Journée mondiale de lutte contre le sida, les CHU relais de l’information

Le SIDA est toujours là ! 120 000 personnes vivent avec le VIH en France et chaque année 6 500 hommes et femmes découvrent leur séropositivité. Pour renforcer la prévention et faire barrage au virus, les CHU se mobilisent le 1er décembre : Stands d'information, conseils aux plus fragiles, lectures de témoignages, distribution de préservatifs, animations musicales... Les exemples d'Amiens, Nantes, Nîmes et Rouen.

Le SIDA est toujours là ! 120 000 personnes vivent avec le VIH en France et chaque année 6 500 hommes et femmes découvrent leur séropositivité. Pour renforcer la prévention et faire barrage au virus, les CHU se mobilisent le 1er décembre : Stands d’information, conseils aux plus fragiles, lectures de témoignages, distribution de préservatifs, animations musicales… Les exemples d’Amiens, Nantes, Nîmes et Rouen.

A Amiens, le Centre de Prévention des Maladies Transmissibles du CHU ouvre ses portes à la population pour un dépistage du VIH anonyme, gratuit et sans rendez-vous.

Les équipes du Centre d’Information de Dépistage de Diagnostic d’Infections Sexuellement Transmissibles (CIDDIST) et des professionnels de santé du CHR Metz-Thionville participeront à des stands d’information et proposeront des dépistages gratuits et anonymes. A Thionville, un concert lyrique sera donné au bénéfice du sidaction.

A Nantes, le CHU membre du Comité 1er décembre informera notamment les populations qui ont le moins accès aux conseils de prévention : les. migrants, les personnes incarcérées (CHU), les usagers de drogues (CHU)…

A Nîmes, soignants, associations et bénévoles écoutent, informent, discutent avec les visiteurs et distribuent des préservatifs. Objectif : inciter la population Nîmoise à adopter une attitude responsable.

A Rouen, le service des maladies infectieuses et tropicales du CHU et le COREVIH Haute-Normandie répondront aux questions du public et remettront des documents d’information sur la prévention, ainsi que des préservatifs masculins et féminins. La consultation de dépistage anonyme et gratuit (CDAG) du CHU organise à cette occasion une journée portes ouvertes pour le dépistage de 10h à 17h, sans rendez-vous. Des stands d’information se tiendront également au CHU et à l’Hôpital Saint-Julien à Petit-Quevilly…
Une nouveauté à signaler : l’invitation faite aux internautes à jouer sur www.planete-rouge.com*. Les points gagnés seront traduits en Euros, reversés à l’association « Sol en Si » (association nationale s’occupant de soutenir les enfants séropositifs au VIH). Tous à vos claviers !
*Pour accéder au jeu : nom = explorateur, code = 01122010

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.