Insuffisance cardiaque: 1ère implantation française de valve TricValve à l’hôpital Henri-Mondor AP-HP

L’Unité fonctionnelle de cardiologie Interventionnelle de l’hôpital Henri-Mondor AP-HP a réalisé la première implantation française de valve TricValve chez un patient âgé de 85 ans présentant une insuffisance valvulaire tricuspide inopérable et responsable d’épisodes récidivants d’insuffisance cardiaque droite.
L’Unité fonctionnelle de cardiologie Interventionnelle de l’hôpital Henri-Mondor AP-HP a réalisé la première implantation française de valve TricValve chez un patient âgé de 85 ans présentant une insuffisance valvulaire tricuspide inopérable et responsable d’épisodes récidivants d’insuffisance cardiaque droite.
Cette intervention a été réalisée par l’équipe du Pr Teiger avec le Dr Gallet, le Dr Riant, et s’est appuyée sur l’expertise du Pr Figulla, directeur émérite du département de cardiologie de l’université Friedrich- Schiller à Iena (Allemagne).  
La valve tricuspide est la valve cardiaque qui sépare l’oreillette droite du ventricule droit. Une atteinte de cette valve, associée à un risque accru de mortalité et à une qualité de vie altérée, est à l’origine d’une insuffisance cardiaque et d’hospitalisations à répétition. Une intervention chirurgicale en vue de réparer cette fuite tricuspide est souvent à haut risque chez des patients notamment poly-pathologiques, ayant déjà subi plusieurs opérations. 

L’implantation de deux stents valvés

La procédure innovante a consisté, après une ponction veineuse fémorale, en l’implantation de deux stents valvés à armature autoexpansible au niveau des deux veines caves par voie percutanée sous contrôle angiographique et échographique. Elle a permis de faire disparaître les œdèmes du patient qui a pu sortir rapidement du service de cardiologie de l’hôpital Henri-Mondor AP-HP.

Cette implantation permet donc de corriger les conséquences d’une insuffisance tricuspide majeure qui ne peut être traitée par voie chirurgicale.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.