Janvier 2017 : Alerte à la grippe

Plus de 8 100 décès « non prévus » enregistrés sur les cinq premières semaines de l’épidémie de grippe, des services hospitaliers d'urgence et de médecine interne mis "en tension" et en résonnance, plus de 10 000 articles publiés sur le sujet en janvier ! Incontestablement, le fait le plus marquant en santé aura été l'épidémie due au virus H3N2.
Plus de 8 100 décès « non prévus » enregistrés sur les cinq premières semaines de l’épidémie de grippe, des services hospitaliers d’urgence et de médecine interne mis "en tension" et en résonnance, plus de 10 000 articles publiés sur le sujet en janvier ! Incontestablement, le fait le plus marquant en santé aura été l’épidémie due au virus H3N2.
Une épidémie de grippe hivernale particulièrement virulente
Dès le mois de décembre Marisol Touraine appelait au report des opérations non urgentes afin de désengorger les services hospitaliers saturés. Mi janvier la ministre reconnaissait que 142 des 850 hôpitaux français étaient « en tension mais pas débordés ». La grippe a conduit un afflux massif de patients fragiles aux urgences entraînant un engorgement des unités. Le 18 janvier, alors que la situation se stabilisait et que le pic semblait passé la France avait atteint le cap du million de malades selon le réseau de surveillance Sentinelles-Inserm (AFP et France info). Un nombre qui a grimpé à 1,3 million fin janvier. Et le bilan humain s’avère très lourd. Le 25 janvier, Santé Publique France annonçait 8 100 décès en plus "toutes causes confondues" depuis le début de l’épidémie- chiffre énorme mais tout de même inférieur à la surmortalité de 18.000 personnes enregistrée durant l’hiver 2014-2015. Le montant de la facture a été avancée le 19 janvier par Europe 1 : plus de 900 millions d’euros principalement du fait du nombre d’arrêts de travail délivrés,
Les personnes les plus touchées sont les plus de 65 ans et une surmortalité a été constaté dans cette tranche d’âge « 13 décès en 15 jours ont été enregistrés dans une maison de retraite à Lyon » révélait l’AFP du 7 janvier. 
Les patients n’étaient pas les seuls à se rendre aux urgences. De nombreuses équipes de journalistes se sont déplacées pour prendre la tension, dans les CHU, comme dans les hôpitaux de campagne. Chaque jour, les quotidiens régionaux publiaient un bulletin reprenant le nombre d’hospitalisations, annonçant la déprogrammation d’interventions ou le déclenchement du plan blanc. 
Le Parisien du 13 janvier présentait la carte de France des villes les plus touchées dans chaque région avec en tête la région PACA et notamment les villes Toulon, Fréjus, St Raphaël et Montpellier.  « Les urgences tournent à plein régime… sans la grippe » titrait la Voix du Nord du 15 janvier, « Contre la grippe, Bichat manque de lits et d’effectifs » le JDD du 15 janvier, «  Grippe : engorgement des services de pompes funèbres » – RTL du 14 janvier, « Grippe : révélations sur une hécatombe » Le Parisien 13 janvier.
Les journaux nationaux et régionaux ont aussi largement décrit les premiers symptômes (fièvre brutale supérieure à 39°C, douleurs musculaires et signes respiratoires). Mi-janvier, l’établissement français du Sang lançait un appel au don du sang car l’épidémie épuise ses réserves en produits sanguins
La gestion du système de santé en question
Le 24 janvier, 119 hôpitaux se déclaraient encore « en tension », selon la Direction générale de la santé contre 192 dans ce cas mi-janvier, selon la ministre.
« Pourquoi un banal virus grippe les hôpitaux ?» questionne les Dernières Nouvelles d’Alsace. L’épidémie de grippe dévoile-t-elle un système de santé défaillant ? interroge Arte. Dans un communiqué en date du 12 janvier, la Fédération hospitalière de France a déploré le défaut d’anticipation du gouvernement qui n’a pris conscience de l’ampleur de la situation que cette semaine. Selon la FHF, cette situation est une conséquence des « limites de la politique de suppression de lits et d’économies au rabot ». Et l’instance de plaider pour « une politique de santé basée sur des réformes structurelles qui soutiennent les hôpitaux publics dans leurs missions ».
Autre question revenue sur le devant de la scène : la résistance de la population aux injonctions de vaccination, notamment des soignants car seuls 25 à 30% des médecins, infirmiers et aide-soignants sont vaccinés s’inquiète le HuffPost. Selon infirmiers.com, les paramédicaux préfèrent les mesures d’hygiène prises, notamment, à l’entrée des services à une vaccination imposée.
Ces thèmes ont d’ailleurs été largement relayés sur les réseaux sociaux. Parmi les prises de position, les plus remarquées, celle d’une interne Sabrina Ali Benali qui dénonce le « plan com’ » de la ministre de la Santé dans une vidéo postée sur FB et visionnée 2 millions de fois.
Communication de crise
Pour faire face à l’afflux de patients, les hôpitaux ont mobilisé toutes leurs ressources et expliqué leurs nouvelles organisations dans des communiqués ou lors de points presse. Ils ont notamment réuni des cellules de crise quotidiennement, ouvert des unités temporaires, transformé des lits de chirurgie en lits de médecine avec des spécialistes médicaux allant au chevet des patients, installé un deuxième lit dans certaines chambres à 1 lit. Dans un communiqué le CHU de Montpellier dispensait les règles de base pour limiter la propagation d’un virus très contagieux (se laver les mains très régulièrement, limiter les contacts directs, éviter les lieux fréquentés, éternuer et tousser en se couvrant la bouche, porter un masque si nécessaire).
Marie-Georges Fayn

 

                                                      Relay H, un réseau très hospitalier

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.