Innovation : Montpellier rejoint Languedoc-Roussillon Incubation

En intégrant l'incubateur régional, le CHU de Montpellier renforce un partenariat fructueux concrétisé par plusieurs créations de start up tels AVIITAM ou SPOT-TO-LAB. Explications.
En intégrant l’incubateur régional, le CHU de Montpellier renforce un partenariat fructueux concrétisé par plusieurs créations start up tels AVIITAM ou SPOT-TO-LAB. Explications.
«Cette adhésion s’inscrit en parfaite concordance avec les actions en cours au CHU de Montpellier en matière de valorisation et de transfert de technologies par la création d’entreprise et permettra à ce dernier de solliciter LRI pour favoriser le développement des futurs projets issus de ses laboratoires de recherche et de soins», se félicite le centre hospitalier. Explications
Sur la base d’un partenariat réussi
Passerelle entre le monde de la recherche publique et celui de l’entreprise, Languedoc-Roussillon Incubation réunit la majorité des établissements d’enseignement supérieur et des organismes de recherche présents sur le territoire du Languedoc-Roussillon.
Créé en 2000, soutenu par le Ministère en charge de la Recherche et la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée, l’incubateur a pour mission d’accompagner, de financer et de promouvoir la création d’entreprises valorisant des travaux de recherche publique. Il accompagne des projets d’essaimage de laboratoire, mais également des porteurs de projet exogènes à la recherche en les aidant à accéder à des compétences et technologies de pointe
Les activités de valorisation et la coopération avec Languedoc-Roussillon Incubation sont gérées au sein du secteur Partenariats et valorisation du CHU de Montpellier. Plusieurs startups sont déjà issues de ce partenariat réussi.
De beaux exemples de transfert de technologie
La création de la société AVIITAM, par le Pr Antoine Avignon et le Dr Vincent Attalin, tous deux médecins au CHU de Montpellier, en représente un bel exemple. Le projet est né de la volonté d’optimiser la relation médecin-patient en rendant le patient acteur de sa santé. L’objectif : faire gagner du temps aux médecins généralistes tout en améliorant la prise en charge des patients dans le cadre des maladies chroniques. La startup, créée en 2014, propose aujourd’hui le premier carnet de santé connecté aux médecins.
Dans le même esprit de valorisation de la recherche, Languedoc-Roussillon Incubation a accompagné la création de la société SPOT-TO-LAB qui s’appuie sur l’expertise et les technologies d’analyses issues des laboratoires de virologie et de biochimie-protéomique clinique du CHU de Montpellier. La société développe des kits de prélèvement sur buvard et mène des programmes de R&D dans le domaine des analyses biologiques.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.