Inflammation de la vésicule biliaire : là non plus les antibiotiques c’est pas automatique !

Publiée dans la prestigieuse revue JAMA*, une étude menée sur 414 patients ayant eu une ablation de la vésicule biliaire (cholécystectomie) suite à une inflammation due à l’obstruction du canal cystique par un calcul (cholécystite aiguë lithiasique non compliquée), démontre qu’une antibiothérapie en pré et post-opératoire ne réduit pas de manière significative la survenue d’une infection. Ce travail est le résultat d’une importante étude collaborative

Publiée dans la prestigieuse revue JAMA*, une étude menée sur 414 patients ayant eu une ablation de la vésicule biliaire (cholécystectomie) suite à une inflammation due à l’obstruction du canal cystique par un calcul (cholécystite aiguë lithiasique non compliquée), démontre qu’une antibiothérapie en pré et post-opératoire ne réduit pas de manière significative la survenue d’une infection. Ce travail est le résultat d’une importante étude collaborative menée entre les équipes du Pr Jean-Marc Regimbeau (service de Chirurgie digestive et métabolique au CHU d’Amiens) et celle du Pr Marc Pocard (service de Chirurgie digestive à l’hôpital Lariboisière, AP-HP Paris).
 
Complication de la lithiase vésiculaire, la cholécystite aiguë
est une maladie fréquente caractérisée par la présence de calcul biliaire dans la vésicule ou les voies biliaires. En l’absence de traitement, la maladie peut évoluer vers une forme sévère de péritonite biliaire nécessitant des soins intensifs. Actuellement, le traitement de référence est la chirurgie (cholécystectomie) en semi urgence. Une antibiothérapie en pré- et per-opératoire est recommandée, sans réelle preuve scientifique, dans le but de diminuer le taux d’infection post-opératoire. La présence de germes dans la bile étant retrouvée dans 40 à 60% de cas.
Le nombre de patients hospitalisés en France pour cholécystite aiguë lithiasique est de 40 000 environ par an.

L’étude clinique publiée dans JAMA a été réalisée sous l’égide du FRENCH Study Group et a impliqué au plan national plusieurs équipes de chirurgie digestive. Elle a été menée chez 414 patients opérés d’une cholécystite aiguë lithiasique dans 17 centres français entre mai 2010 et aôut 2012. 
Durant leur hospitalisation, tous les patients ont reçu en pré- et per-opératoire une antibiothérapie de 2g trois fois par jour d’amoxicilline et d’acide clavulanique. Après l’intervention, les patients ont été répartis en deux groupes de manière aléatoire (étude randomisée): un premier groupe a continué à recevoir la même antibiothérapie durant 5 jours et l’autre n’en a plus reçu.
 
Les résultats obtenus ont indiqué un taux d’infection post-opératoire de 15% chez les patients du groupe sans antibiothérapie et de 13% pour le groupe avec antibiothérapie.  Le score de Clavien, correspondant à une classification des complications chirurgicales, s’est révélé identique dans les deux groupes. 
 
Cette étude importante démontre qu’après une cholécystite aiguë lithiasique non compliquée, il est possible d’éviter une antibiothérapie prolongée en post-opératoire. Un enseignement qui débouche sur une amélioration de la logique des soins, une économie de médicaments et qui va contribuer à limiter la sélection de germes multirésistants.
 
 
*Effect of postoperative antibiotic administration on postoperative infection following cholecystectomy for acute calculous cholecystitis: a randomized clinical trial. Regimbeau JM, Fuks D, Pautrat K, Mauvais F, Haccart V, Msika S, Mathonnet M, Scotté M, Paquet JC, Vons C, Sielezneff I, Millat B, Chiche L, Dupont H, Duhaut P, Cossé C, Diouf M, Pocard M; FRENCH Study Group. JAMA. 2014 Jul;312(2):145-54.
 
Contact : Véronique Dubernard, PhD
Communication scientifique – Hôpitaux Universitaires Saint-Louis, Lariboisière, Fernand-Widal –   http://recherche-ghparis10.aphp.fr/
Tél : 01 42 38 51 40 – veronique.dubernard@sls.aphp.fr

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.