Journées du patrimoine – Samedi 17 septembre 2005

Les établissements de santé sont des lieux de soins souvent chargés d'histoire. Leurs murs abritent des richesses architecturales, que nous ne prenons pas le temps de regarder que l'on soit visiteurs ou personnes employées, mais aussi des trésors insolites qui nous font revivre le temps passé et découvrir les établissements de soins tels qu'ils étaient avant. Le patrimoine est une richesse, c'est notre mémoire qui permet de mieux comprendre le présent. C'est pourquoi, à l'occasion de la 22ème édition des journées du patrimoine intitulée : «J'aime mon patrimoine», le CHU de Rennes a souhaité ouvrir les portes de l'Hôtel-Dieu le samedi 17 septembre 2005 de 10h à 17h.

Les établissements de santé sont des lieux de soins souvent chargés d’histoire. Leurs murs abritent des richesses architecturales, que nous ne prenons pas le temps de regarder que l’on soit visiteurs ou personnes employées, mais aussi des trésors insolites qui nous font revivre le temps passé et découvrir les établissements de soins tels qu’ils étaient avant.
Le patrimoine est une richesse, c’est notre mémoire qui permet de mieux comprendre le présent. C’est pourquoi, à l’occasion de la 22ème édition des journées du patrimoine intitulée : «J’aime mon patrimoine», le CHU de Rennes a souhaité ouvrir les portes de l’Hôtel-Dieu le samedi 17 septembre 2005 de 10h à 17h.

Deux conférenciers de l’Office du tourisme de Rennes expliqueront l’Histoire de l’Hôtel-Dieu et révéleront au public les richesses et secrets architecturaux du bâtiment (cloître, chapelle, blockhaus, boulangerie, rail permettant la descente des tonneaux de cidre dans les caves….
Des expositions agrémenteront les lieux. Elles porteront sur l’Hôpital au temps des religieuses, sur le développement de l’enseignement non médical et médical en rendant hommage à des hommes et des femmes illustres dont les noms sont gravés sur le fronton de certains pavillons ou servent d’identité aux services du CHU.

Pour l’occasion, des objets ont été sortis des combles. Il s’agit notamment d’une collection de chasubles utilisées par les prêtres pour certaines cérémonies, d’équipements laissés par les américains (brancards, appareil de radio, caisses d’instrumentation diverse…).
Enfin, les conférenciers céderont la parole aux retraités du CHU qui, à travers leurs témoignages recueillis sur un film «Paroles de retraités», retracent leur vécu hospitalier.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.