Intervention pour fracture du sinus frontal sous endoscopie : une innovation adoptée à Dijon

Le 16 juin 2011, le Pr Narcisse Zwetyenga, chef du service de chirurgie maxillo-faciale du CHU de Dijon, a réalisé en ambulatoire une intervention pour fracture du sinus frontal sous endoscopie sur un patient âgé de 40 ans victime d’un accident du travail. Le jeune homme a pu regagner son domicile le jour même et son état de santé est tout à fait satisfaisant. Il a pu reprendre ses activités.

Le 16 juin 2011, le Pr Zwetyenga, chef du service de chirurgie maxillo-faciale du CHU de Dijon, a réalisé en ambulatoire une intervention pour fracture du sinus frontal sous endoscopie sur un homme âgé de 40 ans  victime d’un accident du travail.  Le patient a pu regagner son domicile le jour même et son état de santé est tout à fait satisfaisant. Il a pu reprendre ses activités.
Au-delà d’une durée de séjour écourtée (le traitement classique imposait une hospitalisation de 5 à 7 jours), le malade a pu apprécier les autres avantages de cette technique : incisions minimes, invisibles dans le cuir chevelu, absence de système de drainage…
La technique sous endoscopie est programmée à l’issue de la phase aigue (3 mois). Le chirurgien pratique 3 incisions d’environ 1 cm chacune dans le cuir chevelu. Il introduit ensuite une caméra (endoscope) permettant de guider la dissection de la zone du creux et d’y injecter du substitut osseux se solidifiant en quelques minutes. Ce substitut deviendra de l’os biologique au bout de quelques mois. L’intervention dure en moyenne 45 minutes, peut être réalisée sous anesthésie générale ou locale potentialisée. Il n’y a pas de système de drainage et elle peut être réalisée en ambulatoire.
La fracture de la paroi antérieure du sinus frontal est relativement fréquente dans les traumatismes maxillo-faciaux. Lorsque qu’elles sont déplacées, elles entraînent une déformation du front avec des séquelles esthétiques pouvant être très importantes : creux ou front plat.
Le traitement classique de ces fractures a lieu sous anesthésie générale (durée environ 2h30). Une incision du cuir chevelu allant du dessus d’une oreille à l’autre, ceci avec un large décollement très hémorragique est réalisé afin d’atteindre la zone de fracture. Des plaques sont alors mises en place et un système de drainage demeure pendant environ 5 jours pour éviter la survenue d’un hématome. Sans oublier les risques d’alopécie* secondaire. En outre, si les plaques sont gênantes ou mal tolérées, une intervention est pratiquée au bout de quelques mois ou années afin de les enlever, avec les mêmes inconvénients.
.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.