Journée mondiale du diabète : dépistage, innovation et suivi personnalisé en première ligne

Campagne d'information, suivi personnalisé, outils innovants : les CHU se mobilisent à l'occasion de la journée mondiale du diabète ce 14 novembre 2016. Notamment à Lyon, Nîmes et Reims.
Campagne d’information, suivi personnalisé, outils innovants : les CHU se mobilisent à l’occasion de la journée mondiale du diabète ce 14 novembre 2016. Notamment à Lyon, Nîmes et Reims. 
Le 14 novembre est le jour anniversaire de la naissance de Frederik Banting à l’origine de la découverte de l’insuline. La date choisie pour la journée mondiale du diabète est l’occasion de sensibiliser sur une maladie qui tue 1,5 millions de personnes par an dans le monde dont 34 000 personnes en France

L’innovation au service des insulinodépendants

Au sein des Hospices civils de Lyon, la journée se déroule sous le signe de l’innovation, avec la présentation de PARADIS*, une application pilote permettant via internet d’optimiser le suivi des diabétiques porteurs de pompe à insuline. Le principe est simple et efficace : les données médicales et les résultats sanguins réalisés entre deux consultations sont mis en ligne sur l’application. Le médecin endocrinologue peut ainsi moduler le traitement en temps réel pour optimiser l’équilibre du diabète. L’application PARADIS est animée par les médecins du service d’endocrinologie du centre hospitalier Lyon Sud, pionnier en la matière. 
En connexion directe avec le service d’endocrinologie de Lyon Sud
Une infirmière spécialisée surveille les données transmises, communique avec les patients sur les sujets simples et alerte si besoin les médecins en cas de mauvais résultats. Ceux-ci peuvent alors prendre contact avec leurs patients pour régler le problème."Une de mes patientes, dont l’état devenait problématique a été très étonnée de mon coup de fil ! Elle ne s’imaginait pas que je l’appellerais aussi rapidement et attendait sa consultation pour m’exposer ses problèmes. Nous avons pu résoudre l’incident rapidement et éviter une hospitalisation en urgence", témoigne le Pr Charles Thivolet, chef du service d’endocrinologie de Lyon Sud. PARADIS prend en charge 400 patients pour le moment parmi les 2000 porteurs de pompes à Insuline de la région lyonnaise, qui sont susceptibles d’être concernés par cette application, dont plus de la moitié sont des enfants.

Focus sur la prévention des complications au CHU de Nîmes

Pour éviter les complications (infarctus du myocarde, accident vasculaire cérébral, amputation d’un membre inférieur, insuffisance rénale chronique, etc.), le CHU de Nîmes propose , en concertation avec l’Assurance-maladie, un rappel des règles hygiéno-diététiques pour un bon suivi de la maladie et un point sur le fonctionnement du service Sophia qui aide les personnes diabétiques à adopter les bons gestes.
En effet, le traitement du diabète passe par des changements de comportement importants, c’est pourquoi le CHU propose en soutien une offre de services variés allant de l’éducation thérapeutique aux programmes d’accompagnement en passant par les patients experts, à construire par le patient, en partenariat avec son médecin traitant.
L’ensemble des pathologies liées au diabète est pris en charge au CHU de Nîmes, où il existe deux unités dédiées, l’une à l’hôpital universitaire Carémeau, l’autre sur le site du Grau-du-Roi. Le site de court séjour de Nîmes comporte trois secteurs d’hospitalisation (conventionnelle, de jour et de semaine) où sont traités les déséquilibres aigus et les complications, où sont mis en place les traitements par pompe à insuline et les enregistrements glycémiques continus et où sont proposés les programmes d’éducation thérapeutique du patient.
Sur le site du Grau-du-Roi, (moyen séjour), sont plutôt pris en charge les problèmes de poids et les plaies des pieds (cicatrisation dirigée et appareillage). 
Avec plus de 700 000 adhérents, dont 7 674 dans le Gardsophia est aujourd’hui le premier programme d’accompagnement des diabétiques en France. Ce service personnalisé et gratuit mis en place par l’Assurance-maladie, intervient en relais des professionnels de santé, pour contribuer au bon suivi des examens recommandés dans la prise en charge du diabète.
Portes ouvertes et dépistage au CHU de Reims
Le service Endocrinologie-Diabète-Nutrition du CHU de Reims ouvre ainsi ses portes ce lundi 14 novembre 2016 de 14h à 17h pour mieux faire connaître cette affection qui connaît une "progression alarmante". Des stands d’information ont été mis en place pour le grand public ainsi qu’un point dépistage (avec la possibilité de tester sa glycémie) et de rencontre possible avec l’équipe de diabétologie.
L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) estime à plus de 422 millions le nombre de diabétiques dans le monde. Chiffre qui a quadruplé ces trente dernières années. En France, 3,5 millions de personnes sont aujourd’hui traitées pour un diabète. La maladie tue chaque année 10 fois plus que les accidents de la route, rapporte la Fédération française des diabétiques.
En Champagne-Ardenne, 5% de la population est touchée. "Notre territoire est bien concerné par cette pathologie grave et chronique c’est même la première pathologie avec le cancer dans la consommation des soins", souligne le professeur Brigitte DELEMER, chef du service endocrinologie, diabète et nutrition du CHU de Reims.
* Pompe Ambulatoire Rhône Alpes Diabètes à Insuline

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.