Juin Vert 2012 : mois de la prévention du cancer du col de l’utérus

Depuis 2010, l’Institut National du Cancer (INCa) et ses partenaires lancent un dispositif en faveur de la prévention et du dépistage du cancer du col de l’utérus. En Indre et Loire, le Centre de Coordination des Dépistages des Cancers (CCDC), soutenu par le CHU de Tours, se mobilise afin d’augmenter la participation à ce dépistage.

Depuis 2010, l’Institut National du Cancer (INCa) et ses partenaires lancent un dispositif en faveur de la prévention et du dépistage du cancer du col de l’utérus. En Indre et Loire, le Centre de Coordination des Dépistages des Cancers (CCDC), soutenu par le CHU de Tours, se mobilise afin d’augmenter la participation à ce dépistage.
Le cancer du col de l’utérus : un cancer évitable
En France, 4 femmes sur 10 sont peu ou pas dépistées (soit près de 7 millions de femmes). Or, il est possible d’agir très précocement contre cette maladie, de la guérir, voire à terme de la faire disparaître, grâce à l’association du dépistage par frottis et de la vaccination préventive. Si toutes les femmes de 25 à 65 ans étaient régulièrement dépistées, 70 à 90 % des cancers du col de l’utérus pourraient être évités. En 2011, il a été estimé que ce cancer touchait 2810 nouvelles femmes et provoquait encore 1000 décès.
Le dépistage par frottis pour agir précocement
Selon la Haute Autorité de Santé, il est recommandé aux femmes de 25 à 65 ans de réaliser un frottis tous les 3 ans, après 2 frottis normaux à un an d’intervalle. Le frottis cervico-utérin permet de détecter précocement les lésions précancéreuses. Traiter ces lésions le plus tôt possible permet d’éviter l’apparition de la maladie.
La vaccination : prévention complémentaire du dépistage
La vaccination permet de se protéger contre les infections à papillomavirus humain (HPV) 16 et 18 qui sont à l’origine de 70% des cancers invasifs du col. En France, cette vaccination préventive est recommandée aux jeunes filles de 14 ans avant exposition au risque d’infection HPV. Elle s’adresse également aux jeunes femmes de 15 à 23 ans qui n’auraient pas eu de rapports sexuels, ou au plus tard, dans l’année suivant le début de la vie sexuelle. Cependant, cette vaccination ne protège pas à 100% contre le cancer du col de l’utérus ; le dépistage reste donc indispensable dès 25 ans.
L’Indre et Loire : département pilote pour le dépistage organisé
L’Indre et Loire fait partie des 13 départements pilotes qui expérimentent le dépistage organisé du cancer du col utérin. Il s’agit d’un processus complémentaire au dépistage individuel ou spontané.
En effet, seules les femmes n’ayant pas réalisé de frottis cervico-utérin depuis 3 ans sont invitées par le CCDC à prendre rendez-vous chez leur médecin traitant, gynécologue ou sage-femme pour se faire dépister. Les professionnels de santé concernés par ce dépistage se sont largement engagés dans cette démarche. Malgré leur mobilisation, l’ensemble des programmes expérimentaux devraient s’achever fin d’année 2012. Aujourd’hui, ils espèrent que les pouvoirs publics les reconduiront et que ce dépistage organisé sera bientôt généralisé sur l’ensemble du territoire national.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.