Insuffisance cardiaque : le CHUGA informe

L'insuffisance cardiaque touche 1 million de personnes en France mais demeure une maladie méconnue des français. Repérer les signes avant-coureurs, maintenir une activité physique adaptée... les messages de sensibilisation et de prévention sont essentiels. A Grenoble, les recommandations sont faites par les professionnels de santé du CHUGA et des structures spécialisées partis à la rencontre les usagers de l'hôpital grenoblois, lors de la Journée Nationale de l'insuffisance cardiaque, ce 17 mai 2018.

L’insuffisance cardiaque touche 1 million de personnes en France mais demeure une maladie méconnue des français. Repérer les signes avant-coureurs, maintenir une activité physique adaptée… les messages de sensibilisation et de prévention sont essentiels. A Grenoble, les recommandations sont faites par les professionnels de santé du CHUGA et des structures spécialisées partis à la rencontre les usagers de l’hôpital grenoblois, lors de la Journée Nationale de l’insuffisance cardiaque, ce 17 mai 2018. 
L’insuffisance cardiaque se définit par un état physiopathologique au cours duquel le cœur a des difficultés à assurer un débit sanguin suffisant pour répondre aux besoins métaboliques des différents organes vitaux de notre organisme. Lors que le cœur dysfonctionne, la pression du sang augmente en amont du cœur, c’est-à-dire au niveau des poumons expliquant l’essoufflement, puis au niveau du foie et du système veineux expliquant les œdèmes et la prise de poids. En aval du cœur, la diminution du débit sanguin atteint le rein qui va éliminer moins de sel et d’eau, aggravant les œdèmes et atteint les muscles expliquant la fatigue ressentie à l’effort.
« Les professionnels du Pole Thorax et Vaisseaux du CHU Grenoble Alpes sont fortement mobilisés tout au long de l’année dans la prise en charge des patients souffrant d’insuffisance cardiaque. De la prévention et du dépistage comme c’est le cas aujourd’hui jusqu’à la greffe pour les cas les plus complexes, le CHUGA propose un accompagnement complet en lien avec la médecine de ville et tous les professionnels de santé du Réseau des insuffisants cardiaque de l’Isère (RESIC 38). Le traitement de l’insuffisance cardiaque nécessite en effet une approche collective pluridisciplinaires qui s’adapte selon le mode de vie et les besoins du patient » explique le Docteur Muriel Salvat, cardiologue responsable de l’insuffisance cardiaque au CHUGA. Des échanges ont ainsi lieu entre l’hôpital, les autres établissements de santé, le médecin généraliste ou encore le pharmacien du patient.

Télésurveillance des patients insuffisants cardiaques

Depuis quelques années, le Pôle Thorax et Vaisseaux du CHUGA expérimente télésurveillance des patients insuffisants cardiaques. Pionnier dans ce domaine, le CHUGA a été le 1er établissement de la région Auvergne Rhône-Alpes -et l’un des 1ers en France- à avoir signé l’an dernier une convention de partenariat de télésurveillance et accompagnement thérapeutique pour les malades cardiaques avec  la Technologie Chronic Care ConnectTM. L’accord a été signé dans le cadre du programme ETAPES* (Article 36) d’expérimentation en télémédecine avec CDM e-Health, filiale d’Air Liquide Healtcare.
« La télémédecine est un outil supplémentaire dans la, prise en charge des patients insuffisants cardiaques. Elle permet de rendre le patient auteur de son parcours de soin », conclut le Docteur Muriel Salvat.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.