L’hôpital Avicenne AP-HP inaugure une nouvelle unité de médecine ambulatoire

Cette structure transdisciplinaire, d’une surface de 1 600 m2, s’appuie sur l’expertise pointue et reconnue de professionnels médicaux et paramédicaux. Depuis février 2019, les activités de soins ambulatoires de sept spécialités médicales (dermatologie, endocrinologie-diabétologie-nutrition, médecine interne, neurologie, pneumologie, rhumatologie et douleur) de l’hôpital Avicenne AP-HP ont été regroupées au sein d’un même hôpital de jour mutualisé pour former la nouvelle unité de médecine ambulatoire (UMA).
Cette structure transdisciplinaire, d’une surface de 1 600 m2, s’appuie sur l’expertise pointue et reconnue de professionnels médicaux et paramédicaux. Depuis février 2019, les activités de soins ambulatoires de sept spécialités médicales (dermatologie, endocrinologie-diabétologie-nutrition, médecine interne, neurologie, pneumologie, rhumatologie et douleur) de l’hôpital Avicenne AP-HP ont été regroupées au sein d’un même hôpital de jour mutualisé pour former la nouvelle unité de médecine ambulatoire (UMA). 
Celle-ci a été inaugurée jeudi 20 juin 2019 en présence de Gérard Aoustin, adjoint au maire de Bobigny, de Pascal De Wilde, directeur des Hôpitaux Universitaires Paris Seine-Saint-Denis, du Pr Yves Cohen, président de la commission médicale d’établissement locale et du Pr Géraldine Falgarone, responsable de l’UMA.

Conçue pour une meilleure prise en charge des maladies chroniques

Cette nouvelle unité encourage la logique actuelle de pluri-compétences des infirmières et de pratiques partagées. Plusieurs parcours de soins spécifiques dédiés au traitement du diabète, de la spondylarthrite, de la polyarthrite rhumatoïde ou de la sarcoïdose y sont proposés. L’unité de médecine ambulatoire de l’hôpital Avicenne AP-HP contribue ainsi à une meilleure prise en charge des maladies chroniques. 

Prête à accueillir 55 patients par jour

39 places ont été créées dans un environnement structuré, pour mieux répondre aux attentes des patients qui souhaitent ne rester à l’hôpital que le temps nécessaire à leur prise en charge et dans un environnement agréable. En une journée, les patients peuvent faire des examens spécifiques sur le plateau technique, bénéficier d’une consultation de spécialistes, de soins paramédicaux ou encore de séances d’éducation thérapeutique… Les parcours de soins, simplifiés, sont plus fluides et génèrent moins d’attente et d’anxiété pour les patients. A terme, l’UMA pourrait accueillir 55 patients par jour.
Les locaux sont modulables et donc adaptables aux évolutions futures de l’UMA. Ils comprennent quatorze boxes de consultations, douze chambres avec lits et méridiennes, quatre boxes de soins infirmiers, des salles d’examens spécifiques, deux postes de soins, quatre salons d’accueil entre les soins, ainsi qu’une cellule de programmation dédiée à organiser la journée du patient en fonction de son parcours de soins. Cette activité ambulatoire a pour vocation, dans un futur proche, d’interagir avec les partenaires de ville.
La création de l’UMA de l’hôpital Avicenne AP-HP conforte la dynamique de modernisation engagée par les Hôpitaux Universitaires Paris Seine-Saint-Denis AP-HP depuis quelques années déjà, au service de la population en Seine-Saint-Denis et contribue au développement de la chirurgie ambulatoire à l’AP-HP.  

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Panneau photovoltaïque

Le CHU durable, ou la nécessité de se tourner vert l’avenir

Installation de panneaux photovoltaïques, réduction des déchets, plan d’actions quinquennal etc. Comme d’autres établissements en France, et dans une période de nécessaire appropriation de solutions durables, le CHU de Clermont-Ferrand a pris le train en marche de l’éco-responsabilité. Si beaucoup reste à faire, quelques initiatives sont déjà à mettre à son crédit.

Chirurgie de l’obésité : une nouvelle expérimentation pour accompagner les patients aux HCL

Le Centre Intégré de l’Obésité des Hospices Civils de Lyon et la clinique Les Lilas Bleus participent, aux côtés des CHU de Toulouse et de Lille, à la mise en œuvre de l’expérimentation Article 51 national « Baria-Up », pour une durée de cinq ans. Ce premier parcours d’accompagnement de longue durée pour la chirurgie de l’obésité a accueilli en février ses deux premiers patients.