Instituts hospitalo-universitaires (IHU) : les deux projets de Lyon

En réponse à l'appel d'offres lancé en juillet 2010 par Président Nicolas Sarkozy dans le cadre des « Investissements d'avenir », le CHU de Lyon présente deux projets : un institut hospitalo-universitaire (IHU) cardiovasculaire/nutrition intitulé « OPeRa » et un IHU neurosciences dénommé « CESAME » (CErveau et SAnté MEntale)

En réponse à l’appel d’offres lancé en juillet 2010 par Président Nicolas Sarkozy dans le cadre des « Investissements d’avenir », le CHU de Lyon présente deux projets : un institut hospitalo-universitaire (IHU) cardiovasculaire/nutrition intitulé « OPeRa » et un IHU neurosciences dénommé « CESAME » (CErveau et SAnté MEntale)

Un projet cardiovasculaire/nutrition intitulé « OPeRa »
Alors que les pathologies liées à la destruction des tissus et la défaillance des organes sont la 2ème cause de mortalité dans le monde et la 3ème en France, le projet OPeRa (Organ ProtEction & ReplAcement) se fixe comme objectif de créer un centre d’excellence dans le domaine de la recherche, de la formation et du soin, centré sur la protection et le remplacement des organes, avec un intérêt particulier pour :
– Les risques métaboliques (nutrition, diabète, obésité, hyperlipidémie)
– L’agression aiguë et chronique des organes et tissus (ischémie-reperfusion (coeur, rein, cerveau), inflammation, auto-immunité)
– L’inflammation (réponse immuno-pathologique, inflammation aiguë et chronique)
– Le rejet chronique et les conséquences de l’immunosuppression après transplantation (infectieuses, cancéreuses, cardiovasculaires et métaboliques), incluant les perspectives d’avenir liées à la greffe de tissu composite et la régénération tissulaire

Ce projet d’ambition internationale vise à créer des conditions optimales de recherche grâce à une approche interactive et innovante reposant sur la collaboration de plus de 260 chercheurs, 150 doctorants et 75 post-doctorants issus de l’INSERM, du CNRS, de l’INRA, de l’Université de Lyon et de nombreuses équipes du CHU de Lyon.

L’IHU OPeRa s’intègre parfaitement dans un environnement adapté et attractif qui réunit des industriels et des collectivités territoriales engagées dans le soutien à la santé, au sein duquel se trouve le pôle de compétitivité Lyon Biopôle. L’IHU se place dans la continuité de la structuration à Lyon de la recherche et du soin, déjà concrétisée par la mise en oeuvre du projet CENS (Centre Européen en Nutrition et Santé), de la reconfiguration du Centre d’Investigation Clinique (CIC) de Lyon, et de la création récente d’une unité mixte de recherche CARMEN. L’IHU sera adossé à une Fondation de Coopération Scientifique et bénéficiera à ce titre d’une gestion souple et une réactive, tout en assurant l’interface avec les partenaires.

Pour plus d’informations : Pr Michel OVIZE, chef du service d’Exploration Fonctionnelle Cardiovasculaire – michel.ovize@chu-lyon.fr / 04 72 35 69 07

Un projet neurosciences intitulé « CESAME » (CErveau et SAnté MEntale)
Le poids économique des maladies du Cerveau en Europe a été évalué par le « European Brain Council » à 390 milliards d’? en 2005 dont 76 % concernent les troubles mentaux. Pour répondre à ce défi par un effort d’innovation thérapeutique sans précédent, l’IHU CESAME combine les forces d’un réseau unique de 34 équipes de recherche d’excellence rattachées aux trois grandes universités lyonnaises et celles de l’ensemble de la communauté des neurologues, neurochirurgiens, psychiatres et psychologues du CHU de Lyon et de l’Hôpital du Vinatier. Toutes ces ressources cliniques et de recherche sont concentrées sur le site du Neurocampus Lyon-Est.
Les premiers travaux du Prof M. Jouvet sur la physiologie du sommeil, suivis de la création du premier Hôpital Neurologique Universitaire européen (Hôpital Pierre Wertheimer) et de l’Institut des Sciences Cognitives sous l’impulsion du Prof. M Jeannerod, ont abouti à une concentration exceptionnelle d’équipes de recherche et de soin dans le domaine des Neurosciences et des Sciences de la Cognition à Lyon.

Une nouvelle étape est franchie par l’IHU CESAME qui, en alliant les Neurosciences aux Sciences Humaines et Sociales, replace le patient dans son environnement personnel, familial, social, culturel et institutionnel, ouvrant ainsi de nouvelles perspectives de recherche interdisciplinaire allant de la biologie cellulaire au vécu individuel et collectif des maladies du cerveau.

Pour assurer cette continuité transdisciplinaire, l’IHU CESAME financera la création de 5 plates-formes de haute technologie (ingénierie cellulaire, signaux intra-cérébraux, barrière sang-cerveau, imagerie fonctionnelle cérébrale, environnement virtuel et neuro-immersion), des projets de recherche émergents, ainsi que l’ouverture de chaires et de nouvelles filières de formation interdisciplinaire en partenariat avec les investisseurs privés.

Les quatre principes fondateurs de l’IHU CESAME, en concordance avec les priorités des programmes nationaux et européens de recherche médicale, sont :
1) de développer des thérapies innovantes fondées sur notre nouvelle connaissance des liens entre cerveau et processus mentaux, normaux et pathologiques ;
2) d’utiliser notre capacité d’analyse des dysfonctionnements cérébraux pour protéger le cerveau et permettre au patient de se réadapter à son environnement personnel et social;
3) de centrer notre questionnement scientifique sur le patient et d’y répondre par une solution thérapeutique au terme de boucles de recherche translationnelle;
4) d’inscrire l’évaluation des impacts psychologiques, éthiques et socio-économiques des thérapies innovantes au coeur de notre stratégie de recherche.

Par ailleurs, l’IHU CESAME vise à promouvoir, financer, organiser et exploiter la recherche clinique sur le cerveau par la création d’un Neurobiopôle dédié au renforcement des collaborations avec l’environnement industriel et d’un Centre de Recherche Clinique doté d’une plateforme de stockage et de fouille de données. Il est donc naturellement soutenu par l’Alliance pour la Recherche et l’Innovation des Industries de Santé (ARIIS), les pôles de compétitivité Imaginove et Lyon-Biopôle, et plus de trente industriels de l’industrie pharmaceutique, de l’imagerie, des technologies médicales, de la simulation, des jeux, de la robotique et de l’ingénierie cognitive.

Pour plus d’informations : Pr François MAUGUIERE, chef du service de Neurologie fonctionnelle et épileptologie – francois.mauguiere@chu-lyon.fr / 04 72 35 70 44

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.