International : émulation de haut niveau autour de la médecine de catastrophe

Considéré comme une référence en matière de SAMU et de médecine de catastrophe, le CHU de Toulouse a noué des liens étroits outre-Atlantique. Après plusieurs voyages d’études et journées d’accueil entre experts des urgences, les collaborations entre le CHU de Toulouse et le Beth Israël Deaconess Medical Center (BIDMC) de Boston (USA) ont été officialisées par une convention de partenariat, un memorandum of understanding en médecine de catastrophe.
Considéré comme une référence en matière de SAMU et de médecine de catastrophe, le CHU de Toulouse a noué des liens étroits outre-Atlantique. Après plusieurs voyages d’études et journées d’accueil entre experts des urgences, les collaborations entre le CHU de Toulouse et le Beth Israël Deaconess Medical Center (BIDMC) de Boston (USA) ont été officialisées par une convention de partenariat, un memorandum of understanding en médecine de catastrophe. 
Désormais, les équipes bostoniennes et toulousaines disposent d’un cadre pour partager leurs expériences, les outils et supports pédagogiques innovants, les améliorations en matière d’organisation d’équipes, de techniques de réalisation d’exercices (y compris de grande échelle) et de simulations. Chaque partenaire apportera une plus-value en fonction de ses domaines d’expertise et notamment l’aide à la valorisation, à la recherche et à la publication, la médicalisation du pré-hospitalier et organisation des ressources et les collaborations avec les services publics en matière de préparation et de gestion des situations sanitaires exceptionnelles (Etat, pompiers, Ville, agence régionale de santé) 
Les échanges sont intenses. Ce mois-ci, une équipe d’experts américains s’est rendue à Toulouse pour rencontrer les équipes hospitalo-universitaires du CHU et des facultés de santé de Toulouse et assister à l’exercice de simulation de grande ampleur d’un plan blanc le 7 juin au soir, exercice commun au CHU et aux équipes de pompiers. 

Le rapprochement entre Boston et Toulouse a été portée, côté français, par Bénédicte Motte, Secrétaire générale, en charge des relations internationales du CHU de Toulouse et le Pr. Vincent Bounes, chef de service du SAMU 31, chef de pôle adjoint du pôle médecine d’urgence associant le Dr. Olivier Azema, médecin DIM du SAMU 31 et directeur par intérim de l’ORU Occitanie et le Dr. Laurent Gout, médecin urgentiste du SAMU 31, spécialiste des environnements virtuels. 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.