La cardiologie pédiatrique et congénitale en congrès à Bordeaux

Les 15, 16 et 17 septembre 2011, plus de 200 médecins participeront aux 2èmes rencontres Francophones Multidisciplinaires des Cardiopathies Congénitales (RFMCC) organisées par les équipes médico-chirurgicales des cardiopathies congénitales du CHU de Bordeaux. Ce congrès sera associé aux 8èmes Journées Alain Choussat qui réunissent tous les ans les cardiopédiatres de France.

Les 15, 16 et 17 septembre 2011, plus de 200 médecins participeront aux 2èmes rencontres Francophones Multidisciplinaires des Cardiopathies Congénitales (RFMCC) organisées par les équipes médico-chirurgicales des cardiopathies congénitales du CHU de  Bordeaux. Ce congrès sera associé aux 8èmes Journées Alain Choussat qui réunissent chaque année les cardiopédiatres de l’hexagone. 
Aux côtés de la France, 8 pays seront représentés aux RFMCC : la Suisse, le Canada, la Belgique, la Grande Bretagne, le Liban, l’Algérie, le Maroc et la Tunisie. Les experts internationaux confronteront leurs pratiques et l’influence de leurs modèles culturels sur les prises en charge.

Au programme

Le 15 septembre :
– La cardiologie fœtale et  le diagnostic anténatal. Comment informer et assister psychologiquement les parents après le diagnostic d’une cardiopathie,  en regard des progrès considérables enregistrés dans la prise en charge opératoire de ces enfants ? Quelles sont les cardiopathies « incurables » en 2011 ? quelle peut être la prise en charge de ces enfants ? Les experts internationaux répondront à ces questions et confronteront leurs habitudes et stratégies thérapeutiques parfois différentes d’une culture à l’autre.
– Les avancées et les progrès pluridisciplinaires réalisés dans la prise en charge des cardiopathies congénitales ont conduit à diminuer la mortalité périnatale de cette population et à augmenter de façon significative le nombre d’adultes porteurs de cardiopathie congénitale. Actuellement plus de 85 % de ces enfants arrivent à l’âge adulte, ce qui implique la création de centres pluridisciplinaires spécialisés capables de prendre en charge ces patients.
L’hôpital Haut-Lévêque du CHU de Bordeaux est un des tous premiers centres à accueillir les patients au sein d’une nouvelle unité spécifique qui regroupe l’ensemble des compétences et des spécialités.
Le 16 septembre :
-les troubles de conduction de l’enfant nécessitent la mise en place de stimulateurs cardiaque (Pace maker), avec notamment des problèmes d’accès au cœur en raison de la taille de l’enfant, des vaisseaux et de la malformation cardiaque. Pour la première fois le robot chirurgical a été utilisé chez l’enfant avec succès au CHU de Bordeaux ouvrant ainsi de nouvelles et prometteuses perspectives. Au cours de cette session, seront abordés, les indications mais aussi les problèmes qu’engendrent les Pace Maker chez les nouveaux nés et les petits enfants et, les techniques d’implantations traditionnelles ou d’avenir.
– La transplantation cardiaque de l’enfant et des patients porteurs de cardiopathies congénitales avec au coeur des débats : la décision de mise en liste de transplantation, l’organisation comparée entre la France et le Canada, les résultats et le suivi à long terme avec entre autre, le diagnostic du rejet et son traitement.
Le 17 septembre :
– La cardiomyopathie obstructive de l’enfant et les différentes approches thérapeutiques médico-chirurgicales.
– Les mécanismes physiologiques et les nouveaux traitements médicaux de la défaillance cardiaque aigue
– L’assistance circulatoire mécanique. En cas d’échec des traitements médicaux, l’assistance circulatoire mécanique, représentée par l’ECMO et les ventricules pneumatiques est de plus en plus utilisée.
Tous les jours, une session interactive de cas cliniques, commentés par des experts, sera réalisée autour d’échographies, d’imageries, de cathétérismes,  d’assistances et de transplantations…
Plus d’information sur : www.multi-cardio-congenitale.fr

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.