Juin 2010 – Etre soulagé de sa souffrance : un droit pour tous les patients

Au mois de juin, l'Express a dressé le palmarès des hôpitaux qui traitent le mieux la douleur. Dans ces 15 pages, aux côtés des classements, les reporters racontent comment les équipes de petites ou grandes structures soulagent les maux des patients. Leur engagement au quotidien et leur détermination font la différence. Autre sujet largement développé "David contre Goliath" : le Nouvel Observateur, le Parisien, Libération, Le Monde, Le Figaro se passionnent pour le combat des médecins contre un médicament et contre un pesticide. A la Une de Marianne, la grande disparité des salaires des médecins sur fond de lassitude et de découragement auscultée par Clotilde Cadu. A retenir également le questionnement d'Alain Perez dans Les Echos du 8 juin 2010 qui porte sur la complexité thérapeutique : risque-t-elle de compromettre l'accès aux soins notamment en cancérologie ? Enfin, dans un registre plus heureux, Marc Mennessier célèbre le cinquantième anniversaire du rayon laser et ses multiples applications dans Le Figaro du 22 juin 2010. A lire aussi le dossier très complet sur l'hôpital coordonné par Jean-Jacques Christophari et publié dans Pharmaceutiques Juin/Juillet 2010.

Au mois de juin, l’Express a dressé le palmarès des hôpitaux qui traitent le mieux la douleur. Dans ces 15 pages, aux côtés des classements, les reporters racontent comment les équipes de petites ou grandes structures soulagent les maux des patients. Leur engagement au quotidien et leur détermination font la différence.
Autre sujet largement développé "David contre Goliath" : le Nouvel Observateur, le Parisien, Libération, Le Monde, Le Figaro se passionnent pour le combat des médecins contre un médicament et contre un pesticide.
A la Une de Marianne, la grande disparité des salaires des médecins sur fond de lassitude et de découragement auscultée par Clotilde Cadu.
A retenir également le questionnement d’Alain Perez dans Les Echos du 8 juin 2010 qui porte sur la complexité thérapeutique : risque-t-elle de compromettre l’accès aux soins notamment en cancérologie ?
Enfin, dans un registre plus heureux, Marc Mennessier célèbre le cinquantième anniversaire du rayon laser et ses multiples applications dans Le Figaro du 22 juin 2010.
A lire aussi le dossier très complet sur l’hôpital coordonné par Jean-Jacques Christophari et publié dans Pharmaceutiques Juin/Juillet 2010.

« Tous les patients ont désormais le droit non seulement d’être bien soignés mais aussi d’être soulagés de leurs souffrance » clament Vincent Olivier, Annabel Behnhaiem, Pierre Falga et Thomas Guien en préambule du dossier « Les hôpitaux qui traitent le mieux la douleur » (15 pages). Ce second palmarès dressé par L’Express et publié le 16 juin classe les hôpitaux et cliniques en fonction des moyens qu’ils investissent dans la lutte contre la douleur. L’enquête menée par le magazine (et non pas sous-traitée) concernait les 1 187 établissements. 812 ont répondu au questionnaire de l’hebdomadaire soit 68% « ce qui est remarquable » note Pierre Falga.
A partir des données recueillies 6 tableaux sont élaborés, pour les CHRU, les CH de plus de 300 lits, les CH de moins de 300 lits, les cliniques de plus de 100 lits et celles de moins de 100 lits et enfin pour les centres de lutte contre le cancer. Une note de A (plus de 16/20) à E (moins de 10/20) a été attribuée à chacun d’eux. Elle tient compte de l’existence d’un Comité de lutte contre la douleur, d’une structure de traitement de la douleur chronique et d’une équipe mobile, de la formation des soignants, de la diffusion de protocoles d’évaluation de la douleur des patients à leur arrivée dans le service et des douleurs induites par les soins.
Les résultats sont encourageants : « les 7/8 des hôpitaux ont des notes supérieures à 14/20, un établissement sur deux a une mention bien ou très bien. Evidemment, plus on monte en gamme dans la hiérarchie hospitalière, meilleurs sont les résultats. » commente le journaliste Les 2/3 des CHU affichent au moins 14/20 contre un quart des centres hospitaliers de moins de 100 lits. Les bons exemples sont mis en exergue dans des encadrés (pour les CHU : l’hypnose au Kremlin-Bicêtre (AP-HP), le kit communication de l’AP-HP, les électrodes qui soulagent à la Timone (AP-HM).
Plusieurs facteurs expliquent la meilleure prise en charge de la douleur à l’hôpital : son enseignement obligatoire aux étudiants en médecine, l’entrée à l’hôpital de l’acupuncture et des thérapies cognitives, des antalgiques avec une présentation adaptée, l’empathie entre le médecin et son patient, un signalement systématique du patient qui souffre au CLUD. La situation s’est donc améliorée mais elle n’est toujours pas optimale -102 établissements n’obtiennent pas la moyenne- . Sont pointés du doigt le manque de moyens financiers ou affectés à d’autres postes, une « organisation défaillante »… La conclusion du dossier revient au Dr Alain Serrie responsable du centre antidouleur de l’hôpital Lariboisière « La prise en charge de la douleur n’est plus seulement une priorité de santé. C’est une question de société. »

