Journée mondiale de l’AVC : 29 octobre 2009

Sensibiliser le public aux symptomes qui caractérisent l'accident vasculaire cérébral, acquérir les bons réflexes, tels sont les enjeux de la journée mondiale de l'accident vasculaire cérébral organisée le 29 octobre 2009. l'AVC reste à ce jour la première cause de handicap permanent acquis de l'adulte dans les pays industrialisés. Tous les pays sont concernés.

Sensibiliser le public aux symptomes qui caractérisent l’accident vasculaire cérébral, acquérir les bons réflexes, tels sont les enjeux de la journée mondiale de l’accident vasculaire cérébral organisée le 29 octobre 2009. l’AVC reste à ce jour la première cause de handicap permanent acquis de l’adulte dans les pays industrialisés. Tous les pays sont concernés.

En France, chaque année, 150 000 nouveaux cas sont recensés et la moitié des victimes garderont des séquelles invalidantes.

Au CHU de Nice, une journée de sensibilisation est organisée
Jeudi 29 octobre de 10h à 16h
Hôpital Saint-Roch
Place Marshall – NICE

L’équipe médicale et para médicale répondra aux questions et délivrera des informations centrées sur trois points :
1) L’AVC est une urgence médicale. Il faut connaître les signes d’un AVC : perte brutale de la force musculaire d’une moitié du corps, perte de la vision ou du langage, mal de tête brutal et violent, chute inexpliquée.
Le bon réflexe est d’appeler immédiatement le 15, afin d’être hospitalisé en urgence car on dispose de traitements qui sont d’autant plus efficaces qu’ils sont administrés tôt.

2) L’AVC peut être prévenu. L’hypertension, le diabète, le tabac, le surpoids ou l’obésité, l’excès de cholestérol, la sédentarité, les maladies du coeur favorisent la survenue des AVC dans un grand nombre de cas. Il faut également identifier les accidents ischémiques transitoires (AIT) qui durent quelques minutes et récupèrent spontanément mais qui annoncent un AVC constitué. Traiter un AIT permet de prévenir l’AVC.

3) Après un AVC, le patient et son entourage iront mieux s’ils comprennent le mécanisme de leur maladie, les conséquences sur la vie quotidienne et les mesures de prévention d’une récidive.

L’équipe paramédicale de l’Unité Neuro Vasculaire de Nice a élaboré des posters didactiques afin d’expliquer les diverses conséquences d’un AVC (troubles de la motricité, du langage, de la déglutition, dépression…) et des infirmières expliqueront les mesures de prévention efficaces pour éviter une récidive : soigner son hypertension, manger équilibré, avoir une activité physique régulière, surveiller son poids sont des mesures efficaces que tout le monde peut entreprendre soit pour prévenir l’AVC soit pour éviter une récidive. Après un premier AVC, il est déterminant de comprendre son traitement pour le prendre de manière précise.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.