Intégration de l’art roman dans les lieux d’accueil et d’attente de Jean Bernard – Hôpital de la Milétrie

Avec la construction de bâtiments neufs (pôle coeur-poumons et satellite technique) et la restructuration du hall d'entrée et des abords de Jean Bernard, la Direction du C.H.U. de Poitiers a souhaité introduire l'art à l'hôpital en agrémentant les locaux d'accueil et de passage du public d'oeuvres ou de reproductions.Le thème retenu a été l'ART ROMAN, particulièrement à travers ses témoignages locaux et régionaux ; le C.H.U. marquant ainsi son ancrage dans la culture locale et son rayonnement régional.

Les supports retenus

La Fresque

Trois oeuvres ont été réalisées selon la technique de peinture murale propre à l’art roman.
Sur les thèmes de l’accueil et du soin, deux peintures ont été exécutées dans le hall d’accueil de Jean Bernard. Il s’agit d’une interprétation de deux enluminures de «La vie de Sainte Radegonde» par Fortunat (VIème siècle).
«Le Combat des Rois», extrait des peintures murales de l’Abbaye de Saint-Savin classées au Patrimoine mondial par l’UNESCO.
L’artiste est Jean-Jacques Jolinon, fresquiste au Centre international d’Art mural de Saint-Savin.

La sculpture

Différentes pièces en copie de monuments régionaux du XIIème siècle sont désormais disposés à l’extérieur ou à l’intérieur de Jean Bernard.
Sur le parvis de Jean Bernard, il s’agit de l’Arcade de l’église de Lichères (Charente) et du Chapiteau de la nef de Saint Pierre de Melle (Deux-Sèvres)
Dans l’espace d’accueil et d’attente de Jean Bernard, on peut admirer les claveaux de l’église de Matha-Marestay (Charente Maritime) ; le buste de Jeanne de Boulogne (Palais de Justice – Poitiers – Vienne), l’apôtre marchant (façade de la Cathédrale d’Angoulême) et la Chanson de Roland (façade de la Cathédrale d’Angoulême)
Les oeuvres ont été réalisées par Martine Vernisse, atelier de sculpture et de restauration d’oeuvres Artémis à Saint-Cybardeaux (Charente).

La photographie

Présentées en tableaux, les photographies représentent des sites ou monuments régionaux connus. Elles permettent par leur maniabilité d’animer les lieux de passage du public. On pourra ainsi admirer les détails de l’abbaye de Saint-Savin (détails des fresques du XIIème siècle), le vitrail de Cursay (Vienne), le château d’Aubeterre (Charentes – XIVème siècle), Airvault (Abbatiale Saint Pierre – XIIème siècle, l’abbaye de la Réau (Vienne) et la façade de Notre Dame la Grande ( Poitiers).
Deux tableaux sur l’art roman en Poitou-Charentes ont été réalisés en interne sur la base de documents et photographies fournis gracieusement par le Comité Régional du Tourisme de Poitou-Charentes.

Financement

La réalisation de ce projet d’intégration de l’Art Roman à l’hôpital de Poitiers a été possible grâce à la subvention exceptionnelle de 50 000 F attribuée par le Conseil Régional de Poitou-Charentes dans le cadre de l’Année du Patrimoine.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.