Innov’pôle Santé ou comment Toulouse booste l’innovation

Faciliter l’accès des patients aux nouvelles thérapeutiques, apporter aux professionnels des outils, méthodes et organisations toujours plus adaptés, accompagner l’évaluation des innovations en santé, accélérer leur accès au marché, tels sont les enjeux d’Innov'pôle Santé (IPS) lancée par le CHU de Toulouse et ses partenaires*. « Plateforme d’accélération des innovations en santé, Innov'pôle Santé est la réponse toulousaine aux défis de la médecine du futur et de la transformation du système de soins en un système de santé » résume Marc Penaud, directeur général du CHU de Toulouse et fondateur d’Innov’Pôle Santé.

Faciliter l’accès des patients aux nouvelles thérapeutiques, apporter aux professionnels des outils, méthodes et organisations toujours plus adaptés, accompagner l’évaluation des innovations en santé, accélérer leur accès au marché, tels sont les enjeux d’Innov’pôle Santé (IPS) lancée par le CHU de Toulouse et ses partenaires*. « Plateforme d’accélération des innovations en santé, Innov’pôle Santé est la réponse toulousaine aux défis de la médecine du futur et de la transformation du système de soins en un système de santé » résume Marc Penaud, directeur général du CHU de Toulouse et fondateur d’Innov’Pôle Santé.
Cette initiative conforte le rayonnement de la capitale de la région Occitanie. Terre d’innovation et de progrès, Toulouse dispose en effet de nombreux atouts scientifiques, académiques parmi lesquelles des unités de recherche, des laboratoires, des écoles renommées et un CHU auteur de 12 premières mondiales**. Cependant le cloisonnement des équipes et les difficultés de transfert des découvertes sur le marché restent les points faibles de ces acteurs. D’où la volonté de fédérer les énergies pour donner toutes ses chances au progrès qu’il s’agisse de dispositifs médicaux ou de technologies numériques en santé.
Décloisonner la recherche académique et industrielle en construisant une chaîne de valeur allant de l’idée à la valorisation.
Les premiers dossiers portés par Innov’pôle Santé concernent les objets connectés notamment dans le domaine des pathologies métaboliques et cardio-vasculaires, l’exploitation de données en temps réel dans le vieillissement, les handicaps sensoriels, la simulation et la robotique… « Le CHU amène une plus-value au niveau de l’intérêt médical et de la valeur d’usage grâce au regard du professionnel de santé et du patient. Cela permet de cibler les bonnes idées et les opportunités technologiques en matière de santé (dispositifs médicaux et objets connectés) et de les accompagner afin d’améliorer le parcours du patient intégrant les liens ville-hôpital et domicile-hôpital par le biais de la e-santé. C’est dans cet objectif qu’a été conçue la plateforme IPS » précise Anne-Laure Navarre, directrice-adjointe à la recherche et à l’innovation du CHU de Toulouse, en charge d’IPS
À partir d’une connaissance fine de l’écosystème, Innov’pôle Santé déploie pour chaque projet un réseau de partenaires, parmi lesquels figurent : les clusters Biomed Alliance (santé) et Digital 113 (solutions digitales), le cluster Medicalps de Grenoble (santé), le « Cluster Silver Eco » : réseau avec l’écosystème du vieillissement (start-up, économie solidaire, institutions telles que la CARSAT…), Hub4AIM, Living-Labs (I2LM, ISIS Health Connected…), MEDES, BP…
« L’une des vocations d’Innov’ Pôle Santé est d’être une structure favorisant la rencontre et le dialogue, permettant l’émergence d’idées en provenance des médecins. Pour aller vers la validation industrielle, ceux-ci seront soutenus dans la construction de leurs projets. Beaucoup d’initiatives personnelles pourront être développées et gagner en visibilité avec Innov’ Pôle Santé. » projette le Pr Olivier Deguine, chef de service ORL/oto-neurologie/ORL pédiatrique du CHU.
Lors de la plateforme, le prix Innov’pôle Santé a été remis un premier prix au projet SWALLIS MEDICAL, le 22 octobre 2019
SWALLIS DSA (Device for Swallowing Analysis) est développe un dispositif de monitorage, diagnostic et réhabilitation des troubles de la déglutition. Le système utilise les signaux de la déglutition pour diagnostiquer et surveiller la dysphagie. SWALLIS, soutenu par l’intelligence artificielle, a pour objectif de changer la façon dont la dysphagie est diagnostiquée et prise en charge.
