La Boudeuse et l’Etoile : quand l’hôpital invite au voyage

Le CHU Dijon Bourgogne fait entrer l'art à l'hôpital sur les traces du fameux navigateur Louis-Antoine de Bougainville. Une création originale inaugurée le 18 octobre 2016.
Le CHU Dijon Bourgogne fait entrer l’art à l’hôpital sur les traces du fameux navigateur Louis-Antoine de Bougainville. Une création originale inaugurée le 18 octobre 2016. 
L’invitation au voyage commence dès l’entrée du site de l’hôpital. Vingt-quatre plaques émaillées, semblables à celles de lieux-dits ou de fleuves, sont implantées aux abords immédiats du hall A de l’hôpital François Mitterrand. Réalisations de l’artiste plasticien Olivier Vadrot, en collaboration avec le designer Pierre Boggio, elles reportent de courts poèmes de l’écrivain Célia Houdart, évoquant des lieux choisis pour leur particularité historique, géographique, écologique ou simplement poétique. Elles invitent à parcourir le globe le long de la latitude 47°19’16 »N, fil imaginaire qui traverse l’établissement à la rencontre de lieux, de mers, d’espaces naturels ou encore d’anecdotes. L’inauguration aura lieu ce 18 octobre 2016.
Dans le sillage de Bougainville
Le titre de l’œuvre, La Boudeuse et l’Étoile, fait référence aux deux navires de Louis-Antoine de Bougainville, pour son voyage autour du monde de 1766 à 1769. Partis de Brest, les deux bateaux croisèrent au moins deux fois chacun la latitude 47°19’16 »N. De couleurs variées, à quelques centimètres du sol ou fixées en hauteur, au milieu d’une pelouse, parmi les lavandes ou le long d’un escalier, les plaques s’adressent à chacun, sur le chemin qu’il parcourt, le projetant et le reliant à toponymie du monde.
Améliorer les conditions de l’expérience hospitalière
A l’origine de cette création : la conviction qu’un environnement enrichi peut permettre de mieux insérer le vécu hospitalier – celui des patients, des professionnels, des visiteurs et autres usagers – dans la continuité de la vie sociale et urbaine. "Manière pour l’usager – patient, visiteur, professionnel de santé – de faire émerger des souvenirs de voyages, des origines familiales et de faire place à la force de son imaginaire. Manière, ce faisant, de prendre un recul, de "réassurer" sa présence à la communauté du monde dans cet environnement si particulier qu’est celui de l’hôpital ", explique le Comité culturel du CHU Dijon Bourgogne qui a sélectionné cette réalisation au terme d’un appel à projet initié en partenariat avec le FRAC Bourgogne.

Cette œuvre, portée par la volonté "d’introduire de la manière la mieux adaptée la culture et les arts dans le milieu hospitalier" et de contribuer ainsi "modestement, à améliorer les conditions de l’expérience hospitalière", a été réalisée avec le soutien de l’ARS Bourgogne et de la DRAC Bourgogne ainsi que l’aide de la MACSF, de la Fondation Agir en Champagne-Bourgogne, de l’ACEF et d’EDF.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.