BPCO : l’exploit sportif pour repousser les limites de la maladie

Deux jours avant la Journée mondiale de la BPCO (Broncho-Pneumopathie Chronique Obstructive), l’association O2&Cie présente une exposition et la bande-annonce du film « De la Destrousse à l’Espigoulier ». L'histoire d'une ascencion hors norme réalisée par un cycliste souffrant d'insuffisance respiratoire. La projection se déroulera le 18 novembre 2013, au Centre Hospitalier Universitaire de Grenoble en présence des Professeurs Christophe Pison, responsable de la clinique de pneumologie et Christian Brambilla, chef du pôle Cancérologie et Médecine Aiguë Communautaire.

Deux jours avant la Journée mondiale de la BPCO (Broncho-Pneumopathie Chronique Obstructive), l’association O2&Cie présente une exposition et la bande-annonce du film « De la Destrousse à l’Espigoulier ». L’histoire d’une ascencion hors norme réalisée par un cycliste souffrant d’insuffisance respiratoire. La projection se déroulera le 18 novembre 2013, au Centre Hospitalier Universitaire de Grenoble en présence des Professeurs Christophe Pison, responsable de la clinique de pneumologie et Christian Brambilla, chef du pôle Cancérologie et Médecine Aiguë Communautaire.
Le documentaire retrace le défi hors norme que s’est lancé Philippe Poncet, insuffisant respiratoire causée par une trilogie silencieuse et néanmoins très invalidante : la BPCO, l’emphysème et l’insuffisance respiratoire. Son témoignage éclaire le public mais aussi le professionnel  de santé sur cette pathologie, 2e cause de handicap.
Philippe Poncet fait partie des 60 000 patients sous assistance respiratoire mais il a relevé le 19 octobre dernier un défi hors norme nécessitant 11 mois de préparation spécifique et un énorme mental. C’est accompagné d’une équipe médicale, technique et sportive aguerrie, et notamment du Professeur Christophe Pison, qu’il a réalisé l’ascension du col de l’Espigoulier (le plus haut col routier des Bouches-du-Rhône – 13 km – 11% de dénivelé par endroits).
L’objectif avoué de cette entreprise est non seulement de redonner espoir aux personnes atteintes de la BPCO en leur montrant que la volonté permet d’atteindre des sommets, mais aussi d’alerter l’opinion et les professionnels de santé sur un problème de santé publique majeur en constante progression.
Le film est réalisé par par l’association O2&Cie, ON GRIMPE ET ON VENTILE.
Annoncée par l’Organisation Mondiale de la Santé comme la 3e cause de mortalité par maladie dans le monde en 2020, la BPCO est responsable de plus de 15 000 décès par an en France.
Pathologie mal connue du grand public, la BPCO se définit par un rétrécissement irréversible des bronches qui entraîne un essoufflement puis une altération du tissu élastique des poumons (connue sous le nom d’emphysème) et qui peut, à terme, avoir une incidence sur le fonctionnement du cœur.
L’origine de cette pathologie est le tabac dans 90 % des cas mais l’exposition professionnelle aux polluants ainsi que la pollution atmosphérique ou les infections pulmonaires de la petite enfance ne doivent pas être ignorées.
Cette pathologie, qui touche hommes et femmes sans distinction, devrait faire l’objet d’une campagne d’information à la hauteur des campagnes de prévention routière et le documentaire présenté ambitionne, à son modeste niveau, de faire prendre conscience du travail qu’il reste à accomplir.
En savoir plus sur O2&Cie
L’association O2&Cie a pour but de concevoir, de créer et de réaliser des évènements sportifs à l’attention des publics à pathologies respiratoires et de sensibiliser aux difficultés liées à ces maladies hautement handicapantes. Tout projet est basé sur la réhabilitation respiratoire et le dépassement de soi.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.