« Seule contre le Médiator ». Sur une pleine page du <//strong>Nouvel Observateur<//strong> du 3 juin, la journaliste Anne Crignon présente l’enquête menée durant trois ans par Irène Frachon, pneumologue au CHU de Brest sur les effets secondaires du Médiator. Le médecin vient de publier un ouvrage sur le sujet. Le Parisien du 3 juin reprend l’information « Comment un médecin anonyme a fait interdire un médicament dangereux »

« Guadeloupe, Martinique l’ombre du scandale sanitaire » – Dans Le Monde du 23 juin 2010, Paul Benkimoun et Eddy Nekdelkovski rappellent qu’un pesticide toxique, le chlordécone, utilisé de 73 à 93 pour lutter contre un parasite de la banane a surexposée la population au risque du cancer de la prostate. Une révélation fondée sur une étude épidémiologique menée par le Pr Pascal Blanchet du CHU de Point-à-Pître et du Dr Luc Multigner reprise dans le journal of clinical Oncology. Enfin, Anne Jouan dans un article du Figaro du 29 juin « Nouveaux éléments dans l’affaire Médiator » note que le Médiator et le chlordécone se sont invités à l’Assemblée Nationale où le député Gérard Bapt a pointé du doigt les « atermoiements des autorités de santé » sur ces dossiers.

L’hebdomadaire Marianne du 19 juin 2010 consacre un dossier de 7 pages aux médecins « Du smicard au millionnaire». Clotilde Cadu dit « la vérité sur l’argent des médecins ». Les 215 000 médecins exerçant en France ne forment pas un ensemble homogène, loin de là… « Quoi de commun entre un médecin qui exerce dans les écoles et un chirugien qui officie dans les beaux quartiers ? Entre un psychiatre libéral et un urgentiste hospitalier ? …Sans doute la même passion pour leur métier et le même agacement vis-à-vis d’une tutelle qui au mieux les ignore au pis les méprise. » résume la journaliste. Retour sur les parcours de praticiens et sur leurs émoluments avec un tableau du revenu annuel moyen net des libéraux qui oscillent entre 66 800 euros pour les généralistes et près de trois fois plus pour les anesthésistes et radiologues.

L’accès aux soins compromis par la complexité thérapeutique signé Alain Pérez – Les Echos du 8 juin 2010
Le rayon laser, 50 ans de prouesses par Marc Mennessier – Le Figaro du 22 juin 2010
Le dossier sur l’hôpital coordonné par Jean-Jacques Christophari et publié dans Pharmaceutiques Juin/Juillet 2010.

Groupe MACSF : 80 agences à votre service sur toute la France 100% de la Coupe du Monde sur CANAL+ et CANAL+ SPORT Relay H, un réseau très hospitalier

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.