Insuffisance cardiaque, diabète quand la télésurveillance change la donne

Personnalisation des soins, proximité et rigueur... le CHU de Nîmes déploie son offre de télémédecine via la télésurveillance des patients souffrant de deux pathologies : l’insuffisance cardiaque et le diabète. Grâce à cette connexion, un suivi à distance est établi avec un médecin ou un professionnel de santé qui interprète les données et adapte le traitement au plus près de l'évolution de la santé du patient. Des évolutions qui vont changer la vie de milliers de personnes traitées au CHU de Nîmes, pionnier en matière de solutions numériques et de parcours patients simplifiés.
Personnalisation des soins, proximité et rigueur… le CHU de Nîmes déploie son offre de télémédecine via la télésurveillance des patients souffrant de deux pathologies : l’insuffisance cardiaque et le diabète. Grâce à cette connexion, un suivi à distance est établi avec un médecin ou un professionnel de santé qui interprète les données et adapte le traitement au plus près de l’évolution de la santé du patient. Des évolutions qui vont changer la vie de milliers de personnes traitées au CHU de Nîmes, pionnier en matière de solutions numériques et de parcours patients simplifiés.

En constante augmentation avec 4,9 % de la population atteinte, le diabète concerne 39 000 patients dans le Gard
, dont 25 % sont traités par insuline. Cette pathologie a bénéficié, au fil des années, d’innovations dans l’administration du traitement, en particulier au niveau des pompes à insuline. Actuellement, une des « révolutions » tient au mode de surveillance, grâce aux lecteurs de glycémie innovants qui ne nécessitent plus de ponction au doigt, mais un simple « scan » sur un petit capteur placé sur le bras. 
Autre révolution, les lecteurs sont maintenant connectés selon un mode proche du bluetooth. Sans aucune manipulation du patient, cette technologie se charge de transférer automatiquement les glycémies capillaires sur une plateforme web dédiée. Grâce à ce dispositif le soignant visualise, à distance et en continu, les courbes des glycémies capillaires et, si besoin, contacte le patient pour d’éventuelles réadaptations thérapeutiques à distance.
La télésurveillance du diabète, bientôt proposée au CHUN par le service des Maladies métaboliques et endocriniennes (MME), permettra d’améliorer l’équilibre du diabète, de réduire le nombre d’hospitalisations et surtout d’alléger la vie des patients qui n’auront plus besoin de se déplacer en consultation spécialisée. 500 personnes sont concernées.
Un dispositif similaire sera mis en place pour la télésurveillance de l’insuffisance cardiaque.
En France plus d’un million de patients souffrent de cette pathologie et ce chiffre ne cesse de croître du fait du vieillissement de la population. Le nombre d’hospitalisations pour insuffisance cardiaque en France a augmenté de +22% en 10 ans, si bien qu’actuellement l’insuffisance cardiaque aiguë est la première cause d’hospitalisation chez les plus de 65 ans. Elle est également grevée d’un fort taux de ré-hospitalisations avec 20% des patients qui sont réadmis dès le premier mois. 
L’essor de la télémédecine, en partie du à l’émergence des objets connectés, permet de proposer au patient insuffisant cardiaque, un suivi renforcé entre les consultations médicales. Les patients nîmois à plus haut risque d’hospitalisation disposeront d’une balance et d’une tablette toutes deux connectées. A partir du relevé quotidien de leur poids et de leurs réponses aux questions simples, il sera possible de prédire le risque de nouvelle poussée d’insuffisance cardiaque. Ces données seront transmises à une plateforme web sécurisée disposant d’un algorithme performant et éprouvé. En cas de complication, une alerte sera transmise au service de cardiologie. Un ajustement thérapeutique sera alors entrepris rapidement par téléphone ou via une consultation rapprochée. Des séances d’éducation thérapeutique sont également intégrées au dispositif.
Parallèlement, le CHU de Nîmes vient d’ouvrir en cardiologie un hôpital de semaine de 12 lits avec chambres individuelles pour les hospitalisations de courte durée. L’Unité de soins intensifs de cardiologie (USIC) a, pour sa part, vu sa capacité doubler (de 6 à 12 lits) pour prendre en charge les urgences cardiologiques. L’extension du plateau technique non invasif a permis de diminuer les délais d’attente pour une consultation de près de 50 %. Ces aménagements vont profiter aux patients du Groupement hospitalier de territoire (GHT) Cévennes-Gard-Camargue qui verront ainsi leurs parcours simplifiés.
Téléchargez le dossier de presse

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Simuler un attentat ou une tempête pour préparer aux situations d’urgence 

Après l’impressionnant déploiement du “Shelter”, hôpital mobile du CHU de Toulouse, ce fut au tour du projet “SENS” d’être présenté lors de la dernière édition de SantExpo. SENS, ou autrement dit un centre de simulation environnementale et neurosensorielle de 140 m2, ayant la capacité de recréer diverses situations extrêmes pour préparer au mieux les professionnels de l’urgence à des crises majeures. Un projet attendu sur le site de l’hôpital Purpan en 2024.

A Santexpo, des CHU de France en transition(s)

Pour la deuxième année consécutive, les 32 CHU ont affiché leur unité à l’occasion de Santexpo, salon qui a réuni du 23 au 25 mai l’écosystème de la santé. S’il est difficile d’évaluer les retombées réelles pour les établissements, ce rassemblement sur deux stands et une même bannière (CHU de France) aura eu le mérite de faire valoir un certain nombre de thèmes, dont les transitions numérique, écologique ou sociale au sein de l’hôpital. A défaut d’énumérer tout ce que nos caméras ont pu capter d’échanges sur ces trois jours, la rédaction vous propose de revivre dix temps forts.

Vincent Vuiblet : “L’IA va profondément modifier l’ensemble des fonctions hospitalières.” 

Connaissance des maladies, aide aux diagnostics, dépistage précoce, prise en charge des patients, prédiction de l’efficacité des traitements ou encore suivi des épidémies… dans la santé comme dans d’autres domaines, l’Intelligence artificielle est promise partout. Si les perspectives semblent vertigineuses, difficile de saisir ce que cette évolution technologique, que certains appréhendent comme une “révolution”, implique réellement. A l’occasion de SantExpo, nous avons interrogé Vincent Vuiblet, Professeur de médecine au CHU de Reims et directeur de l’Institut d’Intelligence Artificielle en Santé Champagne Ardenne depuis 2020, sur ce sujet particulièrement d’actualité. L’occasion pour lui de nous éclairer, de balayer aussi un certain nombre d’idées reçues et de fantasmes.

Le CHU de Bordeaux aux petits soins avec ses nouveaux internes

Le 15 mai dernier, deux cent six nouveaux internes ont été accueillis au Grand Théâtre, bâtiment phare de la capitale girondine et propriété du CHU de Bordeaux. Un événement en grandes pompes voulu par Yann Bubien, peu de temps après son arrivée en tant que Directeur général.

A saint-Étienne, cette nouvelle clinique soigne les champions comme les sportifs du dimanche

Ouverte depuis novembre dernier, la Clinique Universitaire du Sport et de l’Arthrose (CUSA) accueille dix-sept praticiens travaillant de concert pour soigner les problématiques qui entourent l’appareil locomoteur. Et si son plateau technique de pointe voit défiler les sportifs de haut niveau comme les amateurs, c’est une autre population, touchée par l’arthrose et autres douleurs articulaires, qui prend massivement rendez-vous. Reportage.