« Investissements d’avenir » financés par le « grand emprunt » : Trois IHU et deux projets « Prometteurs » à l’AP-HP

Le gouvernement a annoncé mercredi 30 mars 2011 les six projets d’instituts hospitalo-universitaires (IHU) retenus dans le cadre de l’appel à projets grand emprunt "Instituts hospitalo-universitaires" (IHU) qui portent sur les maladies génétiques, la chirurgie mini-invasive, les maladies infectieuses, la rythmologie cardiaque, le cardio-métabolisme et la nutrition, et les neurosciences translationnelles. Parmi les lauréats sélectionnés par un jury international sur 19 candidats, figurent trois IHU auxquels participe l’AP-HP : l’IHU maladies génétiques (Imagine) à Necker, l’IHU Neurosciences et l’IHU cardiologie-métabolisme et nutrition (ICAN) situés à la Pitié Salpêtrière.

Le gouvernement a annoncé mercredi 30 mars 2011 les six projets d’instituts hospitalo-universitaires (IHU) retenus dans le cadre de l’appel à projets grand emprunt "Instituts hospitalo-universitaires" (IHU) qui portent sur les maladies génétiques, la chirurgie mini-invasive, les maladies infectieuses, la rythmologie cardiaque, le cardio-métabolisme et la nutrition, et les neurosciences translationnelles. Parmi les lauréats sélectionnés par un jury international sur 19 candidats, figurent trois IHU auxquels participe l’AP-HP : l’IHU maladies génétiques (Imagine) à Necker, l’IHU Neurosciences et l’IHU cardiologie-métabolisme et nutrition (ICAN) situés à la Pitié Salpêtrière.
Centre hospitalier universitaire de l’Ile de France, l’AP-HP assure chaque année, grâce à la compétence et au dynamisme de ses équipes, près de la moitié des publications scientifiques nationales. La recherche biomédicale constitue d’ailleurs un axe prioritaire du projet médical du plan stratégique 2010-2014 de l’institution.
L’AP-HP a donc vocation à être fortement impliquée dans les projets portés par les universités dont elle est partenaire. C’est dans cette dynamique qu’elle a contribué à la constitution des trois entités de recherche lauréates de l’appel à projets. Elle compte également fortement s’impliquer dans la mise en œuvre de la gouvernance de ces structures, comme dans l’élaboration du modèle économique qui doit leur permettre de développer leurs projets.
L’AP-HP est d’ores et déjà partie prenante des composantes recherche de deux IHU : membre de la fondation des maladies génétiques (Fondation Imagine) et de l’Institut du cerveau et de la moelle épinière (ICM), aux côtés de la Fondation IFRAD pour la recherche sur la maladie d’Alzheimer.
Dans le cadre des programmes de recherche sur les pathologies qui seront portés par ces instituts, l’implication de l’AP-HP permettra l’inclusion de files actives importantes de patients et l’utilisation des ressources biologiques de l’institution. Enfin, premier centre de recherche clinique en France avec 2 000 projets en cours, l’AP-HP mettra à disposition des IHU sa capacité à conduire des essais cliniques.
« La constitution de ces trois IHU est emblématique d’une volonté de rassembler de fortes activités cliniques orientées sur des thématiques très ciblées et des activités de recherche fortement articulées avec le volet hospitalier » a souligné Mireille Faugère, Directrice générale de l’AP-HP.
Par ailleurs, au titre des projets « Prometteurs », portant des axes de recherche spécifiques, l’Institut Saint-Louis à l’hôpital Saint-Louis (AP-HP) et Handicap médical excellence, (HandiMedEx) à l’hôpital Raymond-Poincaré (AP-HP), bénéficieront d’une aide financière.
D’autres dossiers de très grande qualité impliquant des équipes de l’AP-HP n’ont pas été retenus dans le cadre du programme « investissements d’avenir ». Ces candidatures ont cependant démontré, elles aussi, la diversité des domaines où chercheurs et cliniciens savent conjuguer leurs expertises et leurs compétences.
L’AP-HP continuera, aux côtés des autres partenaires institutionnels, à soutenir ces initiatives d’excellence qui permettent d’amplifier et structurer les programmes de recherche et de faciliter la mise en œuvre de leurs retombées au plan clinique.
Source : communiqué de presse AP-HP

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.