Intestin – Infections récidivantes à Clostridium Difficile : la greffe de flore intestinale

Une intervention délicate, la greffe de selles (microbiote fécal) a été pratiquée avec succès pour la 1ère fois au CHU de Toulouse sur deux patients immunodéprimés, souffrant d'une grave infection de l’intestin (Clostridium Difficile) récidivante. L’un était atteint d’une leucémie et l’autre transplanté cardiaque. 4 mois après la première implantation et 2 mois après la seconde, aucune récidive d’infection n’a été constatée.
Une greffe de selles (microbiote fécal) a été pratiquée avec succès pour la 1ère fois au CHU de Toulouse sur deux patients immunodéprimés, souffrant d’une grave infection de l’intestin (Clostridium Difficile) récidivante. L’un était atteint d’une leucémie et l’autre transplanté cardiaque. 4 mois après la première implantation et 2 mois après la seconde, aucune récidive d’infection n’a été constatée.

Le Clostridium Difficile est une bactérie responsable d’infections du côlon se caractérisant par des inflammations sévères et des diarrhées. Le principal facteur de risque d’infection à Clostridium Difficile (ICD) est la prise d’antibiotiques chez les patients immunodéprimés qui perturbe le microbiote intestinal et amoindrit considérablement son effet barrière.

Le microbiote intestinal, plus communément appelé flore intestinale constitue une barrière naturelle contre les diverses bactéries. Il dégrade les substrats non digérés par l’intestin grêle. La dégradation de ces composés (glucides et protéines contenus dans les fibres alimentaires) génère la production de nombreux métabolites. Le microbiote agit sur le développement et la maturation du système immunitaire et du système nerveux central. Son fonctionnement peut être malmené par la prise d’antibiotiques, justement utilisées pour venir à bout bactérie Clostridium Difficile avec pour risque d’entretenir le dérèglement de la flore intestinale et de faire apparaître d’autres infections.

Chez les patients immunodéprimés, la plus fréquente des complications des ICD est la survenue de récidives multiples dues à un déséquilibre de la microflore intestinale caractérisée par une perte de la diversité microbienne et une difficulté du microbiote à se restaurer. L’impossibilité d’avoir recours aux antibiotiques représentait un défi thérapeutique majeur pour les cliniciens alors en incapacité de soigner durablement les patients. La transplantation de microbiote fécal (TMF) représente alors une alternative pertinente. Elle permet d’éviter la colectomie (ablation du côlon) dernière solution en cas de péritonite pour les malades les plus sévèrement atteints.

La réussite de ces greffes a mobilisé plusieurs équipes* des services du pôle digestif, d’hématologie, de réanimation, du SMIT (Service des Maladies Infectieuses et Tropicales), du laboratoire de bactériologie et de la pharmacie du CHU de Toulouse et de l’Institut Universitaire du Cancer de Toulouse-Oncopole.
*Médecine interne – Pôle Digestif (Pr. Alric), Médecine interne – Hématologie (Dr Delavigne), Réanimation (Dr Mari et Dr Picard), du SMIT (Pr. Delobel), du laboratoire de Bactériologie (Pr. Oswald) et de la ppharmacie (Dr Duhalde et Dr Puisset)

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.