Mort inattendue du nourrisson : le CHUGA sensibilise familles et professionnels

Pour la première fois cette année, le CHU Grenoble Alpes a organisé une journée de prévention grand public autour de la Mort inattendue du nourrisson. Plus de 200 personnes ont répondu à son invitation : futurs parents, jeunes parents, grands-parents ainsi que des professionnels de santé.

Plus de 200 personnes, parmi lesquelles des familles -futurs parents, jeunes parents, grands-parents- ainsi que des professionnels de santé ont participé à la première journée de prévention de la Mort Inattendue du Nourrisson (MIN ) organisée par le CHU Grenoble Alpes mardi 20 septembre 2016 à l’Hôpital Couple Enfant.

« Cette journée ouverte à tous a pour but de sensibiliser les parents au fait qu’un couchage correct va diminuer le risque de mort subite pour les enfants. Il ne s’agit pas du tout de culpabiliser les familles mais bien de partager des conseils de professionnels » rappelle le Dr Anne-Pascale Michard Lenoir, pédiatre au CHU Grenoble Alpes.

« Le facteur de risque prin­cipal est de coucher le bébé sur le ventre. Plus globalement, il faut éviter, toutes les situations risquant de confiner l’atmosphère autour du bébé : présence d’un matelas mou, d’une couette, d’un oreiller, d’une peluche ou d’un coussin d’allaitement. Pour résumer, le bébé doit être couché sur le dos dans un lit à barreaux avec un matelas ferme et une gigoteuse à sa taille. Il ne doit rien y avoir dans le lit hormis un petit doudou », explique le Dr Michard Lenoir.
Ce message fondamental de prévention a été largement diffusé tout au long de la journée.

Le CHU Grenoble Alpes est le centre de référence Mort Inattendue du Nourrisson (Min) pour les départements de l’Isère, de la Savoie et de la Haute­Savoie. Entre 2009 et 2015, 84 cas de MIN ont été pris en charge par les équipes spécialisées du CHUGA.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.