La cardiologie angevine : une combinaison de haute technicité et d’humanisme

Avec pour ambition de multiplier 4 le nombre d’interventions à cœur ouvert pour atteindre les 800 par an, l'équipe du Pr. Jean-Louis de Brux a élevé la chirurgie cardio-vasculaire au rang des activités phares du CHU d'Angers. Un essor qui s’explique par la qualité des prises en charge, la maîtrise des toutes dernières avancées techniques et par l’augmentation des besoins de la population des Pays de la Loire plus nombreuse et plus âgée.

Avec pour ambition de multiplier 4 le nombre d’interventions à cœur ouvert pour atteindre les 800 par an, l’équipe du Pr. Jean-Louis de Brux a élevé  la chirurgie cardio-vasculaire au rang des activités phares du CHU d’Angers. Un essor qui s’explique par la qualité des prises en charge, la maîtrise des toutes dernières avancées techniques et par l’augmentation des besoins de la population des Pays de la Loire plus nombreuse et plus âgée. Pour répondre à cette demande, le service angevin prépare l’ouverture d’une nouvelle réanimation en 2014 et d’une salle d’intervention hybride (imagerie/chirurgie) au sein du service de radiologie du bâtiment Larrey dès 2013.
L’expertise angevine en matière d’assistance circulatoire  mobile,  d’implantation de valves transcathéter, de chirurgie vidéo-assistée et de chirurgie endovasculaire
L’assistance circulatoire  mobile pratiquée à Angers est une assistance "légère" contrairement  aux assistances "lourdes" de type coeur  artificiel pratiquées dans les centres  pratiquant la transplantation cardiaque.  L’assistance légère permet, grâce à une  pompe centrifuge et un oxygénateur, de  pallier les fonctions myocardiques et/ ou respiratoires sur une courte durée  (moins de deux semaines en théorie).  Les principales indications de l’assistance sont :   le Syndrome de Détresse Respiratoire Aiguë (SDRA), quelle qu’en  soit la cause. Il sera traité par une oxygénation extra-corporelle  (ECMO : Extra Corporeal Membrane Oxygénation), assistance purement  "respiratoire" avec canulation veino-veineuse, la défaillance cardiaque ou cardiorespiratoire d’origine médicamenteuse  ou après circulation extra-corporelle (CEC). L’équipe utilise alors un support  cardio-respiratoire avec canulation veino-artérielle (ECLS : Extra  Corporeal Life Support).  Marginale au départ, l’activité d’assistance circulatoire s’est  développée au CHU à compter de 2008, notamment au sein de la  réanimation chirurgicale B et de la réanimation médicale. En 2009, avec la pandémie de grippe A H1N1, un dispositif d’assistance  circulatoire mobile a été mis en place au sein du CHU. Il s’agissait alors  de répondre, le cas échéant, aux besoins des autres services. Cette Unité Mobile d’Assistance Circulatoire  (UMAC) a ensuite été mise à disposition des centres hospitaliers disposant d’une réanimation (Le Mans et Laval). Ses déplacements sont désormais plus simples, plus rapides et une surveillance biquotidienne assurée par  les perfusionnistes suffit.
Angers figure également parmi les 33 centres français autorisés à implanter des valves transcathéter (ou TAVI pour Trans Arterial Valve Implantation) sur les patients qui présentent un très haut risque chirurgical ou pour lesquels la chirurgie est contre-indiquée. Chirurgie mini-invasive, cette pose est réalisée conjointement avec les cardiologues interventionnels et échocardiographistes de l’établissement. La participation à un registre national est obligatoire. Le suivi des patients, qui s’inscrit dans ce registre, court sur 5 ans. Ainsi depuis septembre 2009, pas moins de 150 patients ont bénéficié d’une implantation de TAVI au CHU d’Angers. Les très bons résultats obtenus à Angers s’expliquent en grande partie, par la qualité de la collaboration interdisciplinaire. La parfaite entente entre les différents intervenants, cardiologues, chirurgiens cardiaques, anesthésistes, infirmières de bloc opératoire, de cardiologie et manipulatrices de radiologie -formés et certifiés à la mise en place de ces dispositifs médicaux- est un facteur de réussite indiscutable. La mise en place d’un staff spécifique pluridisciplinaire, sélectionnant rigoureusement les patients éligibles, les voies d’abord et le type de prothèse à implanter, est également un point fort de l’approche angevine.
La chirurgie vidéo-assistée
Réduire l’agressivité des interventions de chirurgie cardiovasculaire et diminuer la taille des incisions sont des enjeux importants pour l’équipe du CHU d’Angers rompue à la chirurgie vidéo-assistée et la chirurgie endovasculaire et hybride. La chirurgie mitrale vidéo-assistée s’adresse de préférence à des personnes jeunes souffrant de lésions relativement simples et qui en retirent un bénéfice esthétique et des suites opératoires simplifiées.
La chirurgie endovasculaire
Appliquée à certaines lésions de l’aorte thoracique et abdominale et aux vaisseaux des membres inférieurs, la chirurgie endovasculaire est nettement moins agressive que l’abord à ciel ouvert. Son indication reste cependant soumise à une évaluation bénéfices/risques au regard de l’intervention traditionnelle. .
Discipline devenue très sophistiquée, la chirurgie cardiaque suscite toujours autant d’appréhension chez le patient car elle touche l’organe vital central. Une approche humaine attentionnée contribue à rassurer les patients, d’où l’attention portée par les équipes à la dimension relationnelle, à  l’information et à l’écoute de la personne malade cardiaque.
La recherche en chirurgie cardiaque
Depuis dix ans, sous l’impulsion du Professeur Christophe Baufreton, le service de chirurgie cardiaque du CHU d’Angers a développé une technique de CEC bio-compatible, moins agressive que la CEC classique. Progressivement, le service est devenu leader national de cette technique, sur laquelle il forme des équipes françaises et internationales.
D’autres projets de recherche clinique ont été mis en place :
– la nutrition post-opératoire, en collaboration avec une nutritionniste,
– la chirurgie appliquée à deux pathologies aortiques, l’anévrisme de l’aorte et la dissection aortique.
A cela s’ajoute un axe de recherche paramédicale lancé en 2012, portant sur l’incidence de l’utilisation des médecines alternatives (aromathérapie, sophrologie…) en préopératoire chez les patients en chirurgie cardiaque
L’excellence pluridisciplinaire et le suivi personnalisé signent la singularité de la pratique angevine.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.