Jean-Claude Gaudin, Sénateur-Maire de Marseille, élu à la Présidence du Conseil de Surveillance

Le Conseil de Surveillance de l'Assistance Publique-Hôpitaux de Marseille s'est réuni pour la première fois le 9 juillet et a élu Monsieur Jean-Claude Gaudin , Sénateur Maire de la ville de Marseille en tant que Président. Sur 13 votants, 12 voix en faveur de Monsieur Jean-Claude Gaudin et 1 abstention.

Le Conseil de Surveillance de l’Assistance Publique-Hôpitaux de Marseille s’est réuni pour la première fois le 9 juillet et a élu Monsieur Jean-Claude Gaudin , Sénateur Maire de la ville de Marseille en tant que Président. Sur 13 votants, 12 voix en faveur de Monsieur Jean-Claude Gaudin et 1 abstention.

Le Conseil de Surveillance se substitue au Conseil d’Administration dans le cadre de la mise en oeuvre de la loi Hôpital Patients Santé et Territoires et se voit doté de nouvelles compétences de stratégie et de contrôle.

Monsieur le Président du Conseil de Surveillance a nommé Monsieur Bruno Gilles, Sénateur Maire des 4ème et 5ème arrondissements de Marseille, membre du collège des personnalités qualifiées, Vice Président.

Au cours de cette première séance, Monsieur Jean-Claude Gaudin a souhaité que cette instance soit un lieu de travail collectif au service de l’Assistance Publique-Hôpitaux de Marseille. Il s’est également félicité des efforts de gestion accomplis par l’Assistance Publique-Hôpitaux de Marseille en 2009 ayant permis un dépassement de plus de 10 millions d’euros des objectifs de réduction du déficit fixés par le Plan de Retour à l’Equilibre.

A ce titre, il a écrit au Ministère de faire un geste à l’égard de l’Institution, en lui allouant 5 millions d’euros au titre d’une aide de l’Etat pour récompenser les efforts fait.

L’Assistance Publique-Hôpitaux de Marseille rappelle que son budget a été arrêté par le Directeur Général après concertation du Directoire le 28 juin. Il prévoit une réduction du déficit à 27.5 millions d’euros (2.70 % du budget) poursuivant ainsi en 2010 le rythme de 2009 à hauteur d’un effort de 2 millions d’euros par mois.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.