Innov’actions CHU : 5 prix annoncent la médecine de demain

Découvreur de talents, le CHU de Nîmes invite ses équipes à imaginer les solutions de demain qui vont faciliter le quotidien des patients et de leurs proches, améliorer le travail des équipes ou renforcer le lien ville-hôpital. Pour mettre à l’honneur ses forces de progrès, le CHU de Nîmes a organisé une journée spéciale « Innov’actions CHU » le 13 octobre 2016. Parmi les 37 projets exposés 5 ont été primés par un jury composé de médecins, soignants et chefs d’entreprises membres du comité des Ambassadeurs du CHU. Un budget de 15 000 € du fonds de dotation a été alloué à cette initiative.
Découvreur de talents, le CHU de Nîmes invite ses équipes à imaginer les solutions de demain qui vont faciliter le quotidien des patients et de leurs proches, améliorer le travail des équipes ou renforcer le lien ville-hôpital. Pour mettre à l’honneur ses forces de progrès, le CHU de Nîmes a organisé une journée spéciale «  Innov’actions CHU » le 13 octobre 2016. Parmi les 37 projets exposés 5 ont été primés par un jury composé de médecins, soignants et chefs d’entreprises membres du comité des Ambassadeurs du CHU. Un budget de 15 000 € du fonds de dotation a été alloué à cette initiative.
«  Innov’actions CHU », les 5 lauréats
1er prix (6 000 €) : Développement d’un dispositif de simulation de chirurgie du tympan 
Dr Christophe Reynaud, service ORL-Chirurgie cervico-faciale
Début 2012, la Haute autorité de santé (HAS) a posé un principe fondamental : « jamais la première fois sur un patient ». Or, l’apprentissage de la chirurgie tympanique se fait actuellement par le biais de « petits actes chirurgicaux » au bloc opératoire. Une amélioration de la formation permettrait une meilleure réalisation des actes en situation réelle, limitant ainsi le nombre de complications (blessure du conduit auditif, allongement de la durée opératoire,…).
L’invention a donc pour but de développer une oreille artificielle simulant les mises en situation lors de la chirurgie du tympan et permettant la reproduction des gestes techniques.
Ce simulateur, à destination principalement des étudiants en médecine, optimisera l’apprentissage d’un large éventail de techniques en chirurgie tympanique, telles que l’extraction de bouchon de cérumen, la paracentèse, la mise en place d’aérateur type bobine, la mise en place d’aérateur de longue durée, la myringoplastie par greffon adipocytaire.
2e prix (4 000 €) : Projet "Som’Health", Programme d’éducation de patients atteints de troubles du sommeil et promotion de l’hygiène du sommeil 
Dr Beatriz Abril, service de Neurologie, Dr Gauthier Brisson neurologue, Marie-Julie Catoir, étudiante, Design et Communication, Université de Nîmes. 
Ce projet, en partenariat entre le CHU de Nîmes et l’Université de Nîmes (équipe PROJEKT spécialisée en innovation sociale par le design), vise à déterminer l’utilité des objets connectés pour dépister, suivre et éduquer les patients atteints d’insomnie chronique ; et étudier comment établir/renforcer le lien ville-hôpital dans les pathologies du sommeil. L’originalité de ce projet est de contribuer par le dialogue interdisciplinaire entre sciences médicales, sciences humaines et sciences du design, au champ de réflexion et de conception de la m-santé.
3e prix (2 500 €) : Master Design Innovation Société de l’Université de Nîmes et Direction Coordination générale des soins pour les projets menés avec l’Université de Nîmes 
Apprivoiser l’hôpital par le design. Les étudiants ont planché sur des aménagements intérieurs visant à simplifier l’orientation et le repérage, repenser l’accueil, les circulations et les informations, améliorer l’arrivée des usagers dans les services, gérer l’attente et le stress et offrir des services « de ville » 
4 projets qui urbanisent le CHU
Projet « Les curiosités » : neuf installations réparties dans le hall principal de Carémeau afin de faciliter les échanges (convivialité, humour, surprise, etc.).
Projet « Inverser les humeurs » : réorganiser l’accueil et les bureaux des entrées pour que ces zones d’attente deviennent des espaces de détente.
Projet « Les petites cabanes » : bibliothèque, jeux de société, jardinage… 4 cabanes réparties dans le hall principal de l’hôpital et les extérieurs, pour distraire les usagers, consultants et patients.
Projet « Quand la ville s’invite » : création d’évènements autour d’artisans de la région dans les espaces extérieurs du CHU. Mise en place d’ateliers permettant une initiation et la vente de leurs produits.
4e prix (1 500 €) : Prototype de potence pendulaire et projet de recherche 
Marc Fougeroux, masseur-kinésithérapeute 
La potence de lit « classique » est une aide technique à la mobilité du patient. Cette potence, bien qu’utile pour le rehaussement au lit, est souvent « mal utilisée » par les patients. L’invention consiste donc en une amélioration des potences existantes par le biais du positionnement et d’une nouvelle configuration.
5e prix (1 000 €) : Aquanesthésie : aquarium et anesthésie ou comment améliorer sur le plan sensoriel l’accueil du patient en salle d’opération ? 
Jean-François Penloup, Infirmier anesthésiste, Pôle ARDU.
Il s’agit d’un système d’écrans installés au plafond, au bloc opératoire qui diffuseront des images d’aquarium. Effet déstressant et relaxant garanti sur le patient.
Au cours de la journée une exposition présentait les équipements et dispositifs innovants du CHU de Nîmes. Parmi eux on retiendra
  • Lunettes de réalité virtuelle pour la réadaptation visuelle
  • Serious games pour la rééducation lombalgique
  • Mannequin nouveau-né de simulation en pédiatrie
  • Nouvelles technologies d’imagerie en 3D
  • Application d’éducation thérapeutique pour suivre et contrôler son diabète
  • Application "Clic & CHU" pour faciliter sa venue au CHU
  • Résonnance énergétique par stimulation cutanée (RESC)
  • Chambre des erreurs pour garantir l’hygiène, l’identito-vigilance et les médicaments

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.