Jean-Claude Gaudin, Sénateur-Maire de Marseille, élu à la Présidence du Conseil de Surveillance

Le Conseil de Surveillance de l'Assistance Publique-Hôpitaux de Marseille s'est réuni pour la première fois le 9 juillet et a élu Monsieur Jean-Claude Gaudin , Sénateur Maire de la ville de Marseille en tant que Président. Sur 13 votants, 12 voix en faveur de Monsieur Jean-Claude Gaudin et 1 abstention.

Le Conseil de Surveillance de l’Assistance Publique-Hôpitaux de Marseille s’est réuni pour la première fois le 9 juillet et a élu Monsieur Jean-Claude Gaudin , Sénateur Maire de la ville de Marseille en tant que Président. Sur 13 votants, 12 voix en faveur de Monsieur Jean-Claude Gaudin et 1 abstention.

Le Conseil de Surveillance se substitue au Conseil d’Administration dans le cadre de la mise en oeuvre de la loi Hôpital Patients Santé et Territoires et se voit doté de nouvelles compétences de stratégie et de contrôle.

Monsieur le Président du Conseil de Surveillance a nommé Monsieur Bruno Gilles, Sénateur Maire des 4ème et 5ème arrondissements de Marseille, membre du collège des personnalités qualifiées, Vice Président.

Au cours de cette première séance, Monsieur Jean-Claude Gaudin a souhaité que cette instance soit un lieu de travail collectif au service de l’Assistance Publique-Hôpitaux de Marseille. Il s’est également félicité des efforts de gestion accomplis par l’Assistance Publique-Hôpitaux de Marseille en 2009 ayant permis un dépassement de plus de 10 millions d’euros des objectifs de réduction du déficit fixés par le Plan de Retour à l’Equilibre.

A ce titre, il a écrit au Ministère de faire un geste à l’égard de l’Institution, en lui allouant 5 millions d’euros au titre d’une aide de l’Etat pour récompenser les efforts fait.

L’Assistance Publique-Hôpitaux de Marseille rappelle que son budget a été arrêté par le Directeur Général après concertation du Directoire le 28 juin. Il prévoit une réduction du déficit à 27.5 millions d’euros (2.70 % du budget) poursuivant ainsi en 2010 le rythme de 2009 à hauteur d’un effort de 2 millions d’euros par mois.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.