Insuffisance cardiaque : une journée pour prévenir le public au CHU Dijon Bourgogne

Encore mal connue, l'insuffisance cardiaque est une maladie invalidante qu'il est possible d'éviter en adoptant une bonne hygiène de vie. Pour sensibiliser le public à ces mesures de prévention, le CHU Dijon Bourgogne organise une journée d’information, le mardi 24 septembre 2019 dans le hall de l’hôpital François-Mitterrand. A cette occasion, le CHU rappelle les symptômes qui doivent alerter et présente son unité dédiée.

Encore mal connue, l’insuffisance cardiaque est une maladie invalidante qu’il est possible d’éviter en adoptant une bonne hygiène de vie. Pour sensibiliser le public à ces mesures de prévention, le CHU Dijon Bourgogne organise une journée d’information, le mardi 24 septembre 2019 dans le hall de l’hôpital François-Mitterrand. A cette occasion, le CHU rappelle les symptômes qui doivent alerter et présente son unité dédiée.
Insuffisance cardiaque : les premiers signaux
Essoufflement à l’effort et/ou en position allongée, prise de poids importante en quelques jours, l’œdème des membres inférieurs avec les jambes et les pieds gonflés, fatigue importante, y compris pour un petit effort, qui entraîne une baisse de l’activité avec aggravation de la perte musculaire. Ces 4 symptômes constituent les premières alertes. Ils traduisent une faiblesse cardiaque. Le cœur, qui est un muscle, se contracte et se détend à chaque battement pour faire circuler le sang dans le corps et ainsi apporter de l’oxygène et des éléments nutritifs aux organes. Dans le cas d’une insuffisance cardiaque, le muscle est devenu trop faible ou trop rigide pour fonctionner correctement. Ainsi, quand le cœur perd sa force musculaire et sa capacité de contraction normale, il ne peut plus effectuer correctement son travail de pompe. En conséquence, le débit du sang qui circule dans le corps diminue et n’est alors plus suffisant pour satisfaire les besoins de l’organisme.
« Plusieurs raisons, comme une crise cardiaque, une hypertension artérielle ou des facteurs liés au mode de vie peuvent être à l’origine de la dégradation de la pompe cardiaque et, par conséquent, de l’insuffisance cardiaque » indique le Pr Yves Cottin, chef du service de Cardiologie et Président de la Commission médicale d’établissement (CME) du CHU Dijon Bourgogne.
Les personnes souffrant d’insuffisance cardiaque peuvent, en apportant des changements positifs à leur mode de vie, mieux gérer leur état et la maladie et, ainsi, améliorer leur quotidien.
La prise en charge de l’insuffisance cardiaque au CHU Dijon Bourgogne
Créée en 2005, l’Unité thérapeutique de l’insuffisance cardiaque (UTIC) du CHU Dijon Bourgogne a pour but d’améliorer la prise en charge des patients insuffisants cardiaque en Bourgogne, par une équipe pluridisciplinaire composée d’un médecin, de deux infirmières titulaires du diplôme interuniversitaire « Prise en charge de l’insuffisance cardiaque » et d’une diététicienne. 
Le Dr Jean-Christophe Eicher, responsable de l’unité indique : « L’UTIC fonctionne sur la base de deux journées par semaine. L’une est organisée autour de la consultation externe, d’ateliers collectifs, et d’une phase d’éducation thérapeutique des patients hospitalisés pour insuffisance cardiaque avant leur sortie. La deuxième journée est dédiée à l’hospitalisation de jour, au cours de laquelle les patients suivent un parcours impliquant le médical et le paramédical et où sont réalisés des bilans plus complets (échocardiogrammes, contrôles de pacemakers et défibrillateurs, test de marche, bilans biologiques…) »
Une journée d’information grand public
Ainsi, l’Unité thérapeutique de l’insuffisance cardiaque du CHU Dijon Bourgogne tiendra un stand qui fera un focus sur l’organisation de l’unité. Novartis proposera des supports d’information ludiques et accessibles à tous. La Caisse primaire d’Assurance-maladie de Côte-d’Or présentera le dispositif PRADO de retour précoce au domicile pour les patients atteints d’insuffisance cardiaque. Un stand sera consacré aux « Gestes qui sauvent ». La Fédération française de cardiologie de Bourgogne sera également présente.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures prêt, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.