Installation du Conseil de surveillance, Michel Destot, maire de Grenoble, élu président

Le Conseil de surveillance du CHU de Grenoble a élu son président, Michel Destot, Maire de Grenoble et Président de l'Association des Maires des grandes villes de France, lors de son installation en présence de l'Agence Régionale de Santé vendredi 25 juin 2010. Il a désigné comme vice-président le Pr Jean-Luc Debru, doyen honoraire. Par ailleurs ce conseil intègre comme membre, le président de l'Université de Grenoble Farid Ouabdesselam.

Le Conseil de surveillance du CHU de Grenoble a élu son président, Michel Destot, Maire de Grenoble et Président de l’Association des Maires des grandes villes de France, lors de son installation en présence de l’Agence Régionale de Santé vendredi 25 juin 2010. Il a désigné comme vice-président le Pr Jean-Luc Debru, doyen honoraire. Par ailleurs ce conseil intègre comme membre, le président de l’Université de Grenoble Farid Ouabdesselam.

Michel Destot s’est réjoui de la confiance que lui a témoignée à l’unanimité le Conseil de surveillance. Il s’est engagé à poursuivre son engagement au service de l’hôpital public, à soutenir le directeur général dans une politique menée en bonne intelligence avec le personnel, le corps médical et l’administration.

Le Conseil a adopté le compte financier 2009 et entendu le directeur général sur l’état prévisionnel des recettes et des dépenses (EPRD) 2010, qui sera arrêté après le directoire du 5 juillet.

Le Conseil de surveillance suivra avec attention la mise en oeuvre du projet d’établissement 2006-10 approuvé qui s’est déjà traduit par la mise en service récente de l’hôpital Couple Enfant (maternité, néonatologie, génétique) fin 2008, de l’Institut de rééducation Sud mi 2009, et de l’Institut de Biologie et Pathologie en juin 2010.

Axé sur la performance et l’innovation au service du territoire de Grenoble (700 000 habitants) et du sillon alpin (2 millions d’habitants en Isère, Savoie et Haute-Savoie), le projet d’établissement vise à rétablir l’équilibre tout en poursuivant la modernisation nécessaire des deux sites Nord et Sud, en améliorant l’attractivité des unités du CHU et leur performance, dans une forte ambition hospitalo-universitaire.

Première université à avoir fusionné dès septembre 2009 les premières années de médecine et de pharmacie, avec une pédagogie numérique innovante, l’université de Grenoble et le CHU ont programmé dans le cadre du plan campus de l’université de Grenoble la reconstruction des instituts de formation de niveau licence destinés aux futurs médecins, pharmaciens, sages-femmes et paramédicaux, dans un bâtiment commun sur le domaine universitaire à l’horizon 2014.

Université et CHU prévoient également de déposer fin 2010 un projet d’Institut Hospitalo-Universitaire axé sur les diagnostics, thérapeutiques et suppléances innovantes, fédérant les axes forts de recherche du site et les instituts thématiques dédiés aux neurosciences, au cancer et au développement, aux gestes médico chirurgicaux assistés par ordinateur, et à la biologie.

Le projet d’Établissement 2011–2015 en préparation sera délibéré par le conseil de surveillance début 2011. Il vise à répondre, dans le nouveau contexte de la loi Hôpital Patients Santé et Territoires, aux défis posés par l’adaptation des prises en charges au vieillissement de la population, aux évolutions technologiques, aux attentes de la population pour davantage d’information et de qualité d’accueil, une médecine et chirurgie moins invasives, des services à domicile en réseau avec l’ensemble des acteurs de santé du sillon alpin.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.