Je suis professionnel du sanitaire et du médico-social et j’ai aussi besoin d’un soutien psychologique!

Alors que le pic de l’épidémie est attendu pour les prochains jours, l’association SPS (Soins aux Professionnels en Santé),reconnue d’intérêt général, poursuit son action d’aide et d’accompagnement psychologique avec un dispositif d’écoute 24h/24, 7 jours sur 7, à destination des professionnels du sanitaire et du médico-social fortement mobilisés et éprouvés dans la lutte contre le COVID-19.

Alors que le pic de l’épidémie est attendu pour les prochains jours, l’association SPS (Soins aux Professionnels en Santé),reconnue d’intérêt général, poursuit son action d’aide et d’accompagnement psychologique avec un dispositif d’écoute 24h/24, 7 jours sur 7, à destination des professionnels du sanitaire et du médico-social fortement mobilisés et éprouvés dans la lutte contre le COVID-19.
« Je suis infirmière dans une unité Covid et physiquement et mentalement c’est très dur. Difficile dans ces circonstances de se confier à ses proches car on ne veut pas les inquiéter, mais on a besoin de soutien psychologique.»
« Je suis aide-soignante en EHPAD et très stressée par la situation actuelle. Je ressens un mélange de culpabilité et de honte. Honte d’avoir peur et d’avoir presque envie de tout lâcher. J’ai des idées noires et obsédantes. Je ne dors plus.»
« Je suis aide médico-psychologique (AMP) dans un foyer de vie pour personnes handicapées où il y a des cas de contamination par le coronavirus. Je suis très anxieuse par rapport à la situation.»
« Je suis directrice d’EHPAD. Très affectée par le décès de mes résidents, je me sens épuisée pour accompagner correctement mes équipes soignantes. Je me sens seule et impuissante dans un bateau qui coule.»
En 10 jours, 1200 appels ont été passés par des professionnels du sanitaire et du médico-social: soit l’équivalent du nombre total d’appels de l’année 2019!  Ils ont été accompagnés, rassurés et soutenus par des psychologues, de jour comme de nuit et le dimanche, avec une durée moyenne d’appel de 18 minutes.
Plus qu’un simple espace d’écoute, le dispositif permet également de réorienter les appelants en téléconsultations gratuites vers des psychologues, médecins et psychiatres, lorsqu’ils en ressentent le besoin.

Une demande de soutien psychologique exponentielle

Depuis le lancement du dispositif spécifique COVID-19, l’utilisation de la plateforme de soutien psychologique connaît une croissance exponentielle, symptomatique de l’amplification de l’épidémie sur le territoire français et de ses impacts psychologiques sur les soignants et les managers.
Avec déjà plus de 5000 commentaires sur les réseaux sociaux soutenant l’action de l’association SPS, la campagne de communication spécifique COVID-19 se poursuit sur tout le territoire afin de relayer le dispositif de soutien psychologique auprès de tous les soignants du sanitaire et du médico-social qui en auraient besoin et en particulier dans les régions les plus touchées par l’épidémie.

1 200 appels traités du 23 mars au 3 avril
Le premier bilan, réalisé 15 jours après le lancement de la plateforme de soutien SPS montrent que les principaux motifs d’appel concernent l’anxiété des soignants et managers face à des situations de soins liées au COVID-19 (38%) et la possibilité de transmettre le numéro vert à leurs équipes (25%). Un quart des appels sont passés la nuit ou le dimanche. La durée moyenne d’écoute est de 18 minutes.
• Profil des appelants:
75% de femmes, âge moyen de 45 ans, 75% de salariés
+50% sont des infirmières, des aides-soignants et des médecins
+25% sont des directeurs et des managers (présidents de CME, cadres de santé)
• Provenance des appels: Île-de-France (30%), Grand-Est (12%), Auvergne-Rhône-
Alpes (12%), Occitanie (8%), Provence-Alpes-Côte d’Azur (6%), Nouvelle Aquitaine (6%),
Hauts-de-France (5%)

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.