International : Metz-Thionville engagé dans la lutte contre le diabète au Congo

Depuis onze ans, le CHR promeut une coopération médicale et de soins avec le Congo ; un partenariat né de la rencontre entre le Dr Cuny, chef du service d'endocrinologie-diabétologie-nutrition et Dr Bouenizabila qui a exercé dans son unité. Nommé ensuite responsable Afrique des maladies non transmissibles Dr Bouenizabila dirige actuellement le service de diabétologie du CHU de Brazzaville.

Depuis onze ans, le CHR promeut une coopération médicale et de soins avec le Congo ; un partenariat né de la rencontre entre le Dr Cuny, chef du service d’endocrinologie-diabétologie-nutrition et Dr Bouenizabila qui a exercé dans son unité.  Nommé ensuite responsable Afrique des maladies non transmissibles Dr Bouenizabila dirige actuellement le service de diabétologie du CHU de Brazzaville.

Une collaboration fondée sur l’échange d’expériences, le transfert de savoirs et l’aide internationale

Le programme du 2ème sommet africain francophone du diabète au Congo (congrès scientifique RAFDIA) qui se tiendra 27, 28, 29 octobre 2011 a été élaboré  par les Docteurs Bouenizabila et Cuny, avec l’appui de l’association des diabétologues de Lorraine (A.D.E.L). Ce 2ème congrès s’inscrit dans l’urgence ; il s’agit de combattre une affection qui connaît une évolution exponentielle au niveau mondial et des projections alarmantes avec une prévision de 80% de malades supplémentaires dans les 10 ans à venir. Les pays du tiers monde seront tout particulièrement touchés. Déjà, le diabète est la 2ème cause d’hospitalisation en Afrique.  

Nombreuses sont les actions en faveur des patients mises en place avec le CHR depuis 2000 :
– Création de la 1ère association de diabétiques en Afrique équatoriale finalisée en 2005 : DIABACTION Congo
– Achat du 1 er laser au Congo pour la rétinopathie diabétique grâce à un partenariat très actif avec l’association Dianolor de Thionville.
– Approvisionnement en insulines non utilisées par les patients du CHR Metz-Thionville.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.