SWALLIS DSA se compose de :
– Un collier non invasif, portable et ergonomique muni de capteurs qui détectent les signaux de la déglutition, de la respiration, toux et voix ;
– Un logiciel propriétaire SWALLIS Analyzer, qui mesure, analyse et suit l’évolution des patients dans le temps.
– Un programme de réhabilitation qui utilise les signaux pour faciliter les exercices de réhabilitation, renforcement musculaire, contrôle des postures à adopter pendant le repas pour éviter les fausses routes.
________ 
*Les membres fondateurs d’Innov’pôle Santé (IPS)
L’ensemble des membres fondateurs d’IPS met ses technologies et son savoir-faire au service des projets interdisciplinaires accompagnés par IPS. Il s’agit des structures et institutions suivantes : – CHU de Toulouse, – Toulouse Métropole, – Région Occitanie, – Pôle de compétitivité EUROBIOMED, – Pôle de compétitivité AÉROSPACE VALLEY, – CEA TECH, – Toulouse Tech Transfer, – Université Toulouse III-Paul Sabatier. L’ensemble des membres fondateurs est réuni au sein du Comité de direction qui établit la politique de soutien à l’innovation promue par IPS.
Innov’pôle Santé s’appuie sur l’expérience et le succès de la plateforme EDIT qui accompagne, depuis 2013, les concepteurs de nouveaux dispositifs médicaux.
*Les 12 premières mondiales réalisées par les équipes du CHU de Toulouse
2019 Reconstruction de la surface nasale par prélèvement de la peau de pli sous-mentonnier et revascularisation par détournement de deux artérioles longeant les deux artères faciales par les es Dr Guillaume de Bonnecaze et le Pr Benoît Chaput, CHU de Toulouse – communication le 7 octobre 2019
2017 1ère pose d’une prothèse trachéobronchique sur mesure. Cet implant a été mis au point par une start up toulousaine AnatomikModeling. Les auteurs de cette avancée sont les Pr A.Didier, Pr J.Mazières, Dr N.Guibert – Dr C.Hermant de l’équipe du service de pneumologie du CHU de Toulouse – février 2017
2017 Premier organoïde de vessie réalisé grâce à ses propres cellules souches – Pr Xavier Gamé, Dr Jean-Baptiste Beauval, Département d’Urologie, d’Andrologie et de Transplantation rénale (Chef du département, Pr Michel Soulié), CHU de Toulouse  Dr Nathalie Vergnolle, Dr Audrey Ferrand, Institut de recherche en santé digestive (UMR Inserm / Université Toulouse III – Paul Sabatier / ENVT / Inra 1220) Dr Philipe Lluel, Dr Céline Rouget – Urosphere – Plate-forme de recherche en urologie expérimentale – annonce faite au grand public en février 2017
2015 Chirugie : 1ère transplantation rénale robot-assistée avec introduction du greffon par voie vaginale. L’extraction rénale sur donneuse vivante et la transplantation ont toutes deux été réalisées par voie vaginale avec assistance robotique lors d’une séquence unique – Docteur Nicolas Doumerc, expert en chirurgie urologique robot-assistée, le Docteur Federico Sallusto, chirurgien urologue – CHU de Toulouse – 9 juillet 2015
2015 Chirurgie : 1ère greffe de rein par voie vaginale avec assistance robotique Docteur Nicolas Doumerc, expert en chirurgie urologique robot-assistée, le Docteur Federico Sallusto, chirurgien urologue – CHU de Toulouse, le 13 mai 2015
2009 Troubles urinaires : vaporisation bipolaire du sphincter externe de l’urèthre, Docteur Xavier Gamé, service d’Urologie, CHU de Toulouse, 23 janvier 2009
2007 Première greffe domino de rein à partir d’un donneur vivant, Pr Pascal Rischmann, CHU Toulouse
2005 Incontinence urinaire chez l’homme : 1ère implantation d’un sphincter urinaire artificiel par voie laparoscopique, Docteur Xavier Gamé et le Professeur Pascal Rischmann, service d’Urologie, CHU de Toulouse, 11 octobre 2005
1986 Pose du premier stent endocoronnaire, Pr Jacques Puel en collaboration avec deux radiologues les Prs Rousseau et Joffre, CHU Toulouse, Inserm U858 12MR
1986 Première allogreffe de fémur vascularisé chez l’homme, Pr Philippe Chiron, Pr Jean Puget, Pr Yves Glock, CHU Toulouse
1984 Désobstruction coronaire per-opératoire par laser argon, Pr Gérard Fournial, Pr Jean Marco, CHU Toulouse

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.