Journée Mondiale de l’Hémophilie

Le 17 avril prochain, l'Association Française des Hémophiles (AFH) célèbrera la Journée Mondiale de l'Hémophilie, qui correspond à la date de naissance, en 1926, de Frank Schnabel, québécois, fondateur de la Fédération Mondiale de l'Hémophilie.

Le 17 avril prochain, l’Association Française des Hémophiles (AFH) célèbrera la Journée Mondiale de l’Hémophilie, qui correspond à la date de naissance, en 1926, de Frank Schnabel, québécois, fondateur de la Fédération Mondiale de l’Hémophilie.

Maladie génétique du sang rare et souvent grave, l’hémophilie est due à la diminution ou à l’absence dans le sang d’un facteur de la coagulation, ce qui provoque de fréquentes hémorragies, principalement localisées dans les articulations et les muscles.
Pour les arrêter voire prévenir ces saignements, les traitements actuels, administrés directement par voie intraveineuse, apportent le facteur de la coagulation qui fait défaut.

L’hémophilie touche en France près de 5000 personnes, dont la moitié sous sa forme majeure. En prenant en compte les formes les plus sévères de la maladie de Willebrand, très proche de l’hémophilie, et les autres maladies de la coagulation, on estime en France à près de 10000 le nombre de personnes affectées par un processus de coagulation défaillant.

Cette relative rareté fait de l’hémophilie une maladie peu connue du grand public et contribue à isoler davantage les patients qui en souffrent.

Cette année, l’accent sera mis sur les thèmes de l’éducation et de la vigilance. En effet, l’existence de traitements de plus en plus sophistiqués et l’amélioration des conditions de vie des patients ne doivent pas masquer la persistance de réelles contraintes : des traitements aux modes d’administration parfois complexes (intraveineuses) et des risques persistants de saignements nécessitent une attention soutenue, que ce soit pour les enfants ou les adultes tout au long de leur vie.

A Nantes, est organisée une journée de sensibilisation le dimanche 17 avril au Château du Haut Gesvres à Treillières. A ce titre, et dans le cadre d’un partenariat entre l’AFH et la Fédération des ACCRO-branchés, l’Association ACROCIME, accueille les personnes hémophiles, leurs familles et leurs proches, à découvrir et à s’initier à la pratique de cette discipline en matinée à partir de 10h00 à 12h30.
L’après-midi sera consacrée à la projection d’un film sur l’auto-traitement présenté par les personnels médicaux et paramédicaux du Centre Régional du Traitement de l’Hémophilie du CHU de Nantes.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.