Institut Faire Faces, pôle d’expertise en chirurgie de la défiguration

Avec deux transplantations faciales à son actif dont une première mondiale en 2005, l'équipe du professeur Devauchelle pionnière en chirurgie de la défiguration, continue à innover en programmant pour 2012 l'ouverture de l'Institut Faire Faces (IFF), premier centre international dédié à la recherche et à la formation sur l'ensemble des techniques et des approches mobilisées dans la reconstruction de la face.

Avec deux transplantations faciales à son actif dont une première mondiale en 2005, l’équipe du professeur Devauchelle pionnière en chirurgie de la défiguration, continue à innover en programmant pour 2012 l’ouverture de l’Institut Faire Faces (IFF) : premier centre international dédié à la recherche et à la formation sur l’ensemble des techniques et des approches mobilisées dans la reconstruction de la face.

Pôle de référence unique en Europe, l’Institut Faire Faces réunira les spécialités et techniques de pointe, de la thérapie cellulaire à la robotique en passant par les biomatériaux ou les dernières techniques d’imagerie. Le regroupement des compétences confortera les synergies entre ces différentes disciplines et permettra de faire progresser les approches chirurgicales.

Centre international de formation en chirurgie réparatrice du visage et microchirurgie, l’Institut Faire Faces sera ouvert aux chirurgiens souhaitant se spécialiser. « L’Institut renforcera la capitalisation des programmes existants et le réseau européen » analyse le professeur Devauchelle. A la pointe de la technologie, un centre de téléconférence reliera les salles de formation aux blocs chirurgicaux, et s’inscrira dans les applications les plus récentes de la télémédecine.

Le champ de recherche de l’Institut Faire Faces s’étendra à la santé publique et aux sciences humaines. Il s’ouvrira aux réflexions philosophiques et sociétales liées aux défigurations et aux greffes de la face.

Lieu d’accueil et d’information du public, IFF engagera également une démarche de réflexion et de sensibilisation en faveur de l’intégration des personnes défigurées. Il accueillera par ailleurs, un pôle d’orthophonie et un centre du langage.

Si une partie des projets de recherche sont d’ores et déjà en place, l’Institut Faire Faces a pour vocation de créer un pôle d’activités appuyé sur des réseaux régionaux, nationaux et européens, et de valoriser les recherches et les travaux de l’équipe et de ses partenaires. Au-delà du prestige apporté par l’implication de chirurgiens et de chercheurs de haut-niveau, les activités d’IFF contribueront à renforcer l’image innovante de la région Picardie et la dynamique technologique de ses entreprises. Le programme de recherche sur les techniques de pointe vise le développement d’applications industrielles.

L’Institut Faire Faces se construit en partenariat avec les autres structures de recherche du CHU, sur le site du nouveau Centre hospitalo-universitaire. Porté par le CHU d’Amiens et le professeur Devauchelle et soutenu par le Conseil régional et par l’Union européenne, il bénéficie de nombreux partenariats : l’association des Gueules Cassées, l’Université de Technologie de Compiègne (UTC), l’Institut polytechnique Lasalle, de l’Université de Picardie-Jules Vernes (UPJV).

Future plate-forme européenne de recherche et de formation avancée en chirurgie de l’extrémité céphalique, IFF a également reçu le support de l’Association européenne de chirurgie maxillo-faciale, dont il anime le projet de recherche. Il associe également de grands noms internationaux de la chirurgie réparatrice au plan mondial. En 2010, porté par l’équipe du Pr Devauchelle, l’Institut Faire Faces franchira de nouvelles étapes en rassemblant de nouveaux soutiens et de nouveaux partenaires en s’inscrivant dans le projet national de dynamisation de la recherche française.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.