Insuffisance cardiaque globale : 1ère implantation d’un cœur artificiel total à Dijon

En février 2016, un patient souffrant d'insuffisance cardiaque engageant son pronostic vital à très court terme a bénéficié d'un cœur artificiel total. Une 1ère au CHU de Dijon Bourgogne. Opéré en urgence, le patient a très bien supporté l’intervention et son état de santé désormais satisfaisant lui permet d'être à nouveau éligible à une transplantation.

En février 2016, un patient souffrant d’insuffisance cardiaque engageant son pronostic vital à très court terme a bénéficié d’un cœur artificiel total. Une 1ère au CHU de Dijon Bourgogne. Opéré en urgence, le patient a très bien supporté l’intervention et son état de santé désormais satisfaisant lui permet d’être à nouveau éligible à une transplantation.
Depuis cette date, les personnes souffrant d’insuffisance cardiaque avec atteinte des deux ventricules peuvent bénéficier de l’implantation d’un cœur artificiel total au CHU Dijon Bourgogne. Ce dispositif a déjà démontré son intérêt, puisque quelque 1 600 cœurs artificiels de 13 modèles différents ont été implantés avec succès à travers le monde
Cette nouvelle technique se présente comme une solution de transition immédiatement disponible pour les patients en situation d’urgence : décompensation cardiaque globale terminale ne répondant pas aux traitements classiques. 
Plus efficace et plus confortable que les assistances classiques cette implantation permet une amélioration de l’état clinique des patients concernés, qui peuvent retrouver des conditions de vie quasiment normales, avec un éventuel retour à domicile dans l’attente d’une transplantation. 
Les services de Chirurgie Cardio-vasculaire et thoracique et d’Anesthésie Réanimation cardio-vasculaire ont acquis depuis 2007 une grande expérience dans l’implantation d’assistance cardiaque. Cette technique ne convient malheureusement pas aux patients les plus graves. Le déploiement de cette activité nouvelle conforte le CHU Dijon Bourgogne dans son rôle de référent à l’échelle de la région Bourgogne – Franche-Comté, voire au-delà.
Les maladies cardio-vasculaires, dont l’insuffisance cardiaque, sont la première cause de mortalité dans le monde, bien avant les cancers. Cette situation s’est aggravée du fait de la pénurie d’organes constatée au niveau national et de l’augmentation du nombre de patients en attente de greffe.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.