Interruption Volontaire de Grossesse (IVG) : le CHU de Toulouse engagé aux côtés des femmes

Suppression du délai de réflexion d'une semaine avant l’interruption volontaire de grossesse (IVG), accès à une information objective. Engagé aux côtés des femmes désirant une IVG, le CHU de Toulouse a assoupli son organisation en facilitant les prises de rendez-vous et en pratiquant les IVG le week-end. C’est ainsi que le CHU entend remplir sa mission de recours et de service public, satisfaisant aux nouvelles dispositions sur l'IVG issues de la loi de modernisation du système de santé du 26/01/2016. Ces modalités de travail très réactives ont été présentées à l’occasion du bilan d’activité de l’unité.

Suppression du délai de réflexion d’une semaine avant l’interruption volontaire de grossesse (IVG), accès à une information objective. Engagé aux côtés des femmes désirant une IVG, le CHU de Toulouse a assoupli son organisation en facilitant les prises de rendez-vous et en pratiquant les IVG le week-end. C’est ainsi que le CHU entend remplir sa mission de recours et de service public, satisfaisant aux nouvelles dispositions sur l’IVG issues de la loi de modernisation du système de santé du 26/01/2016. Ces modalités de travail très réactives ont été présentées à l’occasion du bilan d’activité de l’unité.
730 IVG en 2015, 839 IVG en 2014, 885 IVG en 2013 soit une baisse de 21% en deux ans. Le CHU de Toulouse constate aussi une légère diminution de l’IVG en hospitalisation liée au développement de l’IVG médicamenteuse de plus en plus pratiquée en cabinet de ville et à la pédagogie de la contraception réalisée par l’ensemble des acteurs, libéraux comme publics.
L’IVG : une activité réalisée au CHU de Toulouse essentiellement en chirurgie ambulatoire et hospitalisation de jour
L’essentiel de l’activité d’IVG s’est déroulée dans l’unité d’hôpital de jour d’orthogénie (42,5 %) et en chirurgie ambulatoire d’orthogénie (55 %) de l’hôpital Paule de Viguier. Des rendez-vous disponibles et une organisation fonctionnant même le week-end pour assurer la qualité des soins dans le respect de la législation « Nous avons fait le point sur les rendez-vous disponibles en consultation pour une IVG. Il reste tous les jours des créneaux au mois de février et en mars. Nous prenons tout le monde en charge et réalisons des IVG tardives. Nous n’avons jamais fait partir une patiente en Espagne si les délais légaux sont respectés. Nous assurons pleinement notre rôle de service public » précise le médecin responsable du groupe d’activité de Gynécologie de l’hôpital Paule de Viguier. « Pour garantir une prise en charge de qualité et conforme à la règlementation en particulier en ce qui concerne les délais, le CHU de Toulouse assure des IVG médicamenteuses et chirurgicales le week-end. Pour cela, un chirurgien d’urgence est toujours disponible avec du personnel d’astreinte pour les patientes proches du terme légal pour les IVG. Nous avons aussi renforcé le soutien à cette activité avec le recrutement récent d’un gynécologue supplémentaire. Les patientes sont très satisfaites de notre prise en charge et de notre accompagnement
En savoir plus sur l’IVG médicamenteuse
L’IVG médicamenteuse peut être pratiquée au sein d’un établissement de santé, dans un cabinet de ville, dans un centre de planification ou dans un centre de santé. En médecine de ville, elle peut être pratiquée jusqu’à la fin de la 5ème semaine de grossesse (soit au maximum 7 semaines après le début des dernières règles). En établissement de santé, ce délai peut être prolongé jusqu’à 7 semaines de grossesse (soit 9 semaines après le début des dernières règles).
IVG : le point sur la législation
En France, une IVG peut être pratiquée jusqu’à la fin de la 12ème semaine de grossesse, soit 14 semaines après le 1er jour des dernières règles. Afin que les délais soient respectés, il est important, lorsque la décision de recourir à une IVG est prise, d’engager les démarches rapidement.

Pour tout renseignement en vue d’une IVG composer le 05 67 77 10 01

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.