International : émulation de haut niveau autour de la médecine de catastrophe

Considéré comme une référence en matière de SAMU et de médecine de catastrophe, le CHU de Toulouse a noué des liens étroits outre-Atlantique. Après plusieurs voyages d’études et journées d’accueil entre experts des urgences, les collaborations entre le CHU de Toulouse et le Beth Israël Deaconess Medical Center (BIDMC) de Boston (USA) ont été officialisées par une convention de partenariat, un memorandum of understanding en médecine de catastrophe.
Considéré comme une référence en matière de SAMU et de médecine de catastrophe, le CHU de Toulouse a noué des liens étroits outre-Atlantique. Après plusieurs voyages d’études et journées d’accueil entre experts des urgences, les collaborations entre le CHU de Toulouse et le Beth Israël Deaconess Medical Center (BIDMC) de Boston (USA) ont été officialisées par une convention de partenariat, un memorandum of understanding en médecine de catastrophe. 
Désormais, les équipes bostoniennes et toulousaines disposent d’un cadre pour partager leurs expériences, les outils et supports pédagogiques innovants, les améliorations en matière d’organisation d’équipes, de techniques de réalisation d’exercices (y compris de grande échelle) et de simulations. Chaque partenaire apportera une plus-value en fonction de ses domaines d’expertise et notamment l’aide à la valorisation, à la recherche et à la publication, la médicalisation du pré-hospitalier et organisation des ressources et les collaborations avec les services publics en matière de préparation et de gestion des situations sanitaires exceptionnelles (Etat, pompiers, Ville, agence régionale de santé) 
Les échanges sont intenses. Ce mois-ci, une équipe d’experts américains s’est rendue à Toulouse pour rencontrer les équipes hospitalo-universitaires du CHU et des facultés de santé de Toulouse et assister à l’exercice de simulation de grande ampleur d’un plan blanc le 7 juin au soir, exercice commun au CHU et aux équipes de pompiers. 

Le rapprochement entre Boston et Toulouse a été portée, côté français, par Bénédicte Motte, Secrétaire générale, en charge des relations internationales du CHU de Toulouse et le Pr. Vincent Bounes, chef de service du SAMU 31, chef de pôle adjoint du pôle médecine d’urgence associant le Dr. Olivier Azema, médecin DIM du SAMU 31 et directeur par intérim de l’ORU Occitanie et le Dr. Laurent Gout, médecin urgentiste du SAMU 31, spécialiste des environnements virtuels. 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.