« L’Art Emoi » : allers-retours culturels entre le Musée et le CHU pour les malades d’Alzheimer

Evoquer Véronèse avec les patients souffrant de la maladie d’Alzheimer pour les attirer au musée Fabre où ils pourront découvrir « Le Mariage mystique de Sainte Catherine » dans toute sa splendeur. Voici le parcours initiatique proposé par le CHU de Montpellier sous la bannière « L’Art Emoi ». Pour préparer la visite, un kit contenant des 5 reproductions d’œuvres de maîtres soigneusement choisies est présenté aux patients et à leur entourage lors de différentes sessions animées par des professionnels du CHU. Depuis le lancement de cette opération déployée dans le cadre « Culture et Santé », près de 200 patients et leurs familles ont bénéficié de cette belle initiative, en lien avec les équipes de l'Unité Cognitivo-Comportementale (UCC) du Pôle de Gérontologie et du service de soins de longue durée de Balmès.
Evoquer Véronèse avec les patients souffrant de la maladie d’Alzheimer pour les attirer au musée Fabre où ils pourront découvrir « Le Mariage mystique de Sainte Catherine » dans toute sa splendeur. Voici le parcours initiatique proposé par le CHU de Montpellier sous la bannière « L’Art Emoi ». Pour préparer la visite, un kit contenant des 5 reproductions d’œuvres de maîtres soigneusement choisies est présenté aux patients et à leur entourage lors de différentes sessions animées par des professionnels du CHU. Depuis le lancement de cette opération déployée dans le cadre « Culture et Santé », près de 200 patients et leurs familles ont bénéficié de cette belle initiative, en lien avec les équipes de l’Unité Cognitivo-Comportementale (UCC) du Pôle de Gérontologie et du service de soins de longue durée de Balmès.

De Véronèse (XVIème) à Quinsac Monvoisin (XIXème)

La sélection des œuvres est le fruit d’une décision partagée entre le musée Fabre et l’UCC du CHU de Montpellier afin de s’adapter au mieux aux patients et à leur univers. Sur le thème des émotions, une sélection de cinq chefs-d’œuvre du musée Fabre est proposée :
– Paolo Caliari dit Véronèse, Le Mariage mystique de sainte Catherine, vers 1560-65
– Jusepe de Ribera, Sainte Marie l’Egyptienne, 1641
– François-Xavier Fabre, Portrait du jeune Edgar Clarke, 1802
– Jean Antoine Houdon, L’Hiver, 1783 et L’Eté, 1785
– Raymond-Auguste Quinsac Monvoisin, La Mort de Charles IX, 1834
Résidents au Musée Fabre initiés à l’oeuvre de Véronèse, ici devant "Le Mariage mystique de sainte Catherine".
Chaque œuvre peut être abordée indépendamment ou faire l’objet d’un cycle en cinq étapes complémentaires. La rencontre avec l’authentique tableau au musée Fabre est précédée d’un atelier préparatoire au sein de l’établissement hospitalier, permettant aux patients de participer plus activement à leur future rencontre avec l’art. Cet atelier se décompose en un moment de lecture, permettant à chacun de découvrir l’oeuvre de manière active, suivi d’une exploration sensorielle recréant l’univers de l’oeuvre en stimulant les différents sens des participants ainsi que leur attention et curiosité.
Cette approche est inspirée de la méthode Montessori adaptée aux personnes âgées présentant des troubles cognitifs (Cameron Camp Démentia Montessori Base Programming). Il s’agit d’engager positivement les personnes, y compris celles présentant une atteinte sévère des fonctions cognitives. L’objectif est de revaloriser les patients afin de leur permettre de retrouver une identité de personne ordinaire et non de personne malade, de favoriser un moment de partage simple et d’émotion face à une œuvre d’art en faisant abstraction de la pathologie.

L’art support de lien social et vecteur de citoyenneté

Ces rencontres rendent l’art, la culture et les collections permanentes du musée Fabre, accessibles aux personnes malades et à leurs proches. Cette démarche vise, à recréer du lien social avec des patients très souvent en situation d’isolement en raison de leur maladie. Elle permet aussi de changer le regard de l’entourage en valorisant les capacités préservées des personnes.  Ainsi abordé, l’art devient un vecteur d’émancipation de l’être humain tel que défini au siècle des Lumières. Les patients renouent alors avec une citoyenneté légitime.

« L’Art Emoi » rayonne à son tour

« L’Art Emoi » a été reconnu au niveau national en 2014 par un prix spécial du jury du Trophée « Culture & Hôpital / FHF » et présenté dans différents congrès réunissant les professionnels impliqués dans la prise en soins de ces patients. Le succès rencontré par cette initiative a aussi convaincu les organisateurs d’associer d’autres thérapeutes accompagnant des malades Alzheimer en EHPAD, désireux de conduire un projet de médiation artistique avec leurs patients et leurs proches. 
Cette année, "L’Art Emoi" sera étendu à 4 EHPAD de l’Hérault (dont 3 de Montpellier) sélectionnés par le CHU en fonction de leur projet culturel. La mise à disposition d’un kit va engager les établissements. Ils devront conduire une étude pour mesurer les effets de cette intervention originale sous la forme d’un protocole de recherche. En fonction du bilan, le CHU concevra de nouvelles éditions avec d’autres outils en 2018-2019.
Retrouver les initiatives culturelles portées par les CHU

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.