Juin 2011 : Intoxication alimentaire, palmarès du Point, enquête de l’Express

Alerte sanitaire à la bactérie E. Coli. Publication de deux palmarès sur les hôpitaux et les urgences à deux semaines d'écart... Réseau CHU revient sur l'actualité très dense du mois de juin.

Alerte sanitaire à la bactérie E. Coli. Publication de deux palmarès sur les hôpitaux à deux semaines d’écart… Réseau CHU revient sur l’actualité très dense du mois de juin.
Après le drame de l’intoxication alimentaire en Allemagne qui a causé la mort de plus de 40 personnes, la France est touchée, à son tour, à Lille et à Bordeaux.
A Lille, huit enfants ont été admis au CHU entre le 15 et le 20 juin pour des cas de Syndrome hémolytique et urémique (SHU), après avoir mangé des steaks hachés infectés. L’Agence régionale de santé Nord – Pas de Calais précise que l’infection à Escherichia coli ne présente aucun lien avec l’épidémie survenue en Allemagne.
A Bordeaux, les premiers signes de la contamination alimentaire sont apparus entre le 16 et le 21 juin. 10 adultes, de 19 à 78 ans ont été hospitalisés. Le 29 juin, l’AFP précisait dans un dépêche que 6 personnes se trouvaient toujours au CHU. Contrairement à Lille, l’origine de cette intoxication à la bactérie E. coli, vient probablement de graines germées, qui d’après les résultats bactériologiques sont de la même souche que celles retrouvées dans le cadre de l’épidémie allemande.
Les fils d’information de tous les médias (TV, radio, quotidiens et hebdomadaires) relataient en temps réel le nombre de personnes hospitalisées,  leurs symptômes, l’évolution de leur état de santé, les traitements administrés, leur sortie ou leur maintien à l’hôpital et les résultats bactériologiques. Les journalistes pistaient l’origine du mal, remontant les filières de production et de distribution.

Le 16 juin, le Point signait son 14ème Palmarès des 100 meilleurs établissements de santé 

50 hôpitaux sur 800, évalués dans 63 spécialités et 50 cliniques sur 600 classées dans 37 spécialités. Habituellement publiés dans deux numéros différents, ces tableaux sont désormais réunis dans le même magazine. Signe que la rude concurrence à laquelle se livrent les hebdomadaires autour des hits parades santé les amène à revoir leur ligne éditoriale – histoire de préserver la rentabilité de l’exercice. Peu de surprise quant aux résultats : On retrouve à nouveau sur le podium les CHU de Toulouse, Lille et Bordeaux. A noter les CHU en hausse : la Pitié-Salpêtrière (AP-HP), Rouen,  Caen, Amiens, Poitiers, Lyon Sud, Reims et La Timone (AP-HM), Angers, l’hôpital Européen Georges Pompidou (AP-HP), Henri Mondor (AP-HP), Saint-Etienne, Brest, Saint-Antoine (AP-HP), Tenon (AP-HP) et Bicêtre (AP-HP).

Comment juger la qualité d’un établissement ?
Vaste question que Le Point renseigne en deux temps. D’abord il adresse un questionnaire aux établissements « portant sur les moyens matériels et humains qui garantissent le niveau plus ou moins élevé de sécurité et de qualité » rappellent Jérôme Vincent et Philippe Houdard. Du déclaratif donc. Ensuite, les journalistes introduisent le programme médicalisé des systèmes d’information de 2009 et ses 21,8 millions de dossiers médicaux informatisés et anonymisés (15 millions pour les patients du public, 7 millions pour ceux du privé). A ces données s’ajoutent les annuaires de sociétés et de fédérations de spécialistes et le bilan des activités de prélèvements et de greffes édité par l’Agence de biomédecine. Au total, les journalistes retiennent 8 critères : l’activité, la notoriété, l’ambulatoire, la technicité, la spécialisation, la ceoliochirurgie, l’indice de gravité des cas traités et les durées de séjour.
Précurseur en matière d’évaluation comparative, le Point note que la France est loin du contrôle qualité à l’anglo-saxonne où les multiples paramètres que sont la nutrition, la gestion des médicaments, la propreté et la lutte contre les infections nosocomiales, la sécurité des locaux et des équipements, la gestion des plaintes et la mortalité des patients sont suivis par une batterie d’indicateurs relevés quasiment en temps réel. Pourquoi un tel retard français ? Parmi les raisons avancées, Le Point dénonce un travers national, la lourdeur de la démarche participative à la française «  En France, pas question d’attaquer de face, il faut envelopper l’adversaire.  En faisant participer les médecins et établissements à la mise en place d’indicateurs de moyens, on les prépare psychologiquement à la publication, peut-être, un jour ou l’autre, d’indicateurs de résultats. » ironisent les journalistes. Pourtant il y a urgence : 900 événements indésirables graves surviennent dans les cliniques et hôpitaux français
A lire également les communiqués des CHU de Bordeaux, Dijon et Nice

Le 29 juin, l’Express dresse le palmarès des Urgences

D’abord quelques chiffres qui expriment l’importance des urgences dans la chaîne des soins : 17 millions de personnes soit 1 Français sur 4, accourent chaque année dans l’un des 625 services d’urgences. Se rendre aux urgences devient un réflexe, du fait de l’absence de garde en médecine de ville mais aussi du coût des consultations de spécialistes. Résultat : confrontées à une affluence record (plus de 3 millions par rapport à 2004) ces unités vitales passent des journées et des nuits sous tension. En réalisant son classement, l’Express a pris le pouls de ces équipes souvent submergées : 95 services reçoivent plus de 40 000 patients par an. Parmi eux les CHU de Brest, Caen, Lille, Marseille et Nice ont été gratifiés d’un "A", la meilleure note dans leur catégorie. Dans le classement des services accueillant 20 000 à 40 000 urgences, le CHU de Fort-de-France a aussi été crédité d’un "A" de même que les CHU de Lyon (Croix rousse et groupe hospitalier Lyon Sud), de Strasbourg et l’AP-HP (Beaujon, Ambroise Paré). Pour les urgences pédiatriques 5 CHU se voient attribuer un "A"  : Clermont-Ferrand, Dijon, Marseille-Hôpital Nord, Paris-Necker Nancy, Saint-Etienne

Mais ce classement n’est pas exhaustif souligne le journaliste Pierre Falga qui a été confronté à la difficulté d’établir "un décompte précis – et à jour- du nombre de services d’urgences ».  Pour élaborer ses tableaux, l’Express a demandé aux établissements hôpitaux et cliniques répertoriés sur www.platine.gouv.fr de renseigner une enquête comprenant des indicateurs qualité : l’équipement technique (critère pesant deux fois plus que les autres), le délai d’attente, l’attente avant orientation, avant avis médical, la présence de médecins et d’infirmières entre 8 h et 18h pour 1 000 passages. Il s’agit donc de déclaratif.  474 établissements ont répondu soit 67%. Mixant ces critères lorsqu’ils étaient renseignés, l’Express a ensuite attribué une lettre de A (pour très bon) à E (médiocre).

A lire aussi le communiqué du CHU de Brest

A signaler enfin un 3ème palmarès, celui des maternités en ligne le 24 juin sur les sites Guide Santé  et sur Doctissimo


L’exposition Arts du soin prend ses quartiers d’été au CHU de Bordeaux

Le meilleur de la télévision pour vos patients

Relay H, un réseau très hospitalier

Marie-Georges Fayn

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.