Janvier 2010 : rigueur budgétaire et conduite de grands projets

Mi-janvier, l'actualité des hôpitaux est dominée par la situation budgétaire des hôpitaux et ses conséquences sur les effectifs. Les données fournies par la Fédération Hospitalière de France font état d'une diminution de 1 800 postes en 2009. Cette première baisse en 10 ans -qualifiée de « tournant historique » par les Echos du 12/01/10 - survient après la création de près de 100 000 emplois durant les 10 dernières années. Cette réduction particulièrement sensible chez les grands CHU entraîne des tensions sociales.

Mi-janvier, l’actualité des hôpitaux est dominée par la situation budgétaire des hôpitaux et ses conséquences sur les effectifs. Les données fournies par la Fédération Hospitalière de France font état d’une diminution de 1 800 postes en 2009. Cette première baisse en 10 ans -qualifiée de « tournant historique » par Les Echos du 12/01/10 – survient après la création de près de 100 000 emplois durant les 10 dernières années. Cette réduction particulièrement sensible chez les grands CHU entraîne des tensions sociales.

Plusieurs journaux listent les mesures d’économie qui reposent principalement sur le non remplacement des départs à la retraite. Le Parisien du 23/01/10 rappelle que l’AP-HP n’est pas le seul CHU touché par les mesures d’économie, le journal cite les CHU de Caen, Lyon, Marseille, Nancy, Rennes et résume les mesures d’économie prises dans chacun de ces établissements. Le journal note que le déficit des CHU en 2009 est de « 480 millions d’euros sur les 700 accumulés par les hôpitaux publics ». Les plans de retour à l’équilibre s’appuient sur des non remplacements de départs à la retraite. Dans l’ensemble des hôpitaux « 25 000 emplois devraient ainsi disparaître d’ici à 20153 ».

La situation des Hospices Civils de Lyon est analysée par Olivier Auguste du Figaro 21/01/10 et par la correspondante des Echos à Lyon Marie-Annick Depagneux dans l’édition du 22/01/10. Les journalistes détaillent le plan de retour à l’équilibre qui se poursuivra aux HCL jusqu’en 2013 et ses premiers effets positifs sur la réduction des déficits (61,6 millions d’euros en 2009 au lieu des 69 prévus et 41 millions prévus pour 2010 ). Olivier Auguste évoque les mesures prises pour réduire la masse salariale « Aucun licenciement, bien sûr, mais le remplacement d’un départ sur trois seulement dans les fonctions administratives, un sur deux pour le personnel médico-technique (laborantins, manipulateurs radio…) et trois soignants sur quatre. Au final, 800 postes en moins en quatre ans, sur un total de 23 000 (et après une hausse de 524 depuis 2001) ». Des efforts qui n’ont pas ralenti le rythme soutenu du programme de modernisation/regroupement qui a permis notamment l’ouverture de l’hôpital Femme-mère-enfant, la fermeture de l’hôpital Debrousse…*

Toujours dans Les Echos du 22/01/10, un focus sur Lyon, Nantes et Paris est proposé. Isabelle Ficek présente la nouvelle carte de l’AP-HP qui passe de 37 sites à 12 groupes hospitaliers avec la fusion des hôpitaux Bichat et Beaujon, la concentration des activités lourdes de l’Hôtel-Dieu à Cochin. Le plus ancien hôpital de Paris conservera les urgences, le médico-légal et le plateau technique ambulatoire. Bicêtre accueillera les activités de court séjour de Paul Brousse et le centre hépato-biliaire. La restructuration la plus délicate est celle de Trousseau qui conserverait sa maternité et sa pédiatrie générale mais perdrait les services de pédiatrie spécialisée. Ces derniers seront transférés sur Robert-Debré et Necker avec à la clé la construction de nouveaux bâtiments. Une décision qui va transformer l’offre pédiatrique de l’Est parisien.

Au CHU de Nantes, c’est l’accord de principe obtenu pour la construction d’un campus hospitalo-universitaire sur 12 à 15 ha que le correspondant Emmanuel Guimard met en avant dans son article. Première étape « l’implantation d’un institut de recherche thérapeutique et d’une pépinière biotechnologique. » Viendraient ensuite les transferts qui débuteraient en 2014 avec les activités MCO adultes (1.200 lits).

A la une aussi
Le Journal du Dimanche du 24/01/10– évoque l’aide humanitaire mobilisée pour venir en aide à HAITI. L’envoyée spéciale Anne Laure Barret cite le pont aérien mis en place avec les CHU de Fort-de-France et de Pointe-à-Pitre.

AFP – 22/01/10 – Dans une dépêche annonçant la sortie du rapport sur « la mort à l’hôpital recommande » des Dr François Lalande et Olivier Veber, il est rappelé que « 22% des personnes qui meurent dans un établissement de soins décèdent dans un service de réanimation et de soins intensifs et que cette proportion atteint 36% dans les CHU. »

AFP– 26/01/10 – Les manifestations des infirmières contre leur ordre professionnel et leur mobilisation dans les villes universitaires.

*voir aussi sur le même sujet les articles de Karine Piganeau du Quotidien du médecin (28/01/10), de Corinne Duhamel d’AEF (22/01/10) et de Sabine Isard pour l’APM (21/01/10).

Cette revue de presse est réalisée par l’Agence Marie-Georges Fayn avec le soutien de la M.A.C.S.F., de Canal + Collectivités et de Relais H

          

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.