Saint-Etienne qui s’était déjà distingué avec son roman photo incitant à un plus grand respect de la confidentialité renouvelle l’exercice avec une exposition itinérante sur la bientraitance en gériatrie signée par les équipes soignantes de son pôle Gériatrie et Médecine interne. Ce travail a introduit une réflexion en profondeur sur les pratiques quotidiennes en confrontant situations de maltraitance et de bientraitance des personnes âgées. Une démarche qui interpelle le public comme les professionnels.

Saint-Etienne qui s’était déjà distingué avec son roman photo incitant à un plus grand respect de la confidentialité renouvelle l’exercice avec une exposition itinérante sur la bientraitance en gériatrie signée par les équipes soignantes de son pôle Gériatrie et Médecine interne. Ce travail a introduit une réflexion en profondeur sur les pratiques quotidiennes en confrontant situations de maltraitance et de bientraitance des personnes âgées. Une démarche qui interpelle le public comme les professionnels.
Suite aux recommandations ministérielles du 22 mars 2007 relatives au développement de la bientraitance, le pôle Gériatrie et Médecine interne du CHU deSaint-Etienne a organisé des sessions d’information sur la maltraitance à l’attention des personnels exerçant auprès des personnes âgées. Les soignants se sont approprié le sujet et ont souhaité lier l’enseignement à leur pratique quotidienne. Pour impliquer les équipes de jour et de nuit, chaque unité a été invitée à réfléchir à sa pratique en transposant une situation de soins maltraitante en situation bientraitante, présentée sous la forme d’une affiche. Tous les professionnels soignants et non soignants du pôle ont participé : infirmiers, aides-soignants, rééducateurs, brancardiers, animateurs et bénévoles de l’association « Animation et familles ». Les cadres de santé ont défini 18 thématiques au regard des enquêtes menées en 2007 et 2010 auprès des soignants sur leur ressenti autour des soins : le réveil, la toilette, le repas, "les visiteurs", la sortie du patient, les transferts, le lever, l’animation, le brancardage, la contention, l’élimination, le coucher, le sommeil, la communication, la visite médicale, l’habillage, le change la nuit, le bruit la nuit… Chaque équipe disposait de trois mois pour réfléchir, concevoir et finaliser son affiche par ses propres moyens.
Voir les 18 affiches
Décrypter une pratique en une affiche
Les participants ont réussi à faire vivre le projet qui a débouché sur un travail particulièrement créatif et original qui a obtenu le soutien de l’association « Animation et familles ».
Modeste au départ, le projet a progressivement pris de l’ampleur. Après une présentation auprès de l’Agence Régionale de Santé (ARS), l’exposition est aujourd’hui demandée par les maisons de retraite, tandis que les affiches seront reprises pour l’élaboration d’un calendrier en 2013. Le sujet pourrait même faire l’objet d’un projet de recherche en soins infirmiers.
Suscitant de nombreux échanges, les situations exposées ne laissent personne indifférent. L’impact est tel que certaines équipes ont intégré les messages dans leurs pratiques professionnelles de tous les jours. Ainsi, le CHU de Saint-Etienne progresse-t-il dans l’assimilation d’une culture de la bientraitance pour la plus grande satisfaction de ses patients, de ses résidents. Quant au personnel, encouragés par cette émulation collective, il voit ses efforts reconnus et récompensés.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.