Journée mondiale de l’asthme : les vertus de l’éducation thérapeutique

"Bien vivre avec votre asthme" Tel est le thème de la conférence publique qui se tiendra lors de la journée mondiale de l'asthme, le 4 mai 2010 à 19h00, halle aux toiles de Rouen. Cette soirée organisée par le Comité Départemental de Lutte contre les Maladies Respiratoires et le Réseau Asthme 76 vise à promouvoir les bienfaits de l'éducation thérapeutique ; cette connaissance de la maladie partagée entre experts et patients et qui permet à ces derniers de maîtriser les crises en prenant les traitements "quand et comme il faut."

« Bien vivre avec votre asthme » Tel est le thème de la conférence publique qui se tiendra lors de la journée mondiale de l’asthme, le 4 mai 2010 à 19h00, halle aux toiles de Rouen. Cette soirée organisée par le Comité Départemental de Lutte contre les Maladies Respiratoires et le Réseau Asthme 76 vise à promouvoir les bienfaits de l’éducation thérapeutique ; cette connaissance de la maladie partagée entre experts et patients et qui permet à ces derniers de maîtriser les crises en prenant les traitements « quand et comme il faut. »

En France, l’asthme touche plus de 4 millions de personnes mais en Haute-Normandie sa prévalence est supérieure de 2% par rapport à la moyenne nationale. Reconnue région à risque, la Haute-Normandie compte 7,5 % de la population contre 5,7 % en région parisienne et 4,4 % dans l’Est. Heureusement, il existe de moyens thérapeutiques pour contrôler cette maladie et permettre à la plupart des asthmatiques d’avoir une qualité de vie normale ou satisfaisante. Mais l’efficacité des traitements dépend de la coopération du malade qui doit en comprendre les modalités et en maîtriser la posologie. A Rouen, cet apprentissage se déroule dans le cadre d’une éducation thérapeutique dispensée par l’école de l’Asthme, au sein du Réseau Asthme 76.

Une conférence publique pour mieux comprendre l’asthme et les bienfaits de l’éducation thérapeutique
Durant la soirée-débat du 4 mai, les professionnels de la santé respiratoire, médecins généralistes, pédiatres, pneumologues, allergologues, physiologistes, kinésithérapeutes et infirmières du CHU-Hôpitaux de Rouen répondront aux questions que le public se pose sur la survenue de crises d’asthme et sur les meilleures façons de traiter cette pathologie.

Fondé en 2006, le Réseau Asthme 76 suit chaque année 200 asthmatiques enfants ou adultes. Ces patients peuvent témoigner des bénéfices qu’apportent une démarche éducative et de l’intérêt de suivre les conseils prodigués par une infirmière conseillère en éducation thérapeutique et une conseillère en environnement intérieur.

Grâce aux traitements antiasthmatiques, le patient arrive à mieux contrôler son asthme
– moins de poussées d’asthme,
– moins d’hospitalisations ou de passages aux urgences,
– moins d’absentéisme au travail ou à l’école,
– moins de traitement de secours et moins de perte de capacité respiratoire.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.