Insertion des jeunes, le CHU de la Réunion et le GHER s’engagent

L’île de la Réunion connaît un contexte social et économique difficile qui pénalise tout particulièrement les jeunes dont le taux de chômage atteint 60% ; un pic qui fait de ce territoire la région où les moins de 25 ans vivent la situation la plus précaire de France. Parce qu’ils refusent cette fatalité et que pour eux l’action de former revêt une importance sociétale, l’Ecole de la Deuxième Chance de La Réunion (E2CR), le Centre Hospitalier Universitaire de La Réunion (CHU) et le Groupe hospitalier Est Réunion (GHER) conduisent main dans la main une action solidaire

L’île de la Réunion connaît un contexte social et économique difficile qui pénalise tout particulièrement les jeunes dont le taux de chômage atteint 60% ; un pic qui fait de ce territoire la région où les moins de 25 ans vivent la situation la plus précaire de France. Parce qu’ils refusent cette fatalité et que pour eux l’action de former revêt une importance sociétale, l’Ecole de la Deuxième Chance de La Réunion (E2CR), le Centre Hospitalier Universitaire de La Réunion (CHU) et le Groupe hospitalier Est Réunion (GHER) conduisent main dans la main une action solidaire au profit des jeunes très éloignés de l’emploi. Principaux employeurs, les hôpitaux réunionnais témoignent ainsi leur engagement aux côtés de la population, au-delà de leurs missions traditionnelles de santé et de recherche. « Cet engagement citoyen prend une valeur considérable lorsqu’il participe à la réussite professionnelle d’un jeune » explique David Gruson, Directeur Général du CHU de La Réunion et du GHER.
La convention de partenariat signée le 22 juin 2015 ouvre aux jeunes de nouveaux terrains de stages au sein du le CHU et du GHER. L’objectif est de leur proposer une découverte des différents secteurs d’activités et métiers et un coaching de qualité assuré par les professionnels hospitaliers. Cette immersion dans la vie active les aidera à concevoir un projet professionnel et va contribuer à les insérer dans le monde du travail.
Les principaux services ciblés sont : les fonctions logistiques, techniques, administratives, comme les métiers de l’animation et du champ médico-social. 
 
En savoir plus sur
Le projet professionnel d’un jeune s’élabore à partir de l’alternance en entreprise, qui intervient dès les premières semaines d’intégration à l’E2CR. L’orientation d’un stagiaire vers tel ou tel secteur n’est pas définie à l’avance et résulte d’un travail partenarial entre les secteurs professionnels, l’Ecole et le stagiaire.
En développant son réseau de partenaires, l’E2CR multiplie ainsi les opportunités de découvertes professionnelles et d’insertion pour ses stagiaires, tout en donnant du sens à leurs efforts fournis en centre comme en entreprise. En effet, malgré les contraintes socio-économiques existantes, l’E2CR  présente un taux de sorties positives de 50% sur la période 2011-2015 (Mai). Sur le premier semestre 2015, ce taux s’élève à 58%, grâce aux efforts engagés par l’école pour optimiser les dispositifs et les partenariats avec le monde économique notamment.

Le CHU de la Réunion et le GHER
1er employeur et plus gros acheteur de biens, le CHU de la Réunion emploie plus de 6 000 professionnels dans 150 métiers au service de la santé. Quant au Groupe hospitalier Est Réunion, il compte près de 800 professionnels dont 70 médecins

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.