniteur dans la catégorie « E-Ressources Humaines », le 17 juin 2011. Une distinction qui récompense la collaboration efficace entre les équipes RH (centrales et locales) et celle de communication interne. Un beau succès à inscrire au palmarès de ces dernières. L’impact de cette initiative qui s’adressait aux 23 500 soignants de l’institution se mesure en dizaines de milliers d’échanges : 50 000 connexions, 31 500 simulations. Résultat : 78 % des infirmiers ont exprimé leur choix, parmi les quels près des 2/3 se sont positionnés en A ; au total , et avec les personnes qui n'ont pas répondu (reclassées automatiquement en B), la répartition A/B s'équilibre à 50/50.

« Savoir pour choisir » la campagne de communication de l’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP) autour du droit d’option des infirmières a reçu le Grand Prix du management public du Groupe Moniteur dans la catégorie « E-Ressources Humaines », le 17 juin 2011. Une distinction qui récompense la collaboration efficace entre les équipes RH (centrales et locales) et celle de communication interne. Un beau succès à inscrire au palmarès de ces dernières. L’impact de cette initiative qui s’adressait aux 23 500 soignants de l’institution se mesure en dizaines de milliers d’échanges : 50 000 connexions, 31 500 simulations. Résultat : 78 % des infirmiers ont exprimé leur choix, parmi les quels près des 2/3 se sont positionnés en A ; au total , et avec les personnes qui n’ont pas répondu (reclassées automatiquement en B), la répartition A/B s’équilibre à 50/50.
Pour sa campagne didactique « Savoir pour choisir », l’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris a utilisé toutes les ressources de la communication web. Il s’agissait d’expliquer aux infirmiers et infirmières de l’institution que, suite à la réforme Licence Master Doctorat (LMD), ils avaient 6 mois, du 1er octobre 2010 au 31 mars 2011, pour intégrer – s’ils le désiraient – la catégorie A de la fonction publique hospitalière. Avantage : la revalorisation salariale. Inconvénient  : un départ à la retraite repoussé. Un arbitrage délicat à opérer, car très personnel. 
L’opération de reclassement des personnels était articulée autour du site internet www.savoirpourchoisir.aphp.fr, qui a permis de dispenser toutes les informations selon un mode dynamique. Aux questions qu’ils posaient, les infirmiers recevaient par mail des réponses personnalisées. Simultanément un courrier personnalisé a été adressé au domicile de chaque infirmier, assorti d’une simulation de reclassement en catégorie A ou B*, tandis que des réunions d’information diurnes et nocturnes ont été animées par les équipes RH des hôpitaux, équipes qui se sont également consacrées au traitement des situations particulières.
« Ce prix couronne le travail mené, de concert, par les équipes des ressources humaines et celles de la communication pour aboutir à un dispositif utile et pratique », a déclaré Monique Ricomes, Secrétaire générale de l’AP-HP », lors de la remise du prix.
Et comme on ne change pas une recette qui gagne, le dispositif sera repris en janvier 2012 pour la campagne de reclassement des infirmiers spécialisés (infirmiers de bloc opératoires, puéricultrices, infirmiers anesthésistes) et des cadres de santé. 

*A titre d’illustration

Laura, infirmière, 24 ans, 2ème échelon, indice majoré  324, a un traitement de base actuel de 1 500€ ; si elle choisit la catégorie B elle restera au deuxième échelon, mais son indice passera à 332 (1 537 €) et ses droits à la retraite seront ouverts à 57 ans ; si elle choisit la catégorie A, elle passera au premier échelon et son indice sera 335 (1 551€), puis elle bénéficiera de deux revalorisations successives en 2012 et 2015 (1 584 € et 1 616 €) mais ses droits à la retraite seront ouverts à 60 ans.
Francoise, 47 ans, 8ème échelon, indice majoré 481 a un traitement de base actuel de 2 227 € ; si elle choisit la catégorie B elle restera au deuxième échelon, mais son indice passera à 483 (2 236 €) et ses droits à la retraite seront ouverts à 57 ans ; si elle choisit la catégorie A, son indice sera 486 (2 250€), puis elle bénéficiera de deux revalorisations successives en 2012 et 2015 (2 255 € et 2 260 €), mais ses droits à la retraite seront ouverts à 60 ans.
http://www.lagazettedescommunes.com/
http://www.groupemoniteur.fr/prix/grand-prix-management-public/index.html

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.