Innovation dans le traitement des fractures du bassin

Le traitement des fractures du bassin par vissage percutané est certainement le résultat d'une précieuse collaboration entre radiologues et chirurgiens des services de radiologie et de traumatologie du CHU de Nice.

Cette technique raccourcit l’hospitalisation et la période de convalescence. Le retour à la vie active est fortement accéléré, la rééducation est moins longue. Elle est en outre plus précise ce qui permet une consolidation plus anatomique associant confort et économies importantes.

Les suites opératoires sont simples

En l’absence de lésion sévère des membres inférieurs ou de la colonne vertébrale, le blessé peut s’asseoir dès le surlendemain de l’opération et se tenir debout avec aide, au bout de 4 à 5 jours. Le séjour en chirurgie peut donc durer environ une semaine.
Outre, l’aspect humain, les conséquences économiques sont considérables puisque ce séjour est diminué de 25 à 30 jours.
Les traitements classiques sont :
– le traitement chirurgical complexe, risqué, réservé de ce fait aux fractures à grand déplacement et aux troubles neurologiques.
– Le traitement orthopédique impose un alitement strict, durant 4 à 6 semaines, particulièrement inconfortable mais aussi à l’origine de complications cutanées (escarres), rénales, pulmonaires et vasculaires parfois graves.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.