Journée mondiale de l’AVC : 29 octobre 2009

Sensibiliser le public aux symptomes qui caractérisent l'accident vasculaire cérébral, acquérir les bons réflexes, tels sont les enjeux de la journée mondiale de l'accident vasculaire cérébral organisée le 29 octobre 2009. l'AVC reste à ce jour la première cause de handicap permanent acquis de l'adulte dans les pays industrialisés. Tous les pays sont concernés.

Sensibiliser le public aux symptomes qui caractérisent l’accident vasculaire cérébral, acquérir les bons réflexes, tels sont les enjeux de la journée mondiale de l’accident vasculaire cérébral organisée le 29 octobre 2009. l’AVC reste à ce jour la première cause de handicap permanent acquis de l’adulte dans les pays industrialisés. Tous les pays sont concernés.

En France, chaque année, 150 000 nouveaux cas sont recensés et la moitié des victimes garderont des séquelles invalidantes.

Au CHU de Nice, une journée de sensibilisation est organisée
Jeudi 29 octobre de 10h à 16h
Hôpital Saint-Roch
Place Marshall – NICE

L’équipe médicale et para médicale répondra aux questions et délivrera des informations centrées sur trois points :
1) L’AVC est une urgence médicale. Il faut connaître les signes d’un AVC : perte brutale de la force musculaire d’une moitié du corps, perte de la vision ou du langage, mal de tête brutal et violent, chute inexpliquée.
Le bon réflexe est d’appeler immédiatement le 15, afin d’être hospitalisé en urgence car on dispose de traitements qui sont d’autant plus efficaces qu’ils sont administrés tôt.

2) L’AVC peut être prévenu. L’hypertension, le diabète, le tabac, le surpoids ou l’obésité, l’excès de cholestérol, la sédentarité, les maladies du coeur favorisent la survenue des AVC dans un grand nombre de cas. Il faut également identifier les accidents ischémiques transitoires (AIT) qui durent quelques minutes et récupèrent spontanément mais qui annoncent un AVC constitué. Traiter un AIT permet de prévenir l’AVC.

3) Après un AVC, le patient et son entourage iront mieux s’ils comprennent le mécanisme de leur maladie, les conséquences sur la vie quotidienne et les mesures de prévention d’une récidive.

L’équipe paramédicale de l’Unité Neuro Vasculaire de Nice a élaboré des posters didactiques afin d’expliquer les diverses conséquences d’un AVC (troubles de la motricité, du langage, de la déglutition, dépression…) et des infirmières expliqueront les mesures de prévention efficaces pour éviter une récidive : soigner son hypertension, manger équilibré, avoir une activité physique régulière, surveiller son poids sont des mesures efficaces que tout le monde peut entreprendre soit pour prévenir l’AVC soit pour éviter une récidive. Après un premier AVC, il est déterminant de comprendre son traitement pour le prendre de manière précise.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de la Réunion, se préparer au cyclone

Au cours de la nuit du 20 au 21 février dernier, l’île de la Réunion a évité le choc qu’aurait pu causer le cyclone baptisé Freddy, finalement passé à environ 190 km de ses côtes. Face à l’alerte orange, le CHU de la Réunion a lancé son plan cyclone pour anticiper les conséquences d’une potentielle catastrophe. Retour sur les mesures mises en place.

MARADJA, une décennie à accompagner les jeunes atteints de cancers

En France, environ neuf cent adolescents (15-18 ans) et mille quatre cent jeunes adultes (18-25 ans) sont touchés chaque année par le cancer. Au CHU de Bordeaux, un lieu particulier leur est destiné, MARADJA (Maison Aquitaine Ressources pour Adolescents et Jeunes Adultes), qui fête ses dix ans. Nous y avons rencontré Lucile Auguin, traitée à vingt-trois ans pour une leucémie aiguë.

Lactarium Raymond Fourcade, la page se tourne à Bordeaux

Le 5 décembre dernier, sur le site de l’hôpital Haut-Lévêque (Pessac), était posée la première pierre du futur Lactarium Raymond Fourcade. Le projet qui sera livré l’an prochain, 1200 m2 de bâti neuf doté d’équipements dernier cri, doit venir “conforter la place du CHU de Bordeaux comme le plus important lactarium au niveau national” ; et prendre le relais de l’actuel site de production basé à Marmande (Lot-et-Garonne), en fonctionnement depuis près d’un demi-siècle et que le CHU avait acquis en 2012.

Dr Jean-Victor Blanc : « On sort des tabous qui ont trop longtemps englobé les troubles psychiques »

Changer le regard du grand public sur la santé mentale. C’est la mission que s’est donné Jean-Victor Blanc, psychiatre à l’hôpital Saint Antoine à Paris et auteur du livre Pop & Psy. Et pour déstigmatiser et sensibiliser le plus grand nombre aux troubles psychiques, quoi de plus accessible que d’utiliser les films et les séries. Rencontre.