L’architecture en santé en effervescence à Menton du 28 au 30 octobre 2019

Modularité des espaces, impact des nouvelles technologies, contrôle des performances énergétiques et écologiques, gestion optimisée... les nouveaux programmes hospitaliers sont soumis aux impératifs du progrès médical et aux exigences sociétales. Pour innover, les maîtres d’ouvrage et les concepteurs peuvent s’inspirer des réussites les plus emblématiques et confronter leurs réflexions. De la qualité du partage de connaissances et d’expériences découlera la cohérence globale de leurs futurs projets en santé et celle des modèles organisationnels de demain. Afin de faciliter ces échanges, l’Union des Architectes Francophones pour la Santé (UAFS) crée un nouvel espace d’intelligence collective, les journées de l’Architecture en Santé qui se tiendront du 28 au 30 octobre 2019, à Menton au Palais de l’Europe.
Modularité des espaces, impact des nouvelles technologies, contrôle des performances énergétiques et écologiques, gestion optimisée… les nouveaux programmes hospitaliers sont soumis aux impératifs du progrès médical et aux exigences sociétales. Pour innover, les maîtres d’ouvrage et les concepteurs peuvent s’inspirer des réussites les plus emblématiques et confronter leurs réflexions. De la qualité du partage de connaissances et d’expériences découlera la cohérence globale de leurs futurs projets en santé et celle des modèles organisationnels de demain. Afin de faciliter ces échanges, l’Union des Architectes Francophones pour la Santé (UAFS) crée un nouvel espace d’intelligence collective, les journées de l’Architecture en Santé qui se tiendront du 28 au 30 octobre 2019, à Menton au Palais de l’Europe.
400 participants sont attendus, dirigeants hospitaliers publics et privés, architectes, architectes paysagistes, architectes d’intérieur, directeurs des infrastructures, techniciens, praticiens médicaux, professionnels de la santé, programmistes en soins de santé, ingénieurs, urbanistes, industriels en équipements de santé, sociologues, équipementiers médicaux et biomédicaux, gestionnaires, et plus largement l’ensemble des acteurs concernés par l’évolution architecturale des institutions de santé publiques et privées.
Au programme, des assemblées plénières, ateliers de travail et de formation, workshops, une exposition d’industriels et de partenaires et un Hospital Tour avec la visite du Centre Hospitalier Princesse Grace de Monaco et des infrastructures du CHU de Nice.
Une dizaine de thématiques seront abordées : Qualité architecturale et accessibilité, Architecte et urbanisme – Territoire et santé, Nouvelles tendances de la conception en santé, Bonnes pratiques en matière de conception, Développement de l’enseignement et de la formation, Ingénierie hospitalière, Modèles et innovations à l’international, Architecture et patrimoine, Architecture connectée et technologies numériques, Design & architecture d’intérieur et Tertiaire.
Pour tout renseignement contacter
ja-sante@orange.fr
+33 (0)4 78 03 13 92
En partenariat avec

